Dossier manga - Area 51
Sommaire

Publié le Vendredi, 23 Febuary 2018


Sous une lune blafarde


C’est pas tout ça, mais rester là, dans ce bureau où j’y vois plus très clair à force d’écraser cigarette sur cigarette, ça ne nous avancera pas plus que ça. Pourquoi on n’irait pas faire un petit tour dans les bas-fonds de la ville ? La nuit vient de tomber, ça me semble idéal. Juste le temps de renfiler mon imperméable et nous voilà dehors. Dehors, dans un foutu drôle de décor. J’vous avais bien dit en arrivant que l’Area 51 c’était un endroit comme on en voit nulle part ailleurs. Le fait est que j’plaisantais pas en disant ça. Vraiment pas. Et le fait est que c’est pas juste les faces à faire peur de ceux qui crèchent dans les environs qui rendent la ville si spéciale. Pour un peu, je me croirais plongé dans l’un de ces polars noirs où, au milieu de la nuit noire, la seule lumière provient d’un lampadaire au coin d’une rue. Vous voyez de quoi je parle ? Le genre de récit comme on trouve en Amérique. Je vous parlais de mon informateur et de ses influences à la Frank Miller et tout ça. Ben c’est un peu ça. Pour un peu, je me croirais dans une de ces bandes dessinées où tout ce fait au travers d’aplats noirs. Pas d’œuvres d’art. Juste du contraste monochrome, des choix d’angles dynamiques, des gros plans précis. Du dessin en mouvement. Un truc unique en son genre. Et ça, c’est plutôt rare de nos jours.
  
  

  
  
Tout ça, Masato Hisa l’avait déjà bien mis dans ma tête. Et l’adaptation qu’en a faite Casterman n’a en rien terni le travail du bonhomme. Au contraire, je m’y serais vraiment cru avant d’y être pour de bon, dans cette Area 51.  Faut dire qu’ils ont pas fait les choses à moitié, allant jusqu’à traduire les onomatopées et usant d’un langage sacrément argotique, le tout avec une qualité qu’on trouve presque plus de nos jours. Même le papier et l’enveloppe, ils les ont bien soignées. Des feuillets en couleurs à chaque fois, vous vous rendez compte ?

Et avec tout ça, j’en suis encore à me balader et à zieuter les enseignes aux néons clignotants. Dunwich – The best beef, ou bien Mothman burger. Ou bien quelque chose de plus chic… le Gévaudan par exemple. J’ai la dalle, mais je me tâte.  Ah, y’a pas à dire, ils ont le sens du détail dans l’Area 51 ! Je l’aurais pas cru au premier abord, mais je dois bien reconnaitre que, pour une fois, j’avais tort. C’est sûr, tout le monde y trouvera pas son compte. J’dois bien avouer que, de mon côté, j’ai jamais été contre un peu de dépaysement. Pour le coup, j’ai eu mon compte, et je le regrette pas. Se balader dans l’Area 51, c’est un peu comme partir en vacances très loin, dans un autre monde.  Un endroit qui vous reste en tête, même au fond de votre lit.


Résultat de l’enquête


Je parle, je parle, mais avec tout ça, on en est toujours nulle part. Pas de traces de McCoy, et une enquête au point mort. Cela dit, je ne regrette pas d’être venu jusqu’ici. Après tout, ce n’est pas la destination, mais la route qui compte. J’ai lu ça, un jour. Et c’est plutôt vrai, au fond. Que ce soit la mienne où celle de McCoy, on n’a pas eu le temps de nous ennuyer. Au contraire, je dirais même. L’Area 51, c’est une sorte de sommet au divertissement. Un truc tout à fait incroyable qui mêle tout ce qui aurait jamais dû aller siroter un sake ensemble sous peine de finir la soirée pistolet en main derrière le comptoir. Et pour sûr, ici ça arrive presque tous les soirs. Mais voir ça de là où je me trouve, c’est loin d’être désagréable. Pour tout vous dire, j’y prends même un certain plaisir. En fin de compte, je m’y plais bien dans cette Area 51. Je pourrais même y rester encore un peu. Et qui sait, me débrouiller pour faire la connaissance d’Aphrodite ou de Freya. Pour finir mes vieux jours, ce ne serait pas si mal.

Ah, mais voilà que j’entends que ça pétarde sec à quelques rues d’ici. Je me demande si je ne viens pas de finalement trouver celle que je cherche depuis un sacré bout de temps. Crissements de pneus, jurons vociférés, coups de feu endiablés. Ouais, on dirait bien que l’enquête touche à sa fin !
 
  

  
  
Fiche de la série
Fiche vo de la série
Fiche de l'auteur
  
  
Mise en ligne le 23/02/2018.
  
  

Dossier réalisé par Shaedhen


© Masato Hisa 2011 by SHINCHOSHA PUBLISHING CO

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News