Paradise Kiss - Actualité manga
Dossier manga - Paradise Kiss

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 22 August 2008


Graphismes et Edition


En ce qui concerne l'adaptation, ce manga est très soigné du début à la fin! L'impression est bonne, mais parfois trop forte: on peut déplorer quelques défauts, comme un texte qui se voit sur le verso de la page, ou alors une image qui apparaît légèrement sur la page en face. Les dessins de Yazawa sont vraiment sublimes dans cette série, d'autant plus que le sujet principal est la mode. En comparaison avec Gokinjo (je me permets de comparer tout d'abord avec ce manga ci, puisqu'ils sont tout deux liés), les dessins sont beaucoup plus évolués. On les sent plus épanouis, plus vivants, avec bien plus de liberté. Cela est peut-être dû au grand format: grâce à cela, l'auteure a plus d'aisance à dessiner les détails sur les tenues des personnages. Mais même au-delà du fait que les pages soient bien plus grandes que dans Gokinjo, les dessins sont beaucoup moins enfantins, et plus travaillés.
Pour comparer avec Nana, les dessins sont à peu près les mêmes, au niveau des traits. Je les trouve tout de même plus émotifs dans Nana que dans Paradise Kiss. Mais ici, le manga n'est pas aussi noir, mais il règne sans cesse une atmosphère de fête et de fantaisie, contrairement à Nana.
Enfin, le style graphique de Paradise Kiss n'a rien à voir avec celui de Last Quarter, la dernière série sortie de l'auteure. Même si on reconnaît très bien ses coups de crayons dans ce dernier manga, ils sont bien plus féminins, j'ai envie de dire, romantiques même, légers, que dans Paradise Kiss! Cela est dû je pense, à l'impression. Car ici, les pages sont bien vite noircies, et certains traits sont assez gros.

Concernant les dessins, dans cette série, le lecteur a le grand plaisir de pouvoir admirer des tenus toutes plus extraordinaires les unes que les autres. On sent vraiment que dessiner la mode est un réel plaisir pour l'auteure. C'est alors qu'à chaque chapitre, une page complète est dédiée à un ou plusieurs personnages, plantés dans un décor complètement créé de toutes pièces. Ai Yazawa nous offre alors un avant goût de art book, grâce à ces pleines pages noires et blanche certes, mais déjà pleines de couleurs et de vie!
Enfin, chaque début de tome cache une superbe robe en couleurs sur son mannequin synthétique, sur du papier calque. Ce sont des présentations bien originales, mais toutefois très fragiles. Il faut alors manipuler ces pages avec beaucoup soins, de peur que celles-ci ne se froissent.

Comme dans ses autres séries, Ai Yazawa est toujours au top concernant les monologues! Ici, il y en a beaucoup moins que dans Nana, mais ils restent tout de même omniprésents. Au travers de ces textes, les pensées des personnages nous paraissent parfois plus claires, on est fixé sur leurs doutes. Ainsi, dans Paradise Kiss, ce sont les pensées de Yukari qui viennent à nous. Le lecteur se rend alors bien compte de ses efforts et de l'évolution de ses réflexions.




© 2000 by Ai Yazawa / SHODENSHA Publishing Co, Ltd. Tokyo

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News