Dossier manga - Yuji Iwahara

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 03 November 2011


Sa patte graphique

 
 

Comics addict

 
    Si le trait de Yuji Iwahara est immédiatement reconnaissable, ce n'est pas pour rien. Et c'est en grande partie parce que l'on y ressent, une fois encore, toute l'influence des comics. L'auteur opte pour un trait relativement arrondi tout en étant vif et nerveux. Très expressif. Il n'utilise pratiquement pas de trames et fait tous les ombres à la main ce qui lui permet de rendre avec précision toute l'intensité de ses scènes d'action. De même, ses ombrages sont souvent fabuleux et, surtout des ses premiers travaux, il n'hésite pas à obscurcir entièrement certains personnages dont l'identité doit rester secrète, ou tout simplement pour jouer avec les effets de style, avec une manière américaine à souhait. Bien entendu, tout cela à évolué avec le temps. Aussi, si le one shot L'oeil du loup peut décevoir sur le plan purement scénaristique, il est un excellent moyen de se rendre compte de l'évolution du style d'Iwahara en quelques années. Il suffit de mettre côte à côte le chapitre éponyme et "Le serpent" pour s'en rendre compte. Le second dévoilant un Iwahara à ses débuts et optant pour un trait nettement plus quelconque. Le premier cité, au contraire, marque le déclic et le point de départ du changement qui s'opérera par la suite, donnant aux dessins de l'auteur, qui s'affineront et se préciseront par la suite de série en série, toute leur personnalité.
  
  
  
 
 

Vous avez dit spectaculaire ?

 
    Assez logiquement, son goût pour le cinéma américain et les comics, au delà du trait en lui-même se ressent également dans sa mise en scène. L'angle de vue de chaque case est choisi avec minutie afin de nous plonger au coeur de l'action et de ne pas manquer une miette de ce qu'il se passe. Tout cela permet donc de nous offrir un excellent spectacle, et ce plus particulièrement lors des affrontements dantesques qui sont légion. Les pages sont relativement chargées, même si cela, dans la logique de la progression de l'auteur, ira mieux au fil du temps, mais l'action est toujours lisible et Iwahara ne lésine pas sur les moyens pour finalement offrir au lecteur un déluge visuel digne des meilleurs films d'action et un final souvent diablement explosif ! Il ne cherche pas spécialement à faire dans la finesse et il a bien raison, d'autant plus qu'il a ce qu'il faut en terme d'inventivité pour tenir la distance.

    Comme je le disais, pour éblouir de mille feux nos yeux écarquillés, rien de tel que des créatures monstrueuses et gigantesques, genre Godzilla. Et l'auteur ne manque décidément pas d'imagination pour nous satisfaire. Le roi des ronces nous propose déjà un joli panel de bestioles diverses et variées, passant du dinosaure en colère aux grenouilles capables de fusionner entre elles, mais c'est dans Nekoten! que cela se ressent encore davantage. On change d'atmosphère à chaque nouveau combat, on rencontre aussi bien des samurais zombies qu'un porc de dix mètres de haut. Vraiment, on se demande où il va chercher tout ça... Où, plutôt, comment il parvient à aller récupérer des créatures du folklore, les transformer comme il faut, et les envoyer à la rencontre de nos héros sans que cela ne devienne ridicule pour autant. M'enfin, peu importe que l'on ait la réponse ou non, dans la mesure où c'est à chaque fois une véritable réussite et un plaisir à découvrir. Parce que, sachez-le, Iwahara il envoie du lourd, mais toujours avec une classe inégalée ! Mais, quand il faut, il sait aussi nous bercer dans une chaleureuse tendresse. Voila un artiste complet s'il en est.
 


© Yuji Iwahara

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News