Dossier manga - Kizuna

Reader Rating 19.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 19 January 2012


Autour du manga …

 
Graphismes
Malheureusement, les bonnes idées de la mangaka sont souvent desservies par un graphisme très particulier. Ses débuts sont d’ailleurs un peu ardus tant les proportions et l’esthétique des corps sont mal rendus. La souplesse dans le trait ne vient que tardivement, et même comme ça les faciès continuent d’être durs, sans nuances pour arrondir le tout. Les arrières plans sont souvent vides, et le design des personnages n’est pas toujours à leur avantage : la différence d’âge entre Masa et Kai suffisait, nul besoin d’en exagérer le contraste par un graphisme presque dérangeant. Ainsi, l’auteur est assez à l’aise avec les gros plans, mais on la sent plus maladroite dans les plans larges explicitant des actions où les proportions et perspectives en prennent un coup. Heureusement, l’amélioration de l’auteur est significative : son style se fond de plus en plus dans la narration, qui gagne en intérêt et masque donc les défauts que les premiers tomes, décevants, ne pouvaient camoufler. De plus, son trait permet de distinguer rapidement quels personnages sont efféminés et de comprendre rapidement les rapports qu’entretiennent les protagonistes. Kizuna est l’un des plus anciens titre yaoi à être sorti en France. A l’époque seule alternative des fans du genre, ce n’est pas pour autant qu’il a été détrôné par les récentes séries qui pullulent à présent sur le marché. Il lui reste donc un petit goût de nostalgie, un certain charme qui vient de son ancienneté graphique, que l’on finira par apprécier. Un point intéressant est que l’auteur aime beaucoup le shonen et son trait est ainsi orienté en ce sens, loin des corps anorexiques et longilignes des yaois classiques comme on pourrait le voir chez Toko Kawai ou Yuki Shimizu. Elle conserve cette rudesse dans le trait, et la carrure des personnages est souvent importante à son goût, ce qui lui permet de donner un style bien particulier à son œuvre que, finalement, on aime de plus en plus au fil de la lecture.


Édition
L’édition de Tonkam a toutefois rendu un travail pour le moins classique, dans ce qu’on pouvait attendre mais sans en faire trop. On note en premier lieu le format, plus grand que les vieilles séries de l’éditeur. Cela nous permet d’apprécier pleinement la lecture, sans l’inconvénient de voir des planches rétrécies et peu lisibles. La qualité du papier est également satisfaisante sur le long court, avec une blancheur qui tient bien face aux années et se montre également très peu transparente sauf dans les tous premiers tomes, cela s’améliorant rapidement. Au niveau de l’adaptation, on remarque quelques fautes d’orthographe et d’inattention au fil des pages, et malheureusement beaucoup d’onomatopées (si ce n’est toutes) ne sont pas traduites, et encore moins adaptées. Ce qui a comme répercussion de nous laisser un peu de marbre face à certaines cases où l’on ne saisit pas tout. Mais on pardonne au vu des pages couleurs, extrêmement appréciées dans une édition aussi ancienne !


Adaptations
En plus de quelques CDs drama, Kizuna a bénéficié d’une adaptation en OAV: deux épisodes de 30 minutes chacun, diffusés entre 1994 et 1995. Un OAV bonus a été réalisé en 2001 dans un épisode de 45 minutes pour revenir sur les moments forts du couple.

 
  
  
 

Conclusion

 
Kizuna est un incontournable dans le paysage du yaoi français, tout comme Fake, New-York New-York ou le très largement moins bon Gravitation. Qu’on apprécie ou non le style de l’auteur, il n’en reste pas moins une base dans le genre puisqu’il nous a fait découvrir les codes, les facilités du genre. De plus, c’est une série longue qui mérite que l’on s’y attarde plus que dans les premiers tomes, décevants. Parce qu’au-delà des erreurs et du graphisme rebutant, il y a une exploitation très intéressante des sentiments dans l’univers particulier de la mafia. Et au contraire de bien d’autres séries, le contexte a son importance et son utilité. On se passionne donc rapidement pour les amours de nos quatre héros, tous bien différents mais également travaillés, sans oublis ni silences. A lire, indéniablement, si l’on s’estime fan de yaoi !
 
 
Dossier mis en ligne le 20/01/2012.
Mise à jour le 12/09/2013.
 
 
Fiche de la série: Kizuna
Fiche de la série VO: Kizuna vo
Fiche de l'auteur: Kazuma Kodaka
 
 

Dossier réalisé par NiDNiM


KIZUNA © Kazuma Kodaka 1992/LIBRE Publishing Co., Ltd.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News