Skip Beat ! - Actualité manga
Dossier manga - Skip Beat !

Reader Rating 19.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 04 April 2013


Graphismes et édition

 
 
Que l’on apprécie ou non le trait de Yoshiki Nakamura, force est toutefois de reconnaître qu’il convient merveilleusement bien aux histoires qu’elle met en place. Ses personnages sont la plupart du temps anguleux et élancés, à l’aspect adulte. On est loin du dessin typique des shojos à l’eau de rose où les traits arrondis affirment un côté bon enfant certain. Pourtant, cela ne veut pas dire pour autant que l’auteure ne parvient pas à afficher sur le visage de ses personnages tout un panel d’émotions différentes, bien au contraire. En effet, on se rendra rapidement compte qu’elle est capable de métamorphoser les protagonistes qu’elle met en scène suivant une situation donnée. L’exercice est périlleux d’autant plus que sa réussite se veut ici particulièrement déterminante au niveau de la crédibilité de Kyoko lorsque celle-ci endosse différents rôles. A côté de cela, on a également droit à des passages à grande teneur humoristique où Nakamura déforme volontairement et avec brio là aussi ses personnages afin d’accentuer leur côté comique. Bref, s’il faudra un peu de temps pour qu’il s’affirme complètement, le graphisme de Skip Beat finira par se révéler comme l’un des nombreux atouts de la série.

Par contre, l’auteure tombe malgré tout parfois dans une certaine facilité, notamment lorsqu’il s’agit de dessiner des personnages masculins. Ceux-si sont presque toujours dessiné de sorte à faire craquer toute demoiselle normalement constituée et, au final, on se retrouve avec une belle brochette de beaux gosses pour le plus grand plaisir des filles et le plus grand malheur des garçons. En outre, on remarque aussi en début de série surtout une ressemblance parfois un peu trop prononcée entre l’un ou l’autre personnage ce qui fait qu’on a de temps à un autre du mal à savoir du premier coup de qui il s’agit. Ceci dit, ces quelques faiblesses restent mineures et ne viennent en rien diminuer les qualités précédemment évoquées.

Du côté de l’édition, il n’y a véritablement aucun reproche à faire à Sakka par rapport à son travail (traduction et autres) se voulant bien souvent irréprochable.
 
 
  
 
 

Produits dérivés



En marge de son support papier d’origine, Skip Beat! a également été décliné sur d’autres médias. En 2008, un anime de 25 épisodes a été dirigé par Kiyoko Sayama et réalisé par le studio Hal Film Maker. La série animée est également disponible chez nous via l’éditeur Black Box, soit par grâce à deux coffrets parus en juillet 2011 contenant respectivement 13 et 12 épisodes, soit par intermédiaire de l’intégrale Gold sortie un an plus tard chez le même éditeur. L’anime reprend la première partie du manga et se conclut durant le tournage de Darkmoon (ce qui correspond au volume 1 à 12 de la série papier).

                                      

Mis à part cette première adaptation, la série a également et très tôt (en 2002) donné le jour à un drama CD reprenant le premier volume du manga. Par la suite, un jeu vidéo est sorti en 2009 à destination de la Playstation 2 ainsi qu’à une adaptation live-action diffusée de décembre 2011 à avril 2012. Ce dernier projet a débuté dès 2008, mais divers problèmes ont repoussé durant quelque temps son réel démarrage. A noter qu’une saison 2 du live-action est prévue pour 2014.
 
 

SKIP BEAT! © 2002 by Yoshiki Nakamura / HAKUSENSHA, INC.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News