Mardock Scramble - Actualité manga
Dossier manga - Mardock Scramble

Reader Rating 17.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 17 August 2018


Justice ou vengeance

  
L’intérêt d’un univers tel que celui mis en place par Mardock Scramble est indéniablement celui de pouvoir explorer différents thèmes plus ou moins variés. Ce sera bien évidemment le cas, ici aussi. Cependant, autant le dire immédiatement, il y aura de quoi rester quelque peu sur sa faim. Car si l’œuvre ouvre de nombreuses portes et amène à la réflexion, elle va rarement au bout des choses.
  
En réalité, là où le bat va blesser au départ, c’est avant tout au niveau de l’héroïne de l’œuvre. Rune Balot nous est présentée de façon tout à fait tragique dans l’introduction du film. Pourtant, elle peinera dans un premier temps à nous séduire. Ce n’est pas forcément sa faute dans le sens où elle sera contrainte un temps d’être muette et son nouveau statut a de quoi troubler. Néanmoins, le constat est là. Rune parait terne, sans grande personnalité. Tout n’est, ceci dit, pas aussi sombre que cela. Car dans les faits, au fur et à mesure de l’œuvre, Rune évoluera. Mais cela se fera beaucoup par questionnements et par rencontre. En définitive, elle est amenée à se reforger une personnalité au contact d’autrui et du monde qui l’entoure. Et ce n’est qu’après tout cela qu’elle pourra une nouvelle fois sortir de son œuf (pour rester sur la thématique chère à la trilogie), pour « vivre » à nouveau pleinement. A ce niveau-là, sa relation avec Oeufcoque sera très importante et sera assurément l’un des moteurs et des atouts de l’œuvre. La petite créature prenant la forme d’une souris est indéniablement l’une des réussites de Mardock Scramble.
  
  
  
  
  
En effet, avec le temps et au fur et à mesure de chacun de films, on en viendra presque à considérer Oeufcoque comme le personnage central de l’intrigue. C’est sans aucun doute dû à sa proximité avec Rune, mais aussi parce que c’est lui qui fait le lien avec d’autres personnages, tels que Boiled, ou même le docteur Easter. C’est aussi à travers lui que des sujets tels que le transhumanisme pourront être exploités de manière quelque peu originale.
  
Mais pour en revenir à Rune et son histoire plus personnelle, Mardock Scramble met donc en avant une histoire de vengeance. Ou, plutôt, laisse planer le doute sur ce que compte faire son héroïne vis-à-vis de l’homme qui lui a couté sa première vie, si l’on peut dire les choses ainsi. Au final, il faudra attendre le troisième film de la trilogie pour voir les choses véritablement bouger et cette thématique, pourtant centrale et mise en avant dès le départ, prendre son essor. Globalement, il n’y aura pas de quoi être déçu à ce niveau-là. C’est sans doute l’une des pistes les mieux explorées par cette trilogie, au contraire d’autres concepts qui n’auront été qu’effleurés, traités de manière trop superficielle, ou alors venant se perdre dans le rythme mollasson de l’œuvre. C’est un point sur lequel nous reviendrons un peu plus tard et qui se révèle comme l’un des problèmes majeurs des films, rendant difficile pour le spectateur de conserver à chaque instant toute son attention sur ce qu’il se passe. Pourtant, si l’on veut pouvoir vraiment saisir l’intégralité de ce qui nous est présenté, c’est quelque chose d’absolument nécessaire. Car comme souvent dans ce genre d’œuvres, surtout au sein de l’animation japonaise, il n’est pas toujours aisé de voir et comprendre là où cherche à aller Mardock Scramble.
  
  


Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News