Dossier manga - Soil
Sommaire

Publié le Vendredi, 26 August 2016


Aux frontières du réel


Soil est donc un manga qui fait constamment se confronter les personnages à des phénomènes qu'ils ne comprennent pas, à commencer par ces énormes tas de sel apparus en une fraction de seconde dans certains lieux de la ville au moment où les Suzushiro ont disparu. Le ton de la série flirte régulièrement avec le paranormal, sans que nous n'ayons beaucoup d'informations à chaque étape de la lecture.


Fantastique ?


Pendant un long moment dans la série, le lecteur ne peut pas connaître la nature exacte des phénomènes qui touchent Soil. Lorsqu'un événement étrange survient dans une fiction, et qu'on ne peut pas trancher entre une explication réaliste et surnaturelle, on appelle cela du fantastique. Cette démarche, de laisser douter le lecteur sur ce qu'il est en train de voir, n'est finalement pas aussi courante que l'on pourrait être amené à le croire, notamment dans un manga. Il est souvent aisé pour les auteurs de fiction de faire fantasmer le lecteur en lui offrant d’emblée des éléments surnaturels (même si les vraies œuvres fantastiques continuent d'exister bien entendu). Kaneko propose alors un effet puissant, dans le surenchérissement de mystères.

Si cet effet fonctionne longtemps (jusqu'aux premiers rebondissements), c'est grâce à la narration parfaite de Kaneko. Lorsque les Suzushiro disparaissent et que les tas de sel sont trouvés dans des lieux improbables, le lecteur est démuni en matière de piste de réflexion. Les Suzushiro sont introuvables et n'ont laissé aucun trace d'une quelconque fuite précipitée, ce qui amène presque à penser qu'ils se sont désintégrés. Absolument personne n'a vu le sel apparaître de manière inopinée, et le fait que ce soit du sel (un composant banal, loin d'être exceptionnel), ramène le phénomène à quelque chose de terre-à-terre, rien de surnaturel n'ayant pu être observé. Pourtant, transporter autant de sel à cette endroit en si peu de temps est matériellement impossible. L'auteur va donc au bout du bout de l'inexplicabilité, de l'incompréhension pendant plusieurs tomes, ce qui ne manque pas d'intriguer le lecteur.





Références shamaniques


Les explications du professeur Tokita quant à la possibilité de la nature des évènements étranges qui surviennent viennent de ses recherches : à l'époque préhistorique, sur les terres où se situe à présent Soil, les habitants s'adonnaient à des rites shamaniques. Selon les études réalisées, il était question d'appeler « des corps étrangers », des entités qui viennent d'un autre monde. Le récit de Soil fait alors appel à des notions très particulières, qui invoquent des thématiques historiques, archéologiques et religieuses. Il s'agit d'une piste créative intéressante, puisqu'elle fait se confronter le passé et le présent, le mystique et le concret. En outre, elle est permet à l'auteur d'apporter deux éléments intéressants : d'une part, l'évocation d'une période méconnue, d'autant plus pour les lecteurs occidentaux que nous sommes, d'autre part, l'insertion d'une notion qui répond à tous les besoins d'une intrigue policière et fantastique.

Faire référence au shamanisme est une bonne porte d'entrée au fantastique dont nous parlons plus haut. Le professeur Tokita évoque l'histoire des humains primitifs tôt dans la série. Le doute sur la possibilité que ces corps étrangers existent est alors complet. Ils sont d'un côté quelque chose de fantaisiste, venant d'un savant excentrique. De l'autre, l'explication concorde avec ce qui est en train d'arriver.





Folie et psychiatrie


C'est une caractéristique commune de tous les mangas de Kaneko : les personnages font face à des problèmes mentaux. Dans Bambi, ils étaient psychotiques et sociopathes de nature. Psychotiques car ils baignaient dans une violence excessive, sociopathes car ils n'étaient pas concernés par les normes sociales, à commencer par Bambi, être humain inadapté par excellence. Dans Soil, le fort ressentiment de certains protagonistes est accru de manière anormale lorsque la disparition des Suzushiro et les évènements qui s'en suivent surviennent. Les sources de folie sont plus réalistes, et par moments plus justifiées. Il peut s'agir de névroses, de crises d'anxiété, et grosso modo, pour certains, d'une perte de repères et de coups de folie. Et nous n'avons même pas mentionné les personnages qui sont d'emblée des pervers criminels, tels que le délégué des habitants, ou les violeurs de l'entrepôt désaffecté.

Malgré cette tendance à verser dans une certaine forme de paranormal (au moins potentielle durant un temps), le manga est, si ce n'est réaliste, plus vraisemblable que Bambi ou Deathco. Finalement, Soil Newtown est un genre de laboratoire d'expérimentation. On y insère des humains, et on observe leur mesquinerie face à des évènements étranges. On peut penser qu'il s'agit du propos de Kaneko lorsque certaines révélations voient le jour, notamment sur la famille Suzushiro. L'être humain est fragile, il peut éprouver de la haine face à son voisin dont il estime qu'il a une meilleure condition que lui, il peut devenir belliqueux et aveugle dans des circonstances qu'il ne maitrise pas. En bref, l'être humain adulte est faible, chez Kaneko, et réagit mal pathologiquement à de tels phénomènes. On pourrait penser que la psychiatre de la ville est alors une clé pour sortir de cet enfer, mais bien entendu, ce n'est pas si simple : elle est tout aussi impuissante et se voile elle-même la face.
  
  
  


© 2004 ATSUSHI KANEKO / ENTERBRAIN, INC., Tokyo.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News