Iris Zero - Actualité manga
Dossier manga - Iris Zero

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 23 May 2013


Pluralité des genres

 
 
Avant toute chose, il convient peut-être de souligner un fait intéressant dans la série de Piroshiki et Hotaru Takana. Ce fait, c'est la pluralité des genres.

Au vu du sujet de base, au départ on peut s'interroger quant à ce qui va nous attendre dans la série. Aura-t-on affaire à un manga scolaire comme tant d'autres ? A de la tranche de vie ? A un manga comique ? A un drame ? A une oeuvre sociale ? A une série fantastique ? Hé bien, pour répondre, Iris Zero, c'est tout ça à la fois, et même plus.

Si le sujet de base fait plutôt dans le fantastique, vous découvrirez dès les premières pages une ambiance surtout ancrée dans la vie scolaire, ambiance qui ne quittera jamais totalement la série. L'histoire se passe dans un établissement scolaire normal, avec ce que ça implique de relations entre élèves, de petites rixes, d'histoires sentimentales, d'événements d'école comme la fête culturelle... Vous trouverez tout cela, mais à dose modérée, les auteurs sachant très bien doser les différents éléments pour varier les plaisirs sans décrocher le lecteur à cause de tel ou tel axe qui serait trop prononcé.
Ce qui est au cœur de tout ça, c'est l'Iris, cet élément fantastique dans un quotidien banal, et qui n'a finalement plus rien de fantastique dès lors que tout le monde le possède et le considère comme normal, comme une part intégrante de leur vie, puisqu'ils sont nés avec. Cet Iris, Piroshiki et Hotaru Takana l'exploitent à chaque instant, pour chaque événement, chaque ambiance. Dans leur histoire, l'Iris est en quelque sorte à l'origine de tout, des instants comiques aux événements plus tragiques, en passant par la naissance de certains sentiments. A chaque instant, les auteurs en tirent pleinement parti pour offrir une grande variété de tons, s'essayant même un peu aux registre de l'enquête grâce aux capacités de déduction de Tôru.

Les auteurs ont eu avec le concept de l'Iris une idée ingénieuse. A première vue, on pense à un pouvoir comme on en a déjà tant vu dans diverses séries, mais il n'en est rien, le duo de mangakas ayant choisi d'en explorer toutes les facettes pour offrir diverses ambiances, amusantes, tristes, paisibles, bienveillantes, tendues, mystérieuses... pour, au bout du compte, offrir un équilibre impressionnant. Les ambiances s'entremêlent avec osmose et, surtout, sonnent finalement vrai, puisque toutes ces ambiances font partie de ce qui fait une vie.
  
 
   
   
  

L'Iris, kezaco ?

  
 
Les bases
L'Iris, donc, un pouvoir fantastique qui est devenu un élément du quotidien. Un pouvoir qui, à sa manière, façonne chacun de ses possesseurs d'une manière différente. Avant tout, il convient donc de définir précisément ce qu'est l'Iris dans la série.

Comme son nom l'indique, l'Iris a un rapport direct avec les yeux. Plus précisément, il se loge dans les yeux des nouveaux-nés et, dès lors, les conditionne en leur conférant à chacun un pouvoir spécifique, basé sur le regard.

L'éventail des pouvoirs est très large, voire tout simplement infini, certains pouvoirs pouvant être assez insignifiants, d'autres pouvant conditionner profondément et dramatiquement leur hôte. Les pouvoirs tels la vision du dîner du soir ou de la vie antérieure peuvent alors côtoyer des Iris beaucoup plus graves, plus perturbants pour l'hôte, comme le pouvoir de voir la mort, ou celui de voir le mensonge.

Apparu soudainement il y a 27 ans et ne touchant que les nouveaux-nés, l'Iris n'est donc présent que chez les enfants, adolescents et jeunes adultes. Aucun adulte plus vieux ne possède ce pouvoir.

Enfin, vous aurez déjà remarqué que l'Iris est différent des autres pouvoirs que vous avez déjà vu dans nombre de séries, que ce soit dans sa diversité, bien sûr, mais aussi et surtout dans sa passivité. Là où un pouvoir de feu ou de glace dans une autre série permettrait à son hôte d'attaquer vaillamment, ici les pouvoirs n'offrent aucune faculté exceptionnelle d'action. Ils permettent simplement d'observer le monde, différemment.



Les spécificités
L’Iris. Un seul nom, une infinité de pouvoirs différents. Si les auteurs exploitent à fond le concept de l'Iris pour varier les ambiances et en diversifiant beaucoup les pouvoirs qu'il procure, il faut également noter la façon dont s'expriment ces pouvoirs, façon différente pour chaque personne. Analysons donc un peu l'Iris des 5 principaux détenteurs de la série.

Dotée d'un Iris qui lui permet de voir quelles personnes sont appropriées à une situation donnée, Koyuki dit, pour cela, penser à la situation en question sous forme de condition. C'est seulement après cette condition qu'elle peut voir au dessus de la tête des gens un rond ou une croix, le rond indiquant bien sûr les personnes adéquates, et les croix les individus qui ne sont pas aptes à satisfaire la situation. Par exemple, si la jeune fille avait subitement envie de se faire offrir l'un des chawanmushi qu'elle aime tant, elle pourrait formuler ce souhait sous forme de condition, et verrait tout de suite quelle personne est la plus apte à lui offrir sa friandise grâce au rond au-dessus de sa tête... Mais ce n'est qu'un exemple, Koyuki est pure et n'est pas du genre à profiter si bassement des gens, allons !

Dans le cas d'Asahi, la détentrice de l'Iris du mensonge, pas de rond ni de croix. Quand une personne ment, elle voit tout simplement apparaître dans le dos de celle-ci une queue de diable, ce qui en dit long...  Mais il reste qu'il n'est pas toujours évident d'affirmer si mensonge il y a, et affirmer quelque chose de faux en étant persuadé que c'est vrai ne peut être considéré comme un mensonge : les mensonges que détecte Asahi sont uniquement ceux qui sont intentionnels.

Il est intéressant de voir que l'Iris de la mort de Hijiri se manifeste sous la forme de papillons, ces êtres éphémères. Plus précisément, le jeune garçon voit les personnes proches de la mort envahies d'un essaim de papillons noirs, essaim d'autant plus fourni que la mort est proche. Mais la mort que voit Hijiri n'est pas inéluctable : pour être précis il voit la distance qui sépare une personne de la mort. Plus les papillons sont nombreux, plus la personne est proche de la mort, mais il suffirait qu'une personne fasse à un moment donné un choix qui l'éloignerait de la mort pour que le nombre de papillons diminue... ou que celle-ci fasse un mauvais choix dans sa vie pour que les papillons augmentent jusqu'à l'instant fatal.

L'Iris des émotions de Nanase, quant à lui, possède peut-être le concept le plus poussé. Il se manifeste par le biais d'ailes colorées dans le dos des gens. Quand aucune émotion n'est ressentie par la personne, les ailes restent incolores, mais dès lors que de la joie, de la colère, ou encore de la tristesse se manifestent, les ailes se parents d'autant de couleurs différentes. Et l'être humain ne ressentant rarement qu'une émotion à la fois, il arrive très souvent que les couleurs se mélangent alors pour obtenir des teintes plus subtiles. Par exemple, si les émotions transmises par le rouge et le bleu se manifestent en même temps, les deux couleurs se mélangeront pour donner du violet. Et les émotions changeant vite et pouvant être plus ou moins fortes, les ailes peuvent très rapidement changer de nuances dans leur couleur. Un grand nombre de nuances dans les couleurs des ailes, pour tout autant de variations dans les émotions proprement humaines...

Enfin, Harumi Tokita peut voir  les sentiments amoureux à l'aide de flèches qui, là aussi, possèdent certaines nuances, mais plutôt au niveau de leur longueur. Pour savoir qui aime qui, il suffit au jeune garçon de regarder les auréoles qu'il voit au-dessus de chaque tête, auréole à partir de laquelle se dessine une flèche pointant vers la personne aimée. La flèche est d'autant plus longue et tendue que le sentiment amoureux est fort. Une petite flèche montrera par exemple un amour naissant, tandis qu'une longue flèche tendue jusqu'à la personne aimée sera le témoin d'un amour très fort.

Quelques cas analysés pour autant de cas différents suffisent à voir que Piroshiki et Hotaru Takana ont développé leur concept de l'Iris jusqu'au bout, de façon inventive et bien pensée. Cette mise en images est tellement bien pensée que les auteurs font des merveilles avec.
  
  

IRIS ZERO © 2009 by Shiki PIRO, Hotaru TAKANA / MEDIA FACTORY, Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News