Dossier manga - Nodame Cantabile

Reader Rating 19.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 11 July 2013


S’il ne fallait retenir qu’une chose de « Nodame Cantabile », c’est l’ambiance que la série dégage dans chacune de ses planches, cette luminosité qui nous enveloppe et nous prend par la main pour nous emmener dans un autre univers, où les problèmes de la vie de tous les jours existent encore mais où la musique et l’énergie des gens viennent nous réchauffer le cœur à tout instant.

Pourtant, l’auteure n’hésite pas à aborder tout en subtilité des thèmes matures, qui ne cantonnent pas la série à une simple comédie légère sans buts bien définis.


Mezzo Forte

  
 
« Pour durer, l’orchestre doit évoluer. »

Avec tous ses jeunes adultes qui vont bientôt entrer dans la vie active, Nodame Cantabile résonnera particulièrement avec ceux qui eux aussi cherchent leur voie dans leur carrière et leurs aspirations. L’auteure prend ici une approche très concrète de ce tournant important de la vie. Un concert réussi, d’excellentes notes à un examen, un bon article dans un magazine… ne suffisent pas à s’imposer dans le monde. Ils ne sont qu’étapes, encourageantes certes, mais qui ne se suffisent pas à elle-même, ne doivent pas devenir un but en soi. L’auteur aborde avec beaucoup de lucidité et de réalisme ce passage indispensable pour devenir un adulte accompli et épanoui dans la voie qu’il a choisi, d’autant plus quand elle fait partir ses héros pour Paris. Faire des expériences, se confronter au monde, prendre des risques quitte à être blessé, surmonter ses traumatismes, vivre pour soi avec les autres… Nodame Cantabile s’avère en réalité une œuvre très mature derrière la légèreté de son trait et ses phases d’humour. Avec juste le sérieux nécessaire, Tomoko Ninomiya s’attache particulièrement à rendre ses héros (tous ses héros, pas juste les principaux) crédibles et réels, non pas à travers des actes artificiels scénarisés mais grâce à une véritable dynamique de narration et d’interactions, ainsi qu’une sensibilité avérée sur cette période de la vie. Chacun évolue à sa manière, en accord avec ses compétences et ses aspirations, à son rythme. C’est difficile pour tout le monde, et personne n’est à l’abri d’une déception, d’un échec, et c’est ce qui rend ce manga si réaliste à sa manière, en ne créant pas le drama mais en laissant le drama se créer simplement en faisant évoluer les personnages de façon cohérente et naturelle par rapport à leur personnalité respective. Il n’y a pas de sommet, de but ultime à atteindre, chacun cherche simplement à atteindre son objectif personnel et de vivre une vie la plus enrichissante possible, pour ne pas avoir de regrets. Une grande preuve de maturité de l’auteure, qui n’instaure pas une compétition ou un suspens artificiel, et laisse seulement ses personnages progresser dans leur voie propre, et observer jusqu’où ceux-ci peuvent aller.
    
    
  
  
  

Forte

  
 
« Mais elle a vraiment quelque chose ! »

Comme dans son précédent titre « Tensaï Family Company », l’auteure a choisi pour héros des génies dans leur domaine. Que ce soit Chiaki et son talent pour le violon, le piano et la direction d’orchestre ou Nodame qui surpasse Chiaki lui-même en piano et en oreille musicale, nos héros sont des surdoués de la musique. Néanmoins, à chaque instant, elle souligne à travers les efforts de ses personnages que le talent seul n’est pas suffisant. Il faut qu’il soit nourrit par la passion, par la pratique régulière et constante, par un entourage adapté, et surtout par l’envie de l’exploiter à son maximum. En ce sens, la mangaka aborde le déterminisme personnel à travers Nodame, une jeune fille qui aime le piano, dont la musique constitue le seul véritable talent, qui parvient à émouvoir tous ceux qui écoutent ses interprétations, mais qui pourtant ne souhaite pas devenir professionnelle, voudrait devenir professeure de maternelle, et jouer du piano quand elle le souhaite, de la façon dont elle le souhaite. Un gâchis d’un talent énorme, tout le monde pensera, Chiaki le premier. Néanmoins, la question se pose : doit-on forcer une personne à accepter ses dons, même s’ils la rendent malheureuse en fin de compte ? Si Chiaki a embrassé la carrière de musicien professionnel avec une véritable passion et un dévouement complet, ce qui lui a permis d’arriver là où il voulait parvenir ou presque, Nodame apparaît très différente malgré un talent similaire et une vocation certaine pour le piano, et ce depuis son plus jeune âge. Il ne s’agit pas tant d’un rejet de ses forces, car elle aime jouer du piano, elle aime la musique. Néanmoins, elle apprécie surtout de pouvoir laisser libre cours à sa créativité, aussi improductive et imprécise peut-elle sembler. Lui mettre trop de pression, lui forcer trop d’espoir sans qu’elle ait suffisamment grandi et mûri pour accepter de quoi elle est capable ne peut que la braquer et la faire se retrancher sur elle-même.

Quelque part, le talent ne suffit pas, il faut aussi la motivation qui va avec, ainsi que la maturité et la passion nécessaires pour en tirer pleinement parti. Tout le monde n’aspire pas à des grandes choses, et nombreux sont ceux qui se contenteront parfaitement d’une vie simple et calme, avec juste l’amour de leur aimé et de leurs proches.

À nouveau, un thème très mature et qui mérite une réflexion approfondie, et que l’auteure ne nous rabâche pas mais illustre simplement à travers les déambulations quotidiennes de ses personnages.
  
  
 
 
 

Fortissimo

 
 
« Dis, c’est ça tomber amoureux ? C’est ça ? »

Nodame Cantabile parle aussi d’amour et de romance. Pas exactement au sens où nous l’entendons habituellement dans le genre, mais le sentiment est bien là, indubitablement. En effet, la relation entre Chiaki et Nodame est enrobée de beaucoup d’humour, de « je t’aime, moi non plus » avec le sourire, de déclarations ouvertes et spontanées mais très peu de baisers… Pas de drama ou de scènes de séparation déchirantes, juste beaucoup de dynamisme de la part de ces deux fortes individualités. Sincèrement, il est difficile de décrire précisément la relation qui unit ces deux êtres. Ce n’est pas vraiment une romance, parce qu’ils ne parlent jamais vraiment de relations, de rendez-vous, de projets d’avenir ensemble. Au contraire, Chiaki se bat pour repousser les avances de Nodame, tout en revenant sans cesse auprès d’elle et laisse apparaître plusieurs fois sur son visage toute l’affection qu’il a pour elle. Nodame quant à elle montre un amour débordant pour son cher senpaï, puis tout d’un coup fait volte-face et le rejette. Cette relation semble n’avoir aucun sens, aucune base, paraît être basée uniquement sur la fascination de Chiaki pour le talent de Nodame, et pourtant on sent régulièrement une réelle tendresse entre les deux jeunes, et l’impression qu’ils forment un vrai couple. Clairement dysfonctionnel, mais harmonieux pourtant.

L’amour néanmoins ne se limite pas aux relations. L’amour de la musique, l’amour de la vie, de ses petits moments de la vie de tous les jours… Nodame Cantabile constitue quelque part un hymne à l’amour dans sa globalité du quotidien, grâce à une auteure qui respire la joie de vivre à travers chacune des case de son œuvre.

À nouveau, voici un thème sérieux et difficile traité avec subtilité mais surtout légèreté par l’auteure. « Légèreté » ne signifie pas « négligence » dans le cas de Tomoko Ninomiya, mais davantage « joie de vivre », « beauté », « positivisme », tout en montrant beaucoup de respect pour les sentiments de ses personnages.
    
   
 
   
 

Fortississimo (Humour)

  
  
« C’est qu’une grosse chenille toute moisie ! Qu’est-ce que tu veux que je fasse de ça !? »

Enfin, nous arrivons à la grande force de « Nodame Cantabile » : l’humour. En effet, le moins que l’on puisse c’est que le rire et la bonne humeur règne d’une main de fer sur ce titre. Que ce soit dans la relation entre Chiaki et Nodame, les interactions de Chiaki avec toutes ses nouvelles connaissances, le personnage de Milch, les réactions complètement à la ramasse de Nodame… Tout prête à la bonne humeur, à sourire, à prendre les choses comme elles viennent avec le sourire et continuer à avancer. Un constat qui sera répété cent fois, mais Nodame Cantabile est une œuvre très lumineuse, joyeuse, pleine de vie. Elle n’efface pas les difficultés de la vie mais nous invite à la regarder sous un regard différent, pas avec plus de nonchalance mais plus d’émotion et de sincérité de l’âme.

Tout au long de l’œuvre, par petites touches, l’auteure s’attache à nous divertir par le rire aussi bien que par l’émotion. Et parmi les déclencheurs d’émotions, il en est peu d’une puissance aussi terrible que la musique, qui fera l’objet de la prochaine page et retentit tout du long du manga.
     
   

NODAME CANTABILE © 2002 Tomoko Ninomiya / Kodansha Ltd.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News