Papillon - Actualité manga
Dossier manga - Papillon

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 17 October 2013


La rivalité de deux qui ne font qu’une

 
 
Dans un shojo il est de bon ton de parler de rivalité, mais au final dans tous les classiques du genre. Dans les bons gros blockbusters shonen il faut une rivalité entre le héros, souvent naturellement doué qui s’ignore, et un petit génie dans son domaine. Classique. Une opposition à la fois haineuse et fraternelle, qui fait grandir chacun des protagonistes. Dans les shojos, c’est souvent deux filles ou deux garçons, selon le point de vue du récit, qui vont se disputer l’amour du héros ou du second personnage phare. Les coups bas sont parfois de mise, mais dans la plupart des cas c’est surtout un affrontement à la loyal qui prime. Les caractères sont volontairement bien trempés et différents pour que chaque lecteur puisse s’identifier à l’un ou à l’autre et vibrer en fonction. Mais l’idée de jumelles en rivalité, c’est rare. Et c’est une très bonne idée. L’opposition est classique, mais les opposantes ne le sont pas. C’est une belle idée que de faire s’opposer deux personnes supposées identiques. Parce que à l’origine, les jumeaux sont comme deux personnes issues d’un même être. La plupart d’entre eux disent comprendre ce que l’autre ressent, être triste pour l’autre même à l’autre bout du monde. Ils partagent leurs joies, leurs peines, et c’est souvent qu’ils se comparent à un seul enfant qui se serait divisé par erreur. Ce qui est sûr, c’est que les jumeaux sont proches. Parfois trop pour bien s’entendre, mais ils ne peuvent s’ignorer l’un l’autre tant leur rapport à l’autre est fort. Donc oui, l’idée des jumelles est une belle invention de la part de la mangaka. Surtout au milieu d’un panel de personnages comme dans Papillon. Entre Hana la garce, Ageha la fille parfaite, Ryusei l’ami d’enfance dont le cœur balance et Hayato et sa fausse maturité, on est servi ! Le seul problème concernant cette franche opposition entre elle, c’est son caractère répétitif. Au début, pas trop et puis finalement tout change, Hana se met à en vouloir à sa sœur et à l’envier. Et alors les situations se répètent inlassablement.

Le principal souci entre elles, ce sont leurs différentes. D’éducation, tout d’abord. Hana et Ageha n’ont pas grandi ensemble et ont été séparées à la naissance. Cette dernière était une enfant difficile, sa mère n’arrivant pas à gérer les deux petites filles en même temps, Ageha fut confiée à leur grand-mère. C’est pour cela qu’elle vécu à la campagne, simplement. Elle y a appris la franchise, la simplicité. Là bas, Ageha était une petite fille pleine de vie, presque un garçon manqué. Elle s’épanouissait vraiment, jusqu’au jour où elle dut retourner à la ville, retrouver sa famille. Pour se faire aimer, elle s’est renfermée, a essayé de paraitre inaperçue et de ne surtout pas créer de vagues. Hana de son côté a été élevée comme une fille unique qu’elle n’est pas, récupérant tout l’amour que ses parents adressaient à Ageha. Elle a été choyée, entourée de tendresse et de douceur. Tout ceci a eu de grosses répercussions sur leurs caractères. Hana est donc devenue égoïste, incapable de partager quoi que ce soit. Elle veut tout garder pour elle, que ce soit les privilèges ou les personnes. Pour cela elle a appris à être la fille, l’amie, la petite amie parfaite.
 
 
  
 
 
Hana a plusieurs visages et sait jongler entre eux avec une facilité déconcertante. Et ces traits de personnalité ressortent de manière physique. Elle est belle, sait plaire, et en joue. Hana est coquette, fait attention  à elle et aime s’habiller un peu trop court pour son âge, un peu trop aguicheur. Les accessoires sont une évidence pour elle, et au final elle adore recevoir des compliments en empruntant un faux visage de modestie. A l’opposé le plus total, il y a Ageha. Elle est serviable, très soumise et profondément naïve et incapable de se confronter à l’autre. Elle fuit les conflits et cherche à se débarrasser rapidement de tout élément perturbateur. C’est typiquement le genre de filles à prendre sur elle, à encaisser les coups sans rien dire. Et physiquement, ça se traduit par un manque d’attention pour elle-même, un style classique et négligé. Ageha espère que quelqu’un verra l’intérieur, sa personnalité, celle qu’elle est vraiment … Mais non, ça ne marche pas comme ça.

Le fait qu’elles soient jumelles va permettre à l’auteur de former un triangle amoureux peu habituel. En effet, Hana a une relation étrange avec les garçons qu’elle fréquente. Pour s’assurer de leur fidélité et de leur amour, elle se déguise en sa sœur, leur déclare leur amour et regarde ce que ça donne. Quand le garçon craque, elle le largue. Et il s’avère qu’ils craquent souvent, autant attirés par la beauté d’Hana que par le sérieux et l’inaccessible Ageha. Au final, ça nous montre facilement que la jolie jumelle est jalouse de l’image que renvoie sa sœur. Elle est parfois fatiguée de sa réputation de fille facile, mais au final ça lui convient bien. Elle veut le beurre et l’argent du beurre et en joue. Le travestissement d’Hana en Ageha est un point récurrent dans le manga, et ce même après la transformation physique de cette dernière. Quand elle devient enfin jolie et se rapproche de l’image d’Hana, preuve de sa volonté de lui ressembler, sa peste de sœur va se transformer encore plus facilement. Elle veut semer la zizanie entre Ageha et ceux qui lui sont à présent proches. Ne pouvait tromper leurs parents, elle tente malgré tout de la séparer d’eux en montrant bien tous les souvenirs qu’elle a avec eux. Mais Hana va surtout vouloir posséder Ryusei, le premier et seul amour de sa sœur, en sortant avec lui aussi facilement qu’elle se vernit les ongles. Ageha veut quelque chose ou quelqu’un ? Elle l’aura avant, et c’est particulièrement vrai pour les garçons. Qu’Hayato ne tombe pas dans le panneau va la rendre folle de jalousie et on se demande preste si elle n’est pas réellement amoureuse de lui, à force qu’elle tente de le faire céder à son charme. Surtout qu’Hayato se laisse berner une ou deux fois, facile quand on comprend que les jumelles sont les deux faces d’une même pièce, qu’elles se fondent mais surtout se cherchent pour enfin se retrouver sur la même longueur d’ondes, pour refonder l’amour entre deux jumelles trop vite séparées. Hana déteste Ageha autant qu’elle l’aime, c’est juste sa façon à elle de mettre à distance le fait qu’elle lui manque terriblement depuis qu’elle est toute petite. Qu’elle a vécu avec un trou à la place du cœur, sans jamais vouloir se l’avouer.
 
 

PAPILLON HANA TO CHOU © Miwa UEDA / Kodansha Ltd.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News