My Hero Academia - Partie 1 - Actualité manga
Dossier manga - My Hero Academia - Partie 1

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 12 October 2018


My Hero Animation


Petit tour d'horizon...

Dès 2016, soit environ deux ans après le lancement du manga, My Hero Academia est adapté en anime par le studio Bones, plutôt gage de bonne qualité puisqu'on leur doit les séries animées RahXephon, FullMetal Alchemist, Darker Than Black ou Eureka Seven pour ne citer que ces titres.

Il est assez simple de parler de la production de l'anime My Hero Academia, notamment parce que son staff principal est resté inchangé depuis la première saison. Kenji Nagasaki, qui a dirigé la série Classroom Crisis et a beaucoup travaillé sur Gundam avec les sagas Gundam 00 et Build Fighters, est à la réalisation. L'écriture du scénario a été confiée à Yôsuke Kuroda qui a un CV assez rempli, et qui a déjà œuvré sur l'adaptation de pas mal d'intrigues de manga. Au character-design, Yoshihiko Umakoshi, un animateur très actif et dont un peu citer l'un des plus importants travaux à l'opposé de MHA : le character-design de la saga animée Magical Doremi. Enfin, la bande originale est confiée à un compositeur très prolifique depuis quelques années : Yûki Hayashi. Artiste qui se cache derrière les compositions musicales de Haikyû !!, Blood Lad, Karakuri Circus et des séries animées estampillées « Gundam Build », on peut confirmer sa spécialisation pour les œuvres d'action mouvementées.


L'anime My Hero Academia démarre officiellement au printemps 2016, presque en simultanée avec la sortie du manga chez nous, et continue à l'heure actuelle sous un découpage en saisons, la première ne comportant que 13 épisodes et adaptant toute la phase d'introduction du manga, allant du premier au début du troisième tome. Par la suite, l'anime semble trouver un rythme de croisière : les saisons 2 et 3 sont respectivement diffusées dès les printemps 2017 et 2018, et totalisent 25 épisodes chacune. En francophonie, les fans peuvent profiter de la série en même temps que les spectateurs nippons puisque ADN organise la diffusion en simulcast, avant qu'une sortie DVD et Blu-Ray ait lieu chez Kazé.

Au milieu de ces diffusions, deux épisodes spéciaux sont sortis, deux OAD respectivement proposés avec les tomes 13 et 14 du manga au Japon, donc les 4 avril et 2 juin 2017. A noter que ces deux épisodes restent inédits en France à l'heure actuelle.

Enfin, le dernier projet d'envergure autour de l'anime est un film inédit et supervisé par Kôhei Horikoshi  intitulé My Hero Academia : The Two Heroes (ou Futatsu no Hero au Japon). Celui-ci, promis à une future sortie française en bonne et due forme, a bénéficié d'une avant-première exceptionnelle lors de Japan Expo 2018.

L'adaptation en elle-même

Entrons maintenant dans le vif du sujet : la manière dont l'anime My Hero Academia adapte le manga de Kôhei Horikoshi. D'une manière générale, la version animée se veut très fidèle et respectueuse de l’œuvre d'origine et ne se permet que peu de dérive, ou alors avec un immense respect de l'univers. Les différents arcs du manga sont adaptés de manière linéaires, ce qui amène déjà à un point étonnant de l'anime : sa forme qui ne respecte pas vraiment les conventions d'un anime. S'il est de coutume, peu importe la fiction, de terminer une saison par un climax haletant et par un affrontement contre un grand antagoniste, le rythme de Kôhei Horikoshi a contraint l'équipe technique à passer outre ces normes. Si la première saison se termine bien par un combat très intense, le premier contre l'Alliance des Super Vilains, ce n'est pas le cas de la saison 2 qui se concluent sur un court arc d'examens de fin de trimestre, et encore moins de la saison 3 qui s'achève par l'introduction de nouveaux personnages, le fameux Big Three de Yûhei, une sorte d'ouverture à la quatrième saison qui fait saliver. Et, au contraire, chaque figure qui pouvait faire office de grand antagoniste d'une saison est mis en déroute à la moitié de celle-ci : Stain pour la saison 2, et All For One pour la saison 3. Une originalité de rythme qui impose My Hero Academia comme une série continue, dont le découpage en saison permet simplement à l'anime de ne jamais trop rattraper le manga, et au studio Bones de préparer tranquillement la production de la saison suivante. Car le succès de My Hero Academia étant ce qu'il est, le studio sait très bien qu'une fin de saison n'est jamais synonyme de potentiel arrêt de l'anime, et qu'une suite est d'ores et déjà au programme.

Puis, quand l'anime se permet des dérives, il le fait dans le respect. Par exemple, un épisode de la troisième saison propose un focus intéressant sur quelques personnages de la 2nde A, pour montrer comment ces derniers réussiront l'épreuve de l'examen en cours. Cet exemple est typique de la volonté de l’œuvre de ne pas s'éloigner du manga original : A l'instar de Kôhei Horikoshi qui jongle avec ses élèves et cherchent à tous les mettre en avant à tour de rôle, le scénariste Yôsuke Kuroda a réussi, lui aussi, à donner un peu d'importance à quelques figures secondaires. L'épisode en question a pourtant une aura de semi-filler, et on sent dans l'ambiance que le scénario n'a pas été assuré par Horikoshi. Pourtant, dans les attentions, rien ne fait démarquer cette aventure du reste de l'intrigue.


Enfin, la force du staff de My Hero Academia est sa troupe d'animateurs qui ont une parfaite maîtrise de la démesure et du spectaculaire. Chaque combat charnière est ainsi appuyé par une réalisation dantesque et des effets visuels qui font ressentir la démesure des affrontements. Ces séquences, dites en sakuga, apportent du relief quand il le faut, et bénéficient de l'appuie de la bande-originale de Yûki Hayashi qui prône efficacement l'héroïsme et l'épique. L'anime My Hero Academia est donc un tout et jouit d'une parfaite alchimie entre ses différentes dimensions techniques. Si le spectacle est aussi prenant, c'est parce que l'image et le son se marient parfaitement, y compris le travail des différents seiyu. Kenta Miyake sait autant rendre le côté fier malabar d'All Might comme il peut mettre en avant sa fragilité et les drames humains qui le caractérisent. De son côté, Nobuhiko Okamoto doit certainement s’épuiser les cordes vocales avec le gueulard Bakugo, mais il sait aussi crier avec des teintes différentes jusqu'à rendre le personnage touchant lors de phases charnières. Tout porte alors à croire que l’œuvre animée My Hero Academia est le fruit d'un travail acharnés de professionnels qui agissent avec niaque et passion, il y a donc une cohérence au succès de l'anime et à l'attente des fans des épisodes de climax d'arcs qui sont, tel un rituel, attendus de pieds fermes.

A noter que ce bilan s'adresse uniquement aux trois premières saisons de l'anime. Une quatrième saison est en cours de production tandis que le film fera aussi l'objet de futurs écrits...
  
  

BOKU NO HERO ACADEMIA © 2014 by Kohei Horikoshi / SHUEISHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News