Run Day Burst - Actualité manga
Dossier manga - Run Day Burst

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Lundi, 11 March 2013


Je te confie mon rêve



Ce qui pousse nos héros à avancer réside dans une volonté de fer d'aller de l'avant jusqu'à accomplir leurs objectifs. Mais d’où leur vient cette volonté ? À travers des flash back, on apprend qu'en ce qui concerne Trigger, Barrel et Loader (encore une fois, Cylinder est hors jeu), cette volonté découle d'un passé mouvementé, et à la disparition de la figure du mentor. Que ce soit son père pour Barrel, son entraîneur Barrett pour Trigger ou sa grand mère pour Loader, la quête de nos héros n'était à la base pas la leur. Chacun d'eux a perdu son modèle, la personne dont la reconnaissance leur était indispensable, et c'est en portant le rêve d'un autre qu'ils ont débuté cette aventure. « Je verrai le monde pour toi », « je deviendrai un champion et vaincrai ton rival pour toi », « je deviendrai le numéro un pour toi » : avant de poursuivre leurs propres rêves, ils devront s’affranchir de ce poids qui pèse sur leurs épaules, de ce deuil qui les freine. Le plus souvent, cette envie de poursuivre le rêve d'un autre est liée à un sentiment de culpabilité quant aux disparus.

Avoir été responsable de la mort de cette figure paternelle, ou simplement ne pas avoir pu lui dire ce que l'on avait sur le cœur de son vivant, voilà précisément le genre de traumatisme propre à développer chez nos héros l'envie de vivre pour faire honneur à cette véritable entité, aujourd’hui disparue. Une phrase de Trigger résume à elle seule cette pensée : « je vais faire de toi un homme mort après avoir vécu ». Bien sûr, cette motivation provient en réalité de la volonté de briser les chaînes de la culpabilité, et relève presque d'une sorte d'effet placebo : les morts n'ont que faire d'un accomplissement de soi posthume, en revanche, le sentiment d'avoir accompli son devoir allège la conscience des vivants.

Une autre thématique, directement liée à celle du rêve par substitution, est celle du passage à la nouvelle génération. Les représentants de la génération précédente, après avoir accompli leur devoir de transmission de valeur à la suivante, se doit de disparaître le sourire aux lèvres, l'âme en paix. C'est ce que de nombreux mentors ont été amenés à faire dans le passé de nos protagonistes, et cela sera voué à se reproduire. Toutefois, il existe des figures incapables de comprendre qu'il est temps de s’octroyer une retraire bien méritée, ce qui n'amène à rien d'autre qu'à un égocentrisme qui tend vers la déchéance. L'auteur développera cette thématique à travers le personnage de Number Onederfull, incapable d'abandonner son costume de super héros pour enfiler celui de père responsable. Aller contre la volonté de cette perpétuation naturelle (encore une fois, dans le cadre d'un shonen nekketsu) ne peut qu'engendrer un aveuglement qui mène à un échec certain.
 
 
   
  
 

Chaque coupable est victime de son vécu



On retrouve dans Run Day Burst une autre thématique inhérente au shonen nekketsu à travers cette philanthropie naturelle et qui semble aller de soi.
J'entends par là que dans RDB, si on trouve bon nombre; et ceci est propre au style; d'individus présentés comme étant « parfaits », c'est à dire ne possédant apparemment aucun défaut et pouvant être pris comme modèles absolus, on ne trouve en revanche personne de foncièrement « mauvais ».

 « Les ennemis de la page précédente sont les amis de la suivante » pourrait-on dire. En effet, si tel ou tel individu a un comportement qui va à l'encontre de la morale la plus élémentaire (ne pas voler, ne pas tricher, ne pas tuer, etc ...), c'est avant tout le résultat d'un passé, d'une éducation et d'une expérience qu'il a subis, et qui l'ont menés là ou il en est. Si les adversaires de Trigger et de sa troupe vont jusqu'à tricher ou utiliser la violence pour arriver à leur fin, c'est en général parce qu'ils ont derrière la tête une quête qu'ils pensent noble à accomplir, et il en va de même pour les soldats de l'armée de Dice, persuadés de servir la justice, ou simplement comme écrit précédemment, victimes de leur passé. Un principe qui prend pour modèle la vie réelle, en l'idéalisant au possible, bien entendu. Une belle phrase moralisatrice suffira en général à faire rentrer le rebelle dans le droit chemin, et ce dernier en profitera pour se ranger du côté de nos héros.

C'est un peu facile et stéréotypé certes, mais c'est une réalité : dans Run Day Burst comme dans bon nombre de ses semblables, tout le monde est gentil. Un fait qui découle sans aucun doute du public visé, le manga ayant ainsi une vertu  « éducatrice », ou du moins sensibilisante quant à certains comportements à ne pas adopter.
 
 

© Yuko Osada / SQUARE ENIX CO., LTD.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News