Dossier manga - Le monde du travail, ce monde impitoyable...
Sommaire

Publié le Vendredi, 25 September 2020


Une entrée ultra-sélective


Je pense que la plupart des jeunes (ceux qui ont moins de 30 ans, et encore...) seront d'accord avec moi : il est de plus en plus compliqué, actuellement, de rentrer sur le marché du travail. Je pense que vous avez lu dans un manga, vu dans un drama, ces fameuses scènes où l'on voit des sessions de candidats qui ont postulé dans de grandes entreprises et qui sont reçus à la chaîne, ensemble, lors d'entretiens. Ces jeunes diplômés qui sont bardés de spécialisations, qui ont des stages à l'étranger, qui connaissent 2, 3, 4 langues... L'offre est bien en dessous de la demande et on écrème comme on peut. On demande de l'expérience à des jeunes qui ont poussés leurs études au maximum pour tenter de sortir du lot, et qui sortent de là à 25 ans. Et quand on a peu de diplômes, eh bien mes amis... Vous n'aurez pas beaucoup de choix. Vous allez devoir prendre ce qui se présente à vous. Prenons l'exemple du manga First Job, New Life!, ou quand le destin va vous amener dans une boite de graphistes publicitaires pour des pachinkos. Si vous avez de la chance, vous trouverez quelque chose qui correspond à votre profil, et sinon, ce sera supermarché/vendeur en CDD, intérimaire et pire... Livreurs, chauffeurs ou je ne sais quoi en autogestion, pour gagner en liberté... La liberté de vous exploiter vous-même en gros. Et tout cela avec des salaires de misère.

Il y a toujours des exceptions à la règle bien sûr, je l'ai souligné plus tôt : avec de la chance, vous vous en sortirez. Mais avec la crise économique qui pointe en raison du coronavirus... La bataille sera d'autant plus rude pour les nouveaux sortants. Et pour ceux qui voudront déjouer un minimum ces règles... C'est la douche froide assurée. Comme dans ReLIFE, avec Arata qui aura quitté rapidement son travail, au bout de quelques mois, et qui aura bien du mal à justifier ça auprès de ses employeurs.





Le gros problème de ce monde du travail, c'est celui qu'énonce Franck Lepage dans sa conférence gesticulée « Incultures 2 ». Le système a permis de créer beaucoup de diplômés du supérieur. Le problème, c'est que nos sociétés actuelles ont perdu petit à petit leurs industries, à cause d'une succession de délocalisations, et on se retrouve dans des sociétés de services. Et dans ce cas, on se retrouve avec un petit souci : le monde du travail va en grande partie se diviser en deux catégories : les « jobs à la con » de service (livreur, chauffeurs, caissière...) et les métiers hyper spécialisés qui demanderont aux diplômés encore plus d'investissement en temps/argent. Et la situation ne va pas en s'arrangeant malheureusement. Bien évidemment, ce que je viens d'expliquer, ce ne sont que de grandes généralités, il y aura toujours des exceptions pour nous donner un peu tort.
  
  



Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News