Jojo's Bizarre Adventure - Actualité manga
Dossier manga - Jojo's Bizarre Adventure

Note des lecteurs 18.50 /20

Sommaire

Publié le Dimanche, 30 Décembre 2007


Les Stands

 

 
L’un des deux ingrédients principaux qui font la magie de Jojo, avec le principe générationnel, c’est sans aucun doute, la grande invention de Araki : les Stands, si souvent copiés !
 
Ils n’apparaissent qu’à partir de la troisième partie ; les deux premières voyant les combats se régler à l’aide de l’onde, technique respiratoire permettant de produire une forme d’énergie interne (Hamon).
Les Stands sont en quelque sorte la matérialisation de l’esprit combatif de la personne qui l’utilise, que l’on appelle le « manieur » (de Stand donc), ils peuvent prendre à peu près n’importe quelle apparence, humaine, animale ou autre, ils peuvent être organiques, métalliques ou immatériels…la seule limite c’est l’imagination d’Araki !
Leur nom vient du verbe anglais « To stand » qui signifie « se tenir », « se dresser »…et justement les Stands se dressent auprès de leurs manieurs qui se battent grâce à eux !
 
On sent que Araki, n’avait pas prévu d’aller aussi loin, et même concernant la partie 3. En effet au départ le nom de chaque Stand est associé à une carte de Tarot, ce qui impliquait qu’il n’aurait pas du y avoir plus de 22 Stands…hors rien que dans la partie 3, on en compte 33…il a donc du improviser pour la suite. C’est à partir de la partie 4 que les noms sont des références à des groupes ou artistes musicaux !
 
Bien qu’ils puissent prendre tous types d’apparences, les Stands suivent certaines règles (qui se développent au fil des parties…et que l’auteur se plaît parfois à transgresser…)
- Une personne ne peut avoir plus d'un Stand à la fois. (Yanguu et son Harvest dans la partie 4 est une des exceptions)
- Seuls les possesseurs de Stand peuvent voir les autres Stands. Il existe malgré tout des Stands tangibles (très rare au demeurant), qui se laissent voir par les êtres humains, mais il semblerait que ce soit plutôt volontaire qu'autre chose.
- Seuls les Stands peuvent atteindre d'autres Stands physiquement, même les possesseurs de Stands en sont incapables. Encore une fois, les Stands tangibles peuvent être atteints physiquement par des êtres humains.
- Les dégâts reçus par un Stand se reflètent sur son manieur ; si le Stand est détruit, le manieur meurt. Et inversement le Stand disparaît à la mort de son manieur (le Stand Notorious B.I.G. de la partie 5 en est une exception)
- Chaque Stand possède un certain rayon d'action dans lequel son pouvoir agit. De plus, si le Stand s'éloigne de son porteur, ses pouvoirs déclinent, excepté les Stands dits « automatiques ». De cette règle découlent trois types de Stands :
- Les Stands à rayon d'action limité (de 2 à 10 mètres). Ils sont généralement prévus pour être puissants au corps à corps, mais ils perdent tout pouvoir à longue distance. Cette catégorie regroupe la majeure partie des Stands.
- Les Stands à rayon d'action élevé (plus de 10 mètres donc). Ils sont rarement doués au combat rapproché et doivent donc l'éviter. Pour pallier leur faiblesse, ces Stands possèdent généralement des pouvoirs spéciaux. - Les Stands automatiques. Complètement indépendants, ils sont sous la contrainte d'une règle d'activation; par exemple, le porteur peut décider que le Stand s'activera si quelqu'un désobéit à un ordre, alors le Stand agit sans que le porteur puisse intervenir. Ces Stands ont une portée illimitée, toutefois, le porteur ne peut les contrôler directement et ne peut savoir ce qu'ils font. De plus, si le Stand est détruit ou même blessé, le porteur n'en reçoit pas les conséquences.
- Il existe une dernière catégorie, qui se croise avec les autres et qui est celle des Stands multiples. Ceux-ci semblent constitués de plusieurs Stands, mais l'ensemble agit comme un tout. Le principal avantage d'un Stand multiple est que la perte d'un élément a rarement de l'effet sur le manieur. (Catégorie vraiment à part, car très rare)
- Les Stands n’ont pas de volonté propre et ne peuvent agir sans leur manieur (Koichi et son Echoes de la partie 4 sont une exception)
- Un Stand n’évolue pas, il possède toutes ses capacités dés le départ, c’est au manieur de les découvrir (Koichi et Echoes sont encore une exception). Il n’existe qu’une seule condition pour qu’un Stand évolue, vous l’apprendrez sur la fin de la partie 5 !
- Bien que cela soit peu fréquent, les animaux peuvent également posséder des Stands.

 
 
Dans la troisième partie, les Stands sont juste là, du coup on sent que Araki a ressenti le besoin de leur donner une origine dans la partie 4, origine étant due à un artefact qui constituera ensuite un lien supplémentaire avec les parties suivantes (et qui aboutira enfin dans la partie 7). Il établira pour l’occasion de nouvelles règles et fera alors apparaître des Stands de plus en plus originaux (d’un autre côté, il faut bien éviter la redondance)
 
Il existerait trois façons de développer un Stand :
- Par la naissance tout simplement ! Il se développe généralement vers la puberté.
- Après avoir été blessé par une des « flèches ». Il existe six de ces artefacts dans le monde, si une personne normale est blessée par l'une d'elles, il recevra un Stand, ou mourra s’il n'est pas psychiquement assez fort. Quel que soit l’endroit où la flèche frappe !
- Après avoir été touché par la capacité du Stand du boss de la sixième partie
- Après avoir traversé la « Devil’s Palm Valley » (Vallée de la paume du Diable), en plein désert (dans la partie 7)
 
Voilà à peu près tout ce qu’il y a savoir sur les Stands ; leurs capacités sont très variées et peuvent aller du contrôle d’un élément (feu, eau…) à la régénération en passant par le contrôle des pensées, des rêves, l’amputation de l’espace ( ???) ou la création de passages entre les dimensions ( ???).
Il est également dit que les possesseurs de Stands s'attirent les uns les autres, c'est pourquoi il y a des concentrations de telles personnes dans des endroits précis.
Dans un combat, la connaissance de la capacité du Stand ennemi est bien entendu l'enjeu principal. Les possibilités diverses et cette représentation nouvelle de la puissance psychique marqueront l'histoire du shonen !
  
 
 

Les combats

 

 
Une des grandes forces de Jojo, ce sont ses combats ! En tout bon shonen qui se respecte, les affrontements dans ce titre sont très nombreux, mais ici à l’inverse d’autres titres, les combats sont beaucoup plus originaux, plus axés sur la réflexion que sur la combativité même…rien ne sert d’être puissant dans Jojo, il faut avant tout identifier les capacités de son adversaire et se servir de ses faiblesses…l’ingéniosité prime. Ici pas de second souffle improbable, de force cachée ou d’entraînements avec des vieux maîtres (exception faite de la seconde partie), les personnages ont toutes les cartes en main dès le début, ils connaissent leurs capacités, celles de leurs compagnons…à eux de les exploiter pour la victoire. Par exemple le personnage de Rohan possède un stand qui peut lire les pensées des gens et leur en insuffler de nouvelles…en se servant de cette capacité intelligemment Rohan, qui est faible physiquement, est un adversaire redoutable !
Ainsi les combats stratégiques sont emplis de rebondissement autre que l’utilisation de techniques secrètes, ils sont souvent ahurissants d’ingéniosité, haletant voir dramatique !
Dans Jojo ce qui domine c’est l’esprit, l’anticipation et l’ingéniosité !
  
  
 

Les influences

 

 
Les premiers titres à avoir marqués Araki sont Ashita no Joe, Babel II, Kamui Den et bien sûr Dragon Ball auxquels on peut trouver plusieurs références (Koichi et Echoes, le combat entre Rohan et le gamin avec sa casquette de Base ball…)
Comment ne pas citer également Tetsuo Hara ? Auteur dont le trait l’a grandement inspiré pour ses personnages !
 
Araki est un artiste qui s’intéresse à de nombreuses choses et puise son inspiration de toutes  parts, il aime la culture occidentale et les voyages et cela se voit dans Jojo.
 
L’histoire commence en Angleterre, toutes les générations des Jojo vont voyager à travers le monde, la seconde partie est une aventure qui se déroule aux quatre coins du globe, la troisième nous fait traverser toute l’Asie, avec des étapes touristiques, la cinquième se déroule en Italie, la septième traverse tous les Etats Unis…Et ses héros sont issus de divers pays et diverses cultures ! Araki aime particulièrement l’Italie, nombre de ses personnages sont Italiens dont deux principaux : Giorno et Gyro. Araki aime l’exotisme et cela se ressent dans son oeuvre.
 


 La musique a également été une influence très importante, on ne compte plus les références musicales qui apparaissent depuis 20 ans tout au long du titre : noms de personnages, noms de Stands, parfois explicites, parfois dissimulés… les références sont plutôt pop ou rock, mais difficile de tout identifier.
Quelques exemples : la famille Zeppeli fait référence à Led Zeppelin ; les quatre Dieux vampires se nomment Santana, Esidisi, Wamuu et Kars, références à Carlos Santana, ACDC, Wham et Lars Ulrich batteur de Metalica ; les Stands Pearl Jam, Earth wind and fire, Boys II men, Red Hot chilli Pepper, Kiss, Foo fighters et j’en oublie se passent de commentaires ; le personnage Jean Pierre Polnareff faisant référence à notre Michel national… vous pouvez vous amuser à tout chercher… bon courage !
 
Si pour les noms, Araki se réfère à des groupes de Rock, il s’inspire grandement du cinéma pour ses univers. Chaque partie de Jojo pouvant se rapportant à un type de film, on trouve les vieux films d’horreur pour la partie 1, les films d’aventures type Indiana Jones pour la partie 2, les roads movie pour la partie 3, les polars avec serial killer pour la 4, les Parrains et films de mafieux pour la 5, les films de prison pour la 6eme et les western pour la 7eme… qui dit mieux, ne manque plus que les films de guerre (ou les films pornographiques)
Et tout du long on trouve des scènes angoissantes rappelant certains films d’horreurs !
On trouve aussi des références plus ciblées tel Dio Brando, référence à Marlon, ce dernier étant même croqué par Araki, apparaissant sur un écran de télé…
  
  
 

L’influence de Jojo

 
 
 
 
L’influence de Jojo au Japon est impressionnante, le phénomène a une ampleur sans comparaison comparé à la France, on retrouve Jojo partout, c’est devenu une véritable obsession pour de nombreux fans, à ce stade on peut même parler de fanatisme… Il y en a qui s’amuse à essayer de reproduire la gestuelle, les mouvements, les positions adoptées par les personnages lors de certains passages emblématiques ou sur certaines couvertures.
 
Mais Jojo possède également de nombreux fans parmi les mangakas et les références sont nombreuses :
- Togashi s’est clairement inspiré de Dio pour le personnage de Hisoka dans Hunter X Hunter (la tenue est quasiment la même), de même on peut rapprocher le nen de ce même titre de l’onde de Jojo. Plus flagrant encore, dans Yuyu Hakusho, l’arc Sensui s’inspire honteusement de la troisième partie de Jojo : pouvoir d’ombre comme Alessi, pouvoir à zone limité tels les Stands, deux des personnages rappellent les frères D’Arby…
- Hagiwara (Bastard) reconnaît s’être inspiré des Stands pour son manga « Bakuen Campus Guardress » et tout comme Araki pour Jojo, on trouve de nombreuses références musicales dans Bastard (uniquement à du Métal là)
- Les références aux stands sont très nombreuses, on la retrouve dans de nombreux titres, dans Shaman King par exemple (ou les fantômes remplacent les Stands), pour l’animé S-Cry-Ed et ses « Alters », le rapprochement est encore plus flagrant, de même pour Zatchbell, ou les personnages se battent par l’intermédiaire de démons, on peut aussi trouver que les Zanpakutos de Bleach et les Innocences de D-Gray Man, conférant des capacités très spécifiques à leurs utilisateurs, ne sont pas sans rappeler les Stands…
- Kazuki Takahashi, auteur de Yu-Gi-Ho reconnaît être fan de Jojo et s’être inspiré de Jotaro pour le personnage de Yugi… et entre nous matérialiser des monstres et autres pour qu’ils se battent à la place des héros, ça ne vous rappelle rien ?
- Watsuki (Kenshin) reprend les poses si particulières des persos des premières parties de Jojo dans Busou Renkin, dont le héros est un fan d’un certain Rohan Kishibe
- Les Clamp sont des fans de Jojo, elles ont réutilisé les cartes de tarot symbolisant les Stands de la troisième partie pour X
- L’auteur de MPD Psycho, également fan de Jojo a déclaré avoir failli arrêter de dessiner pensant qu’il n’atteindrait jamais la perfection de Jojo
 
On trouve également des références dans les jeux vidéos :
- On retrouve le système générationnel dans des RPGs tels que Dragon Quest ou Phantasy Star
- Dans le récent RPG « Blue Dragon », auquel participe Toriyama (Dragon Ball), les personnages se battent en utilisant des ombres se matérialisant et représentant leur force intérieure.
- La série des « Personna », reprend carrément le principe des Stands
- Dans les jeux de combats, des designs de persos de Jojo ont été repris de façon plus ou moins honteuse : Benimaru de la série « King of Fighters » est un clone de Polnareff ; le personnage de Rose dans « Street Fighter Zero » est identique à Lisa Lisa de la seconde partie ; dans « World Heros 2 ; on trouve un nazi robotisé comme dans la seconde partie de Jojo, et le boss de fin se nomme Dio (et reprend le design d’un personnage d’un autre titre de Araki)  (Source : Wikipedia)
 

    
  

JOJO'S BIZARRE ADVENTURE © 1986 by Hirohiko Araki/SHUEISHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News