Dossier manga - L'Affaire Sugaya
Sommaire

Publié le Jeudi, 22 March 2012


Une enquête de passionnés...

 
Sur ces bases, nous allons donc pouvoir suivre les différentes étapes de l'enquête de Shimizu : rapprochement de l'affaire de 1990 aux quatre autres affaires similaires, constatation que la plupart des preuves n'existaient pas (à l'image de la déposition incohérente de Sugaya, sans doute donnée sous la persuasion de la police) ou étaient incertaines (comme les tests ADN, encore peu fiables à l'époque), incohérences de l'enquête policière de l'époque...

Chaque étape est décrite avec un soin méticuleux. Le récit est donc bavard, mais immersif, aucun dialogue n'étant de trop, les choses se suivant de manière logique, tandis que chaque nouvelle avancée met un peu plus en avant les facilités et aberrations de la police et de la justice de l'époque, qui n'a jamais cherché à valider les preuves à 100%.

Chaque avancée fait ressortir la passion de Shimizu et de son équipe, leur obstination devenant de plus en plus excitante et admirable, car même quand la justice refusera de reconnaître ses torts, le journaliste n'abandonnera pas, ira au bout.

Malgré tout, sur le coup, à la lecture, certaines étapes peuvent paraître bizarres, tant on a l'impression de voir quelques raccourcis ou choses pas très fiables. C'est ce que l'on peut se dire, par exemple, du parcours à vélo retracé par l'équipe de Shimizu dans le but de voir si la déposition de Sugaya tenait la route. Il n'en est finalement rien, les textes parvenant bien à expliciter l'efficacité de cette méthode qu'on n'a pas pas forcément l'habitude de voir, loin de là. Une méthode qui fait donc ici ses preuves : face à une enquête facile et bâclée, les expérimentations et pistes parfois fausses choisies par Shimizu nous prouvent qu'un vrai journaliste, s'il veut bien faire son travail et aller au bout des choses, doit se bouger, donner un maximum de sa personne et ne jamais lâcher, même si quelques erreurs doivent être de la partie. Être un journaliste, un vrai, c'est avant tout être un passionné.
  
 



... qui n'oublie pas sa part d'humanité


En parallèle, les auteurs n'oublient pas les détails dans les douleurs et développements annexes que peut réveiller l'enquête.

S'ils sont peu mis en avant, les compagnons de Shimizu ont tout de même droit à leur joli petit moment. Sur ce point, on retiendra surtout les pleurs du technicien du son Masatoshi Hamaguchi face à l'exorcisation des douloureux souvenirs du passé de la mère de la défunte Mami.

Mais on retiendra surtout la mère de Mami elle-même, les souvenirs qui se réveillent chez elle, femme endeuillée qui, bien des années plus tard, voit ressurgir devant elle les fantômes du passé, et qui aurait préféré, au départ, oublier le souvenir le plus traumatisant de sa vie, en se raccrochant à la culpabilité supposée de Sugaya comme à un exutoire. L'enquête de Shimizu sera un bon moyen pour elle d'enfin demander pardon à son enfant.



VS. - KITAKANTO RENZOKU YOJO YUKAI SATSUJIN JIKEN NO SHINJITSU © 2010 by Hiroshi Takano, Kenichi Tachibana / SHUEISHA Inc., NTV

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News