Evil Heart - Actualité manga
Dossier manga - Evil Heart

Reader Rating 19.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 29 April 2010


Art martial et art de vivre


L'aîkido était donc la meilleure réponse qui pouvait être apportée à Ume pour régler ses conflits intérieurs et avec le monde. A ce titre, les enseignements de Daniel-senseï sont plus qu'aboutis, à bien des niveaux. Comme toute série sportive digne de ce nom, Evil Heart sait mettre l'accent sur un côté didactique :  les quelques prises évoquées dans la série sont particulièrement détaillées, parfois munies de schémas, et surtout réétudiées par Ume lui-même. Le jeune garçon arrivera ainsi à les réutiliser et à s'adapter à la situation présente, et on comprend alors toutes les nuances de cet art. Bien sur, un tour d'horizon de la diversité technique aurait été bien rébarbatif et peu adapté au récit. Tomo Taketomi se concentre alors sur l'essentiel, en mettant surtout l'accent sur les postures, sur les notions de centre de gravité, d'équilibre et d'utilisation de la force de l'adversaire. L'apprentissage sera également apportée par Tsuru, sachant se mettre à la hauteur de notre héros et à lui enseigner les rudiments de l'aïkido avec un vocabulaire adapté. C'est ainsi qu'apparaît le caractère transgénérationnel de cet art martial, praticable à tout âge, et adapté aux hommes comme aux femmes. La série l'illustre parfaitement, en montrant des adeptes de tous les genres, voire de plusieurs nationalités comme dans l'escapade canadienne du quatrième volume.

La galerie des personnages est particulièrement diversifiée, et outre les personnages présentés plus haut, d'autres jouent un rôle plus sporadique, mais tout de même important, comme le grand père de Tsuru qui apporte toute sa sagesse, dans la vie comme dans les combats. Les mentors essayent d'inculquer à leurs élèves que la pratique de l'aïkido ne se fait pas que sur le tatami, mais "du jour de notre naissance jusqu'à celui de notre mort". En outre, ces paroles influenceront notre héros qui trouvera dans le discours de Daniel une nouvelle voie. Mais réciproquement, le disciple a également une influence sur le maître. En effet, le fait de trouver un élève enthousiaste le remet en question sur sa propre motivation, ce qui l'amènera à faire un retour vers son pays en fin d'histoire. Les personnages ont tous des parts d'ombres, plus évidentes pour certains, parfois très enfouies pour d'autres, et au final, tout le monde ouvre peu à peu son cœur dans le jeu de leurs relations. Il est d'ailleurs frappant d'observer l'évolution du héros, et de la comparer dans le premier et le quatrième volume. Son objectif premier est quasiment oublié, en s'intéressant alors à sa nouvelle passion. Son caractère s'est adouci, et surtout, il trouve une force, autre que celle qu'il cherchait à la base, dans le soutien que lui apportent ses pairs. A l'inverse, il renvoie cette force par son enthousiasme débordant. Si la violence générait la violence, la bonne humeur génère la bonne humeur. Un état d'esprit auquel tenait beaucoup Morihei Ueshiba lui-même dans la pratique de son enseignement. Et pour citer un proverbe japonais, sortant de la bouche même de Daniel : "Amis ou ennemis, c'est nous-mêmes qui les créons."

C'est ainsi qu'au final, le message d'Evil Heart s'ancre dans le coeur du lecteur, sans que l'on s'en rende vraiment compte. Bien sur, la situation de départ peut sembler exagérée, certains persos trop bourrés de bons sentiments... et pourtant, on s'y attache très rapidement, ainsi qu'au jeu de leurs relations. Et surtout, on finit par comprendre que nous sommes tous confrontés, un jour ou l'autre, à une situation de crise, marquée par la violence, la pression, la perte de repères,... La philosophie de l'aïkido, mis en lumière ici par l'œuvre, nous montre comment on peut y faire face sans forcément chercher le conflit direct. Bien sur, cela n'est pas non plus la solution à tout. Il n'est pas rare dans le manga de voir nos héros rater leurs tentatives de désamorçages de conflits. Néanmoins, cette manière d'aborder les choses offre une vision plus positive du monde, et des vérités cachées derrière les poings. Daniel peut paraitre assez étourdi, nonchalant, et pourtant, sans son côté détaché, comment aurait-il pu cerner Ume au-delà de sa réputation de démon à laquelle tous les autres s'arrêtent ? Tsuru, qui a pratiqué l'aïkido depuis son plus jeune âge, aurait-elle un caractère aussi épris de justice sans cela ? Enfin, ce qui était au départ présenté comme une histoire dramatique devient peu à peu entraînante et enjouée, en suivant le changement de caractère de son héros. Et on a soudainement l'envie de suivre le même chemin, cette voie vers un esprit en harmonie avec le monde qui nous entoure.
     
      

  
    
  

© 2005 by Tomo Taketomi/ SHUEISHA Inc., Tokyo

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News