Iris Zero - Actualité manga
Dossier manga - Iris Zero

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 23 May 2013


Les relations, avant tout

 
 
Un portrait de l'humain, voila peut-être, en fin de compte, ce que véhicule surtout le concept de l'Iris. Mais s'il dresse ce portrait dans toutes ses nuances, quitte à faire un peu plonger des personnes qui n'auraient pas assez de soutien, l'Iris peut aussi être salvateur et remettre les gens sur de bons rails, pour peu que les possesseurs de ce pouvoir ne s'arrêtent pas à leurs malheurs et préjugés.

Dans le cas de Tôru, tout commencera par l'arrivée à ses côtés de Koyuki, amenée à lui parler grâce à son Iris. La jeune fille est de celle qui n'ont aucun préjugé, sont capables d'ouvrir leurs bras à tout le monde. Elle accueille le plus naturellement du monde l'Iris Zero, il n'en faudra pas plus pour que sa coquille commence à se percer, et que notre le jeune garçon soit amené à rencontrer d'autres personnes acceptant de faire l'effort de mieux le connaître, tandis que lui-même voit la barrière qu'il avait dressée entre lui et le monde se fissurer de plus en plus. On peut être au fond du gouffre, il suffit parfois d'avoir un peu de sincérité, et de faire un pas vers l'autre.

Au fil des tomes et de ses rencontres avec Koyuki, Asahi ou Nanase, c'est ce que Tôru comprendra. Chaque épreuve, y compris les plus violentes comme celle de Nanase, sont une occasion de rebondir, de s'ouvrir aux autres, de se lier toujours plus fortement à eux. Les Iris extrapolent l'humain jusque dans leurs plus grandes faiblesses, Nanase en sera la plus belle preuve jusqu’à frôler le pire, mais ces pouvoirs mettent tout autant en avant les relations qui se renforcent au gré des difficultés. Les épreuves de la vie qui, les unes après les autres, nous rendent plus mûrs, nous font changer, renforcent nos liens avec les autres : existe-t-il quelques chose de plus humain ?

Non. Et au-delà de toutes les difficultés, le message de Piroshiki et Hotaru Takana se veut résolument positif. L'absence de préjugés et l'ouverture attendent Tôru, le pardon attend Nanase, la compréhension et la compassion animent les personnages tout autant que l'entraide, et tout leur permet d'évoluer, ensemble. Il suffit de le vouloir.

Entre les principaux personnages qui se confrontent ensemble aux épreuves, se crée donc petit à petit une alchimie, aussi simple que complexe. Les amitiés et les liens forts, y compris les petites rivalités (n'est-ce pas, Tôru et Harumi ?), naissent et grandissent au gré des épreuves, jusqu'à parfois aboutir sur des sentiments encore plus forts, dont les plus jolis représentants sont notre Iris Zero et Koyuki, évoluant doucement mais sûrement vers leurs sentiments, sentiments qu'ils sont les seuls à ne pas encore voir, et que l'on suit avec beaucoup de bienveillance à travers les autres personnages et leur Iris. Même pour ça, l'Iris est utilisé avec une subtilité admirable.

Tout simplement, voir ces personnages authentiques évoluer petit à petit ensemble a quelque chose de vrai et de chaleureux, et il est alors difficile de ne pas évoquer un passage comme le premier chapitre du tome 5. Car quand c'est au tour de la merveilleuse Koyuki, qui a toujours été là pour tout le monde, d'être mal en point, voir tout le monde être à ses côtés et se démener réchauffe le coeur en profondeur. Le fond est pourtant on ne peut plus simple, mais avec ce seul chapitre, on a l'impression de voir se concrétiser toute ce qui s'est déroulé auparavant dans la série, de voir pleinement le résultat de toutes les épreuves qu'ont traversées nos jeunes héros. Et une telle impression que tout se concrétise, c'est finalement tellement rare dans un manga que ça mérite d'être signalé. C'est vivant, les émotions sont passées avec subtilité, les regards bienveillants des personnages dégagent chaleur et douceur, et l'Iris se glisse à nouveau juste quand il le faut pour renforcer cet instant de bonheur parfait. Parlant à mon nom, je peux affirmer que ce chapitre fait partie de ce que j'ai lu de plus vrai, touchant et humain.
   
   
  
  
 

La quête de tout homme

 
 
Plus qu'un portrait de l'humain, l'Iris devient alors le principal facteur d'une quête initiatique, celle de la vie, qui anime tout homme. Avec son Iris, chaque adolescent conçoit le monde différemment, a son unicité, une unicité qui lui inflige régulièrement des épreuves qui lui permettront à chaque de ressortir un peu changé, un peu plus mûr, un peu plus grandi.

L'Iris est là depuis leur naissance, est régulièrement la principale source de leurs problèmes, mais est tellement en eux que le voir disparaître devient alors une tragédie détruisant subitement toute leur conception du monde. Alors, mieux vaut sans doute vivre avec, quitte à en souffrir parfois au gré des épreuves qu'il amène.

Tout simplement, on peut voir dans l'Iris une quête initiatique où chacun doit peu à peu s'accepter comme il est, doit apprendre à vivre avec ses tares pour trouver sa place dans la vie, avec tout ce que cela implique d'épreuves... mais aussi de bonheurs qui font une vie, les liens avec les autres en tête.
 
 

IRIS ZERO © 2009 by Shiki PIRO, Hotaru TAKANA / MEDIA FACTORY, Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News