Dossier manga - Area 51
Sommaire

Publié le Vendredi, 23 Febuary 2018


Le déroulement de l’enquête


Maintenant que vous avez cerné le tableau, vous comprenez un peu mieux pourquoi l’Area 51, c’est pas un lieu commode. Quant aux gugusses qui s’y trimballent, c’est plutôt des drôles d’oiseaux. À dire vrai, à part faire leurs imbécilités et tout péter, je me suis un temps demandé s’ils étaient bon à quelque chose. Faut bien se dire que quand on débarque dans ce bled, on est en pas encore à soupçonner tout ce qui peut se cacher sous le souk qui règne autour de nous. Des histoires en tous genres, plus improbables les unes que les autres en veux-tu en voilà, y’en a des tonnes par ici. Cependant, tout bon détective sait qu’il faut voir plus loin que le bout de son nez et creuser un peu, quitte à mettre les mains dans le cambouis. Vous l’avez compris, j’suis d’ce genre-là, moi.
  
  

  
  
Prenons cette Tokuko Magoi par exemple, ou McCoy pour faire plus simple. C’est comme ça qu’elle se fait appeler, de toute façon. Bon. Le chaland pourrait croire à un simple privé qui bosse avec son partenaire le kappa, et puis voilà. Sauf que non. Là, c’est juste ce qu’on veut vous faire croire. Faut creuser. Et quand on creuse, on trouve. Je le sentais, que cette petite cachait des choses. Et je m’étais pas trompé. Déjà, faut bien se dire que McCoy n’a pas fait de l’Area 51 le domicile de son beau popotin juste par pur plaisir. Derrière ça, il y a d’autres motifs. Des motifs liés à un passé que j’ai découvert avec le temps. Pas facile, ce qu’elle a connu celle-là. Même moi qui en ai vu d’autres, j’aurais presque eu envie de verser une larme. Enfin, faut pas déconner non plus, hein. Et puis je suis pas encore prêt à tout vous dire. Ça serait vous gâcher la surprise. L’excitation de la découverte, comme on dit. Mais je peux quand même vous faire une petite faveur. Voyez-ça. Vous l’auriez cru si je vous avais que notre détective aurait déjà dû être six pieds sous terre depuis belle lurette, et en deux morceaux, qui plus est ? Ou bien encore qu’elle a un flingue capable de lui causer ? Le mien j’ai beau essayer, ça me donne juste l’air plus bête que d’ordinaire. Enfin, revenons à l’essentiel. Je m’arrête là pour les révélations. Par contre, ce que j’suis bien enclin à vous mentionner, c’est que derrière toutes ces enquêtes que la dame a menées, il y a un vrai fil rouge. Elle a tissé sa toile, petit à petit, à la recherche de son but. Comme ça, mine de rien, en prenant bien soin de mettre en lumière chacune des personnes amenées à croiser sa route.

Puis ce que j’dis pour elle, ça vaut aussi pour les autres ne vous y trompez pas. Tous les dieux là, qui font mine de faire les zigotos à tout bout de champ. Faut pas croire. En réalité, ils sont tous à comploter dans l’ombre, à faire jouer leurs intérêts et à se tirer dans les pattes sans se soucier de qui peut bien en faire les frais. On l’aurait pas cru comme ça, mais c’est qu’ils cogitent, ces vieux débris. A les voir se démener comme cela, on se croirait presque au cœur de l’une de ces intrigues policières où se mélangent histoire de vengeance, de cœur, de règlements de compte sordides et tout le foin qui va avec. Et comme souvent dans ce genre de cas, c’est rarement ceux qu’on pensait coupables qui le sont vraiment. Ce gars, Masato Hisa, il m’aura tout bien expliqué. Au début, j’pensais qu’il voulait avant tout me raconter tout et n’importe quoi. Mais j’ai bien vite compris que c’était pas l’cas. Non, il savait ce qu’il faisait le bougre. Derrière ces petites fantaisies, il allait droit au but.
  
  

  
  
Le pire dans tout ça, c’est que plus j’en ai appris sur McCoy et ses potes, plus j’en suis venu à me considérer comme faisant partie de leur groupe. Faut pas s’y tromper, c’est qu’ils sont attachants, les bougres. Tokuko, son binôme Kishiro et les autres qu’elle fréquente. Puis surtout cette Amaterasu, là. Elle m’a pas l’air d’une bonne femme comme les autres celle-là. En même temps, j’suis pas certain d’avoir envie de la connaitre de trop près. Et Hisa, il a le chic pour bien nous le faire sentir. C’est comme ça avec tous les gens qu’on rencontre dans l’Area 51. Faut jamais se fier aux apparences. Sont vachement trompeuses.
  
  
  


© Masato Hisa 2011 by SHINCHOSHA PUBLISHING CO

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News