Paradise Kiss - Actualité manga
Dossier manga - Paradise Kiss

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 22 August 2008


Plus que de la mode, un vrai théâtre!


Paradise Kiss est une œuvre originale, très soignée. Son côté théâtral fait de lui un manga à part. C'est ainsi, qu'on peut relever plusieurs originalités de la part de l'auteure.

Les tenues vestimentaires sont on ne peut plus extravagantes! Georges est toujours habillé en comte, mais Arashi le qualifie plutôt de "prince ridicule".
Isabella nous étonne toujours par sa prestance et ses tenues de femme de la cour qui excellent par leur beauté, mais également par les froufrous et leur grandeur; d'ailleurs, lorsque Yukari la voit pour la première fois, elle pense que c'est "la Mort", tellement elle est bizarre!
Il y a aussi Arashi, qui, pour les lecteurs de Nana, a un look qui fait penser au personnage de Shin. Cheveux décolorés et toujours remontés, pantalon craqué, à lanières, collier en cuir et piercing avec chaîne font de lui le seul personnage à la rock-attitude de Paradise Kiss.
On peut y ajouter Miwako, ainsi que sa sœur Mikako, qui arborent toutes deux le look Happy Barry! Elles sont alors très mignonnes, et Mikako, qui a maintenant trente ans, passe encore pour une jeune fille de l'âge de sa sœur! Ainsi, les deux sœurs n'hésitent pas à porter des postiches en tout genre, elles ont les cheveux roses, et leurs tenues sont toujours assorties avec les plus beaux accessoires.


Les personnages ont tous leur propre façon de s'exprimer, de s'exclamer, qui pourrait paraître étrange au premier abord, mais voilà tout l'univers de Paradise Kiss!
Ainsi, Miwako parle comme une petite fille de six ans, innocente et naïve à souhait. Elle regarde alors toujours Georges avec des yeux éblouis par sa beauté et sa gentillesse. De plus, elle n'hésite pas à parler de tous les sujets avec n'importe qui, comme lorsqu'elle se met à expliquer ses « petits jeux vicieux », qu'elle a l'air de prendre réellement pour des jeux!
Isabella, quant à elle, parle toujours avec dignité et allure. Malgré cela, elle ne réussit jamais à cacher ses sentiments, et laisse alors sortir toute sa peine ou sa compassion envers chacun. Très polie et posée, elle a toujours les mots justes pour rassurer ses amis, le tout avec un langage noble et sans bavure.
La façon de parler de Georges mettra tout le monde d'accord: c'est lui le plus décalé! Tantôt romantique, tantôt trompeur, il ne parle presque jamais d'un ton sérieux. En effet, c'est lui qui s'exclame sans cesse. Il n'a pas de mesure, et se veut le plus extravagant, le plus extraordinaire, le plus théâtrale des personnages de Paradise Kiss.
Arashi est bien le seul des élèves de la Yazagaku à s'exprimer normalement! C'est d'ailleurs lui tempérera tous ses amis, et qui essaie sans cesse de les ramener à la raison! Malgré son sale caractère, il garde les pieds sur terre, et veille sur ses amis.

Enfin, les surnoms des personnages sont très originaux! Georges pour Jôji, Caroline ou Cari pour Yukari. Et le tout prononcé à l'anglaise! Ces surnoms sont tellement présents qu'on pourrait même dire qu'ils remplacent les vrais prénoms des personnages, ces derniers devenant complètement accessoires! Encore une belle fantaisie qui colle bien à l'ambiance de Paradise Kiss!


Le contexte même de la mode transforme à lui tout seul des vies bien ordinaires, un monde tout aussi banal, en véritable défilé de beautés et de fantaisies en tous genres pour les yeux. Ainsi, on ne peut qu'admirer en premier lieu les looks de chaque personnage, tous aussi extravagants les uns que les autres! Tout le monde peut y trouver son compte, avec le rockeur, la petite fille kawaii qui nous donne une seule envie, la prendre dans nos bras, le beau comte qui doit en faire rêver plus d'une, et enfin, la sublime dame qui dégage beaucoup de délicatesse.


Au-delà de tous ces looks, Ai Yazawa nous fait découvrir le monde de la mode, dans lequel on trouve les passionnés, inconditionnels de leurs idées, et passant au-dessus des envies de chacun. Je parle ici du styliste qui ne sait faire qu'une chose, qui ne vit que pour elle: créer les plus belles pièces qu'il a en tête. Ainsi, Yukari devient en quelques sortes la muse de Georges, et cette passion fait même douter la jeune fille, qui se surprend parfois à croire qu'elle n'est qu'une « jolie poupée avec de beaux vêtements, juste là pour décorer. »

On peut ajouter que la jeune Yukari réussit à être mannequin assez facilement mais la réalité la rattrape tout aussi vite: elle sait très bien qu'elle ne pourra pas faire une grande carrière en Europe, car là-bas, sa taille n'impressionnera plus personne. Là, Yazawa remet les pieds sur terre à ses personnages.
Un dernier exemple de ce retour à la réalité, est celui de la petite Miwako, qui sait pertinemment qu'elle ne sait pas réellement créer, mais juste copier. C'est pourquoi elle préfère se laisser aller dans la confection.
Ai Yazawa aurait pu faire de ses personnages des génies hors-normes de la mode, défiant toute concurrence, qui réussiraient contre tous. Mais voilà ce qu'on aime chez cette auteure! Malgré toute la magie qui règne dans cette série, on arrive encore à la trouver réaliste!

Enfin, pour ce qui est du théâtre dans Paradise Kiss, on remarquera bien vite que chaque chapitre n'est plus appelé « chapitre », mais « scène »! C'est ainsi que l'auteure met dès le début ses personnages sur scène, et profite par la même occasion de les faire poser dans des dessins somptueux, aussi pompeux qu'originaux.
Il ne faut pas manquer, pour finir, que Yazawa se met elle-même en scène. Elle incarne la directrice de la Yazagaku, encore plus déjantée que ses propres élèves!



 

© 2000 by Ai Yazawa / SHODENSHA Publishing Co, Ltd. Tokyo

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News