Dossier manga - New York New York

Reader Rating 18 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 22 May 2009


Et dans la banlieue?

          
Si le trait de Marimo Ragawa se rapproche sans doute possible du shojo, là aussi on peut constater une certaine originalité, un petit quelque chose supplémentaire. Car, et notamment dans le yaoi, on a l’habitude de croiser des jeunes hommes élancés, plus minces que ces demoiselles, tout en finesse et en grâce. Les mangakas, faisant souvent fi des proportions et réalités, ne se préoccupent que de l’image que renverra leur personnage masculin. Ici, on retrouve les grands yeux expressifs et les effets floraux ou lumineux des décors, pourtant cela ne fait que rappeler l’aspect romantique du titre. Au final, les attitudes sont réalistes, tout comme les sentiments décrits et dessinés avec la plus grande subtilité. Même si la série a quelques débuts instables et peu convaincants, notamment parsemés d’erreurs de proportions (sur plusieurs scènes, Kain et Mel ont l’air d’avoir 15 ans …), la qualité graphique s’améliore sans cesse pour devenir plus que sympathique, caractérielle et singulière. Les visages des personnages sont assez ronds, les traits se veulent légers par l’hésitation - factice - totalement contrôlée de Ragawa, chaque dessin diffuse un caractère, une impression propre à chaque protagoniste, ce qui est plutôt rare. Il n’y a qu’à voir : le seul personnage qui bénéficie réellement d’un traitement particulier est Mel : il est vraiment beau, angélique et ses larmes sont le reflet d’une pureté à toute épreuve. Le graphisme s’accorde parfaitement à sa personnalité, c’est le seul graphiquement « lisse et délicat », puisque Kain a les traits plus dur, une coiffure plus simple … Bref, comme vous et moi. Le dessin rondouillard et réaliste en gênera certains, mais dans l’ensemble il est parfaitement adapté à l’histoire qu’il présente. Une seule remarque peut être faite : heureusement que l’on a affaire à une histoire homosexuelle, puisque la gente féminine n’est représentée que de façon maladroite (à part Erika) : bouches et poitrines démesurées, courbes un peu exagérées … Ajouté à une excellente maîtrise de son style, Marimo Ragawa peut être fière d’un dynamisme conséquent dans la narration, en totale adéquation avec les rebondissements de l’histoire. Le petit plus ? Les paroles simples sont écrites en anglais, comme certaines chansons et expressions. Cela rend d’autant plus vraie la mise en scène de la mangaka.

L’adaptation par Panini Comics est tout juste correcte. Car, si aucun défaut majeur n’est à relever, la succession de déceptions amène un sentiment de léger malaise à la lecture : on remarque quelques bulles coupées, une ou deux fautes d’orthographe et une absence décevante de pages couleurs. De plus, et même si elles sont bien meilleures que les couvertures allemandes de New York New York, les japonaises étaient plus sobres, à défaut d’être vraiment esthétiques. L’œil n’est pas vraiment attiré par ce titre aux grandes qualités, et on peut le déplorer. Surtout que le prix n’arrange rien … Dernier point, sous les couleurs flashy des sur-couvertures, on peut trouver un résumé très … complet des tomes. Plus qu’un simple aperçu de l’intrigue, c’est la description fidèle des événements qui se déroulent dans le manga, et ce manque de mystère est fort décevant.
On ne recense que très peu de succès de la série, puisque seule la sortie d’un CD en 1999 clôturera la sortie du titre, sans lui rendre plus d’hommages.
                     
             
                           
                   
                                

Merci de votre visite!

         
New York New York est un titre qu’on ne peut lire sans être touché, sans se trouver au moins un peu bouleversé dans ses certitudes. Avec son scénario bien mené et abouti, la multitude de thèmes traités, une recherche psychologique des personnages et un graphisme qui renforce l’impression finale de réalisme et de crédibilité, ce titre s’impose comme un incontournable. Pour commencer les lectures traitant d’amours homosexuels, quoi de mieux qu’un témoignage émouvant et tolérant sur le sujet ? Découvrir les fondements et les réalités de ce qui a longtemps été considéré comme une « perversion anormale », au travers d’un récit vivifiant, voilà le but de Marimo Ragawa. La morale de l’histoire ? Le sexe importe peu lorsque l’on aime. Et si d’autres mangas peuvent le laisser supposer, ils n’égalent pas New York New York qui, loin des stéréotypes, charme le lecteur et chasse les préjugés. Un régal pour les yeux et l’esprit.
                   
                    
Mise en ligne le 22/05/2009.
Mise à jour le 04/04/2012.
       
 
Fiche de la série: New York New York
Fuche de la série VO: New York New York vo
Fiche de l'auteur: Marimo Ragawa

Dossier réalisé par NiDNiM


NYNY © by Marimo Ragawa / HAKUSENSHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News