Reborn - Partie 1 - Actualité manga
Dossier manga - Reborn - Partie 1

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 13 Febuary 2009


Une Mafia imaginaire tout en étant réaliste

                                             
Pour Naruto, le thème clef est les ninjas. Pour Reborn!, c'est la mafia. Vu que ce titre est un shônen axé baston et humour, on pouvait se douter que le monde de la pègre instauré dans celui-ci ne serait pas conforme à celui que nous connaissons. Cependant, force est de constater qu'Akira Amano utilise beaucoup de critères de la véritable mafia...

Dans la série, la mafia qui nous est montrée est totalement fantastique. Quelle famille utiliserait à l'heure actuelle des balles permettant de donner à ses hommes une énergie de dernière volonté?! De même pour les "flammes de Dernière Volonté", un sujet qui sera approfondi au fil des volumes mais qui remplace le "Chakra" dans Naruto ou le "Nen" dans Hunter X Hunter. C'est ainsi qu'ici, les mafieux se battent à l'aide de pouvoirs ou d'armes blanches alors que les véritables luttes de mafiosi se font à armes à feu. L'arc du Futur semble d'avantage se diriger vers cette mafia imaginaire puisque nous parlons de fusion de deux familles, ou encore de la famille Millefiore dont l'organisation des troupes ressemble plus à celle d'un empire qu'à celle d'une famille...
Mais, Akira Amano s'est aussi fortement inspirée de la Main Noir véritable. Par exemple, le fait que le successeur du clan soit obligatoirement quelqu'un qui a le même sang que le Parrain, et non un soldat lambda, est tout à fait réaliste. Il en va de même pour la Mama, femme la plus âgée liée au Parrain qui est ici représentée par la mère de Tsuna. Sans nul doute que pour en arriver à ces éléments, l'auteur s'est bien informée, la célèbre saga cinématographique «le Parrain» de Francis Ford Coppola ne doit pas lui être inconnue.
                                
Mais Akira Amano semble aussi s'être mélangée entre clichés et réalité. Ainsi, la Mafia est représentée d'avantage comme une bande de tueurs qu'autre chose alors que réellement, il s'agit plus de clans jouissants de commerces illégaux qui s'en prennent d'avantage aux traîtres et aux rivaux qu'aux innocentes personnes, encore moins aux femmes et aux enfants. Cette image de "truands sans motifs" sera lavée lorsque le lecteur entrera plus en détails dans le passé de la famille Vongola et des autres clans...
                                                               

Graphismes et adaptation

                                    
Aux premiers volumes, le trait d'Akira Amano peut paraître un poil rétro mais est très joli à l'œil. Néanmoins comme dans toute série, ce trait évolue. Passé la dizaine de premiers volumes, les graphismes sont plus précis et les séquences de combat incroyablement belles! Difficile de ne pas saisir un tome juste pour contempler certaines cases tellement le dessin est fluide comparé aux premiers volumes. Amano maîtrise aussi les expression de visage à merveille et sait vraiment retranscrire toute l'intensité d'une scène quand il le faut au travers de son crayon. Les décors sont aussi très réussis, il est rare de voir des pages à l'arrière plan vide.
                                                  
Nous parlions de scènes de combats superbement dessinées, nous y revenons. En effet, par la suite, les combats sont vraiment spectaculaires entre explosions, flammes qui jaillissent à tout va ou encore charges d'électricités détonantes. Les phases de combats sont inexistantes au début où se résument par quelques cases de bataille au corps à corps mais lorsque les pouvoirs des protagonistes feront leur apparition, nous aurons droit à des planches superbes.
                                
L'édition de Glénat est correcte dans son ensemble. Les jaquettes originales ont toutes été reprises et sont faites d'un papier glacé utilisé habituellement par l'éditeur. Le seul changement est le nom français du titre de la série intitulée chez nous "Mon prof le tueur Reborn!" et dont le logo ne change jamais de couleur contrairement à certaines couvertures de la version nippone.
La traduction est bonne, pas de confusion à noter de ce côté. Les noms sont bien transcrits et on ne se retrouve pas avec un "Koronero" au lieu de "Colonnello". L'instauration du nom des techniques peut sembler basique mais est bien pensé. Nous retrouvons ainsi les noms originaux japonais suivis d'un astérisque pour désigner la traduction française de ladite technique entre deux cases.
Les seuls gros défauts résident dans des erreurs de bulles. J'entends par là que certains propos ne correspondent pas au bulles dans lesquels ils se trouvent. On devine facilement qui parle mais le puriste regrettera cette erreur.
Chaque tome coute 6.50 euros, un prix correct pour une série de ce genre et à l'édition de cette qualité.


KATEKYO HITMAN REBORN! © 2003 by Akira Amano / SHUEISHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News