Dossier manga - Les Fleurs du Passé

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 14 Febuary 2014


Triangle amoureux : thème épuisé ?

  
La série, dès le départ, utilise une thématique vue et revue, classique et vieille comme le monde, à savoir le triangle amoureux. Il est cependant étrange de constater que ce thème à beau avoir été exploité bon nombre de fois, ce dernier ne semble pas prendre une ride et continue à faire susciter l’imagination. Pourtant le concept est ce qu’il y a de plus simple, mais c’est peut-être cela qui fait tout son succès. Les Fleurs du passé n’échappe pas non plus à la règle et nous propose au point de départ des éléments classiques et simples. En effet, il va rapidement se créer une rivalité amoureuse entre Shimao, le mari décédé de Rokka, et Hazuki, le jeune prétendant, afin d’obtenir le cœur de la belle. Rien de bien révolutionnaire en somme. Toutefois, ce qui fera réellement l’originalité de l’œuvre, c’est justement l’exploitation du triangle amoureux dans une situation des plus atypiques. Une situation spéciale où le lecteur retrouve un jeune homme amoureux d’une veuve, qui devra se confronter au fantôme de son défunt mari, loin de vouloir lâcher le morceau et ce, malgré la mort. Le titre utilise donc peut-être un sujet des plus clichés mais celui-ci le réexploite d’une manière peu orthodoxe.

Outre l’originalité certifiée, la série tirera sa force également dans la maturité de sa narration, de l’approfondissement des personnages ou encore du développement des sentiments entre le trio formé par Rokka, Shimao et Hazuki. Haruka Kawachi traitera avec sérieux, réalisme et justesse son intrigue, et plus particulièrement les sentiments entre nos trois protagonistes. Rien n’est jamais aussi simple ou aussi complexe, il y a toujours une justesse à effleurer, une chose que l’auteure a bel et bien compris. La relation entre notre trio n’est jamais blanche ou noire mais entremêlée de tout un tas d’émotions paradoxales. Shimao, le défunt mari, en est le parfait exemple. Lorsqu’il était vivant, il se donnait une image de quelqu’un d’étourdi et pouvait dire ou demander des choses qui allaient à l’encontre de ses désirs intérieurs et profonds. Il « voulait » notamment pousser Rokka à jeter toutes ses affaires et qu’elle recommence dès sa mort une nouvelle vie. Mais au moment de son décès, lorsque Rokka le suppliera de rester, Shimao ne pourra que rester. Et à croire que la mort vous libère de toutes les appréhensions humaines, dès l’arrivée du prétendant, le défunt mari ne va pas hésiter à s’accrocher à son épouse et à mettre des bâtons dans les roues d’Hazuki, et il est même prêt jusqu’à aller lui voler et hanter son corps. Une rivalité amoureuse entre les deux hommes qui ne pourra qu’être des plus explosives et qui amènera dès lors à des discussions bien crues et acerbes, dont le lecteur aura bien du mal à ne pas se délecter. En mettant en avant des dires acerbes, on pensera notamment à celui-ci, reflétant à merveille la relation acérée, ironique et drôle entre les deux hommes, « Pourquoi es-tu apparu en caleçon, hier ? J’ai pensé que si jamais tu me voyais, ça te ferait fuir » ou encore, « Un mort ne devrait pas la monopoliser, il devrait me la léguer ».
  
  
  
  
  
De son côté, Hazuki va bien évidemment tout faire pour capturer le cœur de la chef, même si pour cela il doit se taper au jour le jour la présence ennuyante de Shimao, prêt à lui en faire voir des vertes et des pas mûres. D’une nature assez franche et sincère, notre héros va tout faire pour gagner le cœur de sa dulcinée en jouant soit sur l’audace (lui déclarer rapidement ses sentiments, provoquer Shimao en essayant de se rapprocher d’une manière ou d’une autre de Rokka, etc.), soit par l’intermédiaire de sacrifices (« Je veux bien être le n° 2 toute ma vie »), tout en sachant qu’il sera bien difficile de convaincre une veuve en tant que tel. Cela n’empêchera néanmoins pas Hazuki de persévérer à courtiser Rokka. Et pour ce qui est de Rokka en personne, cette dernière sera flattée et plus sensible à la présence d’un homme depuis l’arrivée de son jeune prétendant. Cependant, la chef continuera à poursuivre l’ombre de son mari.

Tout ceci nous démontre bien que rien n'est acquis, et que seul le temps et l’évolution ou non des sentiments amèneront à du changement ou à une malheureuse stagnation au sein de nos trois protagonistes. Ceci nous démontre également que l’auteure avance dans son récit avec intelligence, sans jamais aller dans la facilité. Haruka Kawachi exploite son récit avec originalité tout en restant simple et compréhensible dans les diverses composantes qu’elle aborde, et plus précisément dans le triangle amoureux. Donc non, le triangle amoureux est encore loin de nous avoir révélé tous ses secrets en tant que sujet et il continue à nous passionner. Les Fleurs du passé en est la preuve vivante.
  
  

© 2010 by Haruka Kawachi Original cover design / Nawata Kohei design office

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News