Dossier manga - Reborn - Partie 2

Reader Rating 17 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 27 November 2015


Trois derniers arcs pour marquer la fin



Retour vers le futur !


L’un des arcs majeurs de la série, souvent cités par les lecteurs comme le summum de ce qu’a pu proposer la publication, est celui du futur. Propulsé dans un avenir de dix ans chaotiques, Tsuna va être amené avec les siens à apprendre un nouveau pouvoir, celui des flammes et des anneaux, afin de lutter contre la famille Millefiore qui a décimé presque entièrement les Vongola.

Entamer cet arc narratif lors d’une lecture complète de la série est déroutant. Rappelons que l’histoire d’Akira Amano a passé sept volumes dans un registre purement burlesque sans chercher de véritable intrigue. Le ton sombre de l’arc du futur, présentant un avenir où nombre de personnages clefs sont morts, tranche radicalement avec l’esprit bon enfant auquel nous avait habitué le manga. La surprise est donc de taille sans compter qu’en termes de scénario et de rebondissements, l’auteure n’aura jamais eu d’aussi bonnes idées. De nombreux concepts phares de l’œuvre comme les flammes, leurs caractéristiques et l’importance des anneaux sont l’enjeu principal de cette longue partie de quinze volumes, enjeux appuyés des personnages nouveaux qui montrent leur importance au fil du temps et bénéficient souvent d’un développement qui leur permet de passer de simple adversaire à personnage à forte dimension humaine. Byakuran lui-même est une grande énigme qui tient le lecteur en haleine tout le long de l’arc, les dernières vérités à son sujet n’étant dévoilées qu’à l’amorce du combat final contre ce dernier. La force de cet arc est aussi de savoir se renouveler à chacune de ses étapes. L’intrigue exploite ainsi à fond la mécanique des flammes de dernière volonté, passées sous silence jusqu’au tome 16, au nombre de sept et qui octroient au manieur des attributs bien définis. A partir de là et en multipliant les armes et les pouvoirs, Akira Amano développe toutes sortes de combats à forte dimension stratégique, pour la plupart. Les caractéristiques des flammes entrent souvent en jeu et sont utilisées à bon escient pour générer des affrontements dynamiques à la résolution convaincante. D’autres vont davantage dans le grand spectacle, notamment ceux de Tsuna qui sont un déluge de technique surpuissantes, mais tout en gardant cette notion de tactique liée à l’importance des flammes. Mais cette ingéniosité semble n’avoir duré qu’un temps. Arrivé au terme de l’arc, les affrontements se font plus simples sans compter que le nombre important de personnages empêche une bonne exploitation de chacun d’entre eux. Comme si elle était piégée par toutes les richesses qu’elle avait introduites dans son chapitre narratif, Akira Amano conclut l’arc du futur dans un déluge d’explosion et d’échanges de techniques en tout genre, un final qui prouve bien que Reborn ! appartient au genre du nekketsu.

KATEKYO HITMAN REBORN! © 2003 by Akira Amano / SHUEISHA Inc.


La succession du parrain


L’arc qui suit avait aussi de quoi tenir ses promesses. L’arc de la cérémonie de succession annonçait un tournant dans la série, le moment où Tsuna prendrait ses responsabilités pour devenir le parrain qu’il devait être. Cela aurait pu permettre à la série de s’ancrer de nouveau à un contexte mafieux plus crédible mais aussi imposer de nouvelles difficultés à nos héros, sans compter que cela aurait achevé le traitement du protagoniste qu’est Tsuna. Mais le bilan de cet arc est différent. En réalité, on peut considérer cette partie de l’histoire comme un remake de l’arc Varia, dans la forme et un peu dans le fond, aussi. Après une introduction qui renouait avec l’humour bon enfant de la série avant de gagner en sérieux et de recontextualiser l’œuvre dans une mafia contemporaine, les grands combats de l’arc prennent forme d’un tournoi, de mini-jeux même, par moments. Seule la présence de flammes et de l’exploitation, quoiqu’assez légère, des attributs permet à l’arc de se démarquer mais le récit n’est plus capable de surprendre comme il l’a fait avec l’arc du futur. A ce moment précis, c’est d’autres attentes qu’il faut se fixer avec Reborn !, c’est l’envie d’un shônen explosif, ordinaire mais truffé de retournements de situations qu’il nous faut apprécier. En ce sens, l’arc de la cérémonie de succession réussit avec brio. Les affrontements se dirigent plus que jamais vers le grand spectacle et le scénario sait offrir des développements passionnants qui permettent d’en savoir plus sur l’univers des Vongola. Si l’arc fut décrié lors de sa parution, mais que la série avait élevé de trop hautes ambitions avec le chapitre du futur, réellement inventif. En revenant sur des bases plus classiques, le récit a surpris mais savait garder des ingrédients qui caractérisent Reborn ! depuis son passage à une ère sérieuse : une histoire attrayante, des combats agréables et des personnages attachants, bien que toujours plus nombreux.


Que brille l’arc-en-ciel et que fuse le fan-service !


L’ultime scénario de la série a un titre plus que particulier. L’arc de la malédiction de l’arc-en-ciel cible l’un des plus grands mystères de la série, celui des Arcobaleno, les sept puissants bébés. Au fil de la lecture, les qualités et défauts de l’arc précédents semblent les même : le scénario va de l’avant, les grandes énigmes de la série sont résolues les unes après les autres, tous ces personnages qu’on aime temps s’illustre à tour de rôle, et même si ce n’est que le temps de quelques cases, sans compter que les combats sont plus qu’éblouissants visuellement. Cette dernière étape de l’histoire est peut-être celle de trop, de points de vue non scénaristiques puisque l’histoire continue de trouver une légitimité. La série tente de se renouveler par une ficelle souvent très mal vue dans une œuvre de fiction, celle du fan-service. En proposant une battle-royale ou les grands clans de la série s’affrontent ou s’associent, Akira Amano amène des situations qu’on aurait seulement imaginées dans les fan-fictions foisonnantes sur la toile. Plutôt surprenant pour un dernier arc sans compter que tout le manichéisme de l’œuvre se voit brisé. Les méchants ne sont plus méchants et les ennemis de cet arc développent des raisons d’agir cohérentes, nous sommes alors loin des mauvaises graines connues avec Xanxus et le Byakuran du futur. L’arc joue ainsi sur les plaisirs coupables du lecteur. Difficile d’admettre que l’intrigue propose alors une bonne histoire puisqu’elle ne fait que miser sur les fantasmes du fan de voir s’associer ou se battre tels ou tels personnages sans compter que le scénario part de travers en ce qui concerne les rapports de puissance qui n’ont plus aucune cohérence. Il faut admettre qu’à cet instant, plus que jamais, c’est pour la dimension explosive des combats et ces personnages tant appréciables qu’on lit la série, bien qu’il soit dommage d’achever Reborn ! sur une telle recette.
  
  
  

© 2003 by Akira Amano / SHUEISHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News