Dossier manga - New York New York

Reader Rating 18 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 22 May 2009


Un héros controversé et charismatique?

          
Pourquoi un héros ? Parce que Kain mène clairement la barque, dans New York New York. C’est celui qui évolue le plus, et c’est bien évidemment lui qui est le plus réaliste. Kain est le « gay » refoulé par excellence. Il dénonce en lui-même, par son attitude initiale, le préjugé des homosexuels volages. Très changeant et léger dans le premier tome, il ne prend pas encore la relation qu’il a avec Mel au sérieux, bien au contraire. Il adopte la philosophie du « tromper oui, être trompé non ». Extrêmement possessif, protecteur et jaloux, il parait au début très antipathique. C’est là qu’il est très controversé : Ses sautes d’humeur le font passer d’une colère terrible au repenti lorsqu’il se trouve en face des larmes de Mel. Petit à petit, Kain grandit. Il est comme un adolescent qui n’a pas encore dépassé le stade du défi, de la recherche de limites, et il joue beaucoup avec les sentiments de Mel dans le début de la série. Au fur et à mesure, Kain accepte sa sexualité, l’assume, la défend. Il est alors plus mature et, même s’il garde ce caractère impulsif, le jeune homme est globalement plus posé et moins suspicieux. C’est lui qui introduit la douloureuse notion de tolérance, face au regard des autres, aux reproches et autres provocations qu’il a tendance à voir parfois là où elles ne sont pas. Sa fierté peine souvent à suivre, mais il conserve toujours son aplomb et la conviction qu’il ne fait rien de mal. Ce personnage se libère du carcan des stéréotypes et des idées reçues, tout comme il incarne l’amour vrai, l’amour égoïste et difficile, pas uniquement intellectualisé. Sa force, la patience qu’il acquiert après le traumatisme de Mel rendent ce personnage charismatique car plein de surprise, après une évolution fulgurante.




Mel, quant à lui, n’est pas véritablement le héros de ce manga. En effet, il ne fait que participer à l’établissement de tout l’univers de la mangaka. Pourtant il est essentiel. Derrière son visage constamment baigné de larmes, sa vie inimaginable, son passé rempli de noirceur, sa pureté actuelle, on devine un pilier de l’histoire. Et ce malgré un manque flagrant de personnalité, d’humanité. C’est à la fois le point faible et le point fort du titre, puisqu’il le rend si diversifié tout en lui conférant cette impression dérangeante à la lecture. Mel n’est pas le personnage le plus authentique que l’on ait pu voir, se rapprochant même de la passivité légendaire des classiques uke. Pourtant c’est un soutien perpétuel pour Kain, qui va vivre avec et pour Mel. Il en devient sa raison de continuer, la personne la plus chère à son cœur, celle qui le fait grandir, évoluer vers une nouvelle vie. Tel un ange tombé du ciel, constamment souillé par la violence et la bêtise humaine, Mel permet toute la dimension poignante et déchirante des sentiments. Le tragique, la part de cruauté et surtout tous les problèmes du couple passent par lui. Alors ce n’est peut être pas le héros, mais la béquille de celui-ci. Celui qui le pousse en avant, et l’attend sur la ligne d’arrivée. La pureté de Mel permettra à Kain de vivre heureux, libre et aimé. Dans la nouvelle de fin, « De toi à moi », on retrouve un personnage au physique similaire à celui de Mel, mais Ragawa nous surprend en en faisant une image forte, caractérielle et touchante à la fois. Les personnages secondaires, eux, ne sont pas oubliés. Ils sont certes moins mis en avant, ou de façon moins spectaculaire, mais leur présence égaye la trame de l’histoire, et portent, au même titre que Mel, une grande variété de thèmes traités dans le manga. Cela amène d’autres visions de la relation entre les deux jeunes gens, d’autres idées reçues ou problèmes. Ce tissu social qui se crée autour de Kain est alors primordial pour l’histoire, mais également pour l’intérêt de la lecture. Luna justifie sa présence par la longue enquête du tome 3, et n’est pas totalement détachée du couple d’amoureux, Davis relance le problème de la tolérance, Joey permet une fin grandiose et plus que réaliste au manga, et Erika a le dur rôle de narrer l’épilogue. En somme, tous ces personnages sont indissociables du noyau de base de New York New York, à savoir l’histoire d’amour homosexuelle entre Kain et Mel. Au final, ce héros si charismatique ne serait rien sans la malchance de Mel et les préjugés de l’ensemble des protagonistes du manga. Au-delà du simple catalogue authentique et sincère, New York New York reste une histoire fictive, et en possède tous les codes. Néanmoins, cette narration orientée est mise en place pour servir les protagonistes, qui eux même desservent l’originalité du titre et la grande diversité des thèmes obtenus. La boucle est ainsi bouclée.  
         
                 

NYNY © by Marimo Ragawa / HAKUSENSHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News