Berserk - Partie 2 - Actualité manga
Dossier manga - Berserk - Partie 2

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 27 July 2018


L’évolution graphique



Avec presque trente ans au compteur, Berserk a eu tout le temps d’évoluer graphiquement. Kentaro Miura n’a plus le même coup de crayon qu’au démarrage de la série, c’est évident. Et c’est loin d’être un mal. L’évolution graphique de Berserk s’est faite à plusieurs niveaux.

Dans un premier temps, le mangaka a affiné son trait au fur et à mesure des années et les planches s’en sont retrouvées d’autant plus fournies et précises, très riches en détails et très souvent délicieuses pour l’œil. C’est toujours le cas lors des terribles et monstrueux affrontements qui ponctuent l’intrigue, mais cela peut également se voir dans les moments plus calmes. Au travers de très jolis panoramas, qu’ils soient urbains ou naturels, l’auteur parvient petit à petit et de mieux en mieux à nous immerger au sein de son univers et à nous flatter la rétine. Un vrai travail d’orfèvre. Il le dit lui-même, il préfère prendre son temps pour travailler avec minutie sur chaque planche. Cela se ressent et cela fait vraiment plaisir à voir.

Dans un second temps, il est également important de constater que le trait de Miura s’est également modernisé avec le temps passé. En effet, on aurait pu craindre que la série conserve un aspect un peu « vieillot ». Il n’en est rien. Mais elle n’a pas perdu son identité pour autant. Tout en conservant son empreinte digitale, la série a réussi à garder une fraicheur graphique qui la rend toujours aussi plaisante à lire, même après plus de deux décennies.

En somme, la série a évolué vers un aspect plus impressionnant et démesuré au fil du temps, aussi bien au niveau de son scénario que de son dessin. L’un et l’autre ont progressé au même rythme, faisant, de concert, grandir l’œuvre au fil du temps.



La concrétisation ou l’illusion d’un rêve ?



Le grand arc du faucon millénaire ne vaudra sans doute pas la presque perfection de l’arc de l’âge d’or, mais il aura le mérite d’amener à des aboutissements de taille dans l’univers de Berserk. L’œuvre est en chantier depuis presque trente ans. Kentaro Miura a dû faire preuve d’une patience infinie pour enfin arriver à ce qu’il avait sans doute en tête. Rien que pour cela, on peut lui tirer son chapeau. On peut également féliciter les fans de la première heure qui ont dû faire preuve de la même patience pour voir où l’auteur voulait les mener. Pour cela, on peut se dire que cette patience en valait clairement la chandelle.

Le lecteur a ainsi pu assister à la renaissance de Griffith, à la guerre contre les Kushans, à l’apparition de nouveaux compagnons pour Guts, à l’espoir de guérir Casca, à la venue tant attendue de l’armure du Berserk et enfin à l’aboutissement ou l’illusion du rêve du faucon. Autant d’accomplissements, pour autant de plaisir et de délectation.

Pour l’avenir, on ne peut qu’espérer d’aussi belles choses et d’excitations. Il faudra néanmoins et comme d’habitude faire preuve d’une grande patience afin de connaître la suite des aventures de Guts et compagnie. Mais souvent les œuvres les plus impérissables sont les œuvres qui s’inscrivent dans le temps.

« La patience est une vertu qui porte toujours sa récompense avec elle. » Axel Oxenstiern
(On l’espère en tout cas)


Fiche de la série
Fiche vo de la série
Fiche de l'auteur

Dossier réalisé par titali


BERSERK © 1989 by Kentaro Miura / HAKUSENSHA, Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News