Dossier manga - My First Love

Reader Rating 17 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 26 May 2011


L’amour, une histoire d’adultes


En plus de s’attarder sur les adolescents, Kotomi Aoki met en scène les parents de Mayu et de Takuma. Le lecteur ne les voit pas souvent, mais constate par de brèves apparitions leurs réactions, et ainsi en déduit leur personnalité. Il est certain qu’ils n’ont pas une psychologie aussi développée que celle de leurs enfants, mais l’auteure, grâce à son choix, réussit à faire de leurs apparitions des moments percutants, qui ne laissent pas le lecteur de marbre.

La mère de Mayu manque considérablement de respect envers Takuma. Elle n’hésite pas à dire, et même crier devant lui qu’il lui est inconcevable que sa fille se marie avec un malade cardiaque. Depuis que Mayu est très jeune, sa mère se méfie des sentiments qu’elle pourrait nourrir envers son ami. La jeune fille, elle qui passe le plus clair de son temps libre à l’hôpital auprès de Takuma, semble s’attacher de plus en plus à son ami, et même, tomber amoureuse. Ce qui arrive, et ce qui déclenche la rage de sa mère. Celle-ci se mettra au travers de leur route afin de les éloigner, et d’éviter, selon elle, une vie de souffrance à sa fille.
Mais ce qui nous marque en premier lieu est la dureté du père de Mayu. En effet, il travaille dans l’hôpital que fréquente Takuma, et c’est d’ailleurs lui-même qui s’occupe du jeune garçon depuis qu’on lui a décelé sa malformation cardiaque. Sans doute à cause de son métier, le père de Mayu traite les choses les plus tristes, effrayantes et normalement difficiles à  aborder, avec un calme inquiétant. Il ne montre pas ses faiblesses, ni le moindre soupçon de déception ou de crainte face à une situation critique, ce qui pourrait nous faire penser à des preuves d’une insensibilité. Mais ce manque de cœur est infirmé par le mensonge. Car le père de Mayu préfère cacher la vérité aux enfants pour ne pas les faire souffrir, et les laisser vivre leur enfance sans tracas. Malheureusement, le secret est vite découvert, autant par Mayu que par Takuma. C’est ici que le lecteur, mais plus encore, les héros, sont mis en garde par l’auteure : les adultes, les parents, eux aussi sont capables de mentir, et ce, tout en souriant.
 
 

 
Kotomi Aoki réussit avec brio à choquer le lecteur par cette mise en situation inattendue, mais aussi, avec le recul, à lui montrer que le mensonge sert parfois à dissimuler une vérité qu’il n’est pas toujours bon d’entendre. Car Takuma et Mayu auraient peut-être encore pu passer plusieurs années sans la crainte constante de la mort. De plus, Mayu a le même réflexe que son père : elle prend exemple sur lui pour ne pas blesser celui qu’elle aime, croyant le protéger. Mais un mensonge, même s’il est gardé pour éviter à quelqu’un de souffrir, reste une trahison. Takuma est donc profondément blessé lorsqu’il découvre la vérité, et se sent alors terriblement seul.

Alors que les parents de Mayu semblent, au premier abord, durs et sans cœur, ceux de Takuma montrent davantage de sensibilité. En effet, Kotomi Aoki, ne serait-ce qu’au travers de ses dessins, sait sans problème mettre en évidence la détresse du père de Takuma, sans pourtant le montrer larmoyant. Celui-ci participe au maximum à la vie sportive de l’école de son fils. Il s’investit, et termine toujours premier lors des compétitions organisées entre les parents, comme pour compenser le défaut physique de son fils. Il s’occupe de son fils depuis qu’il est petit, et ce, même dans son intimité. Le fait qu’il nettoie son corps calmement est un fait qui marque profondément Takuma. La relation entre le fils et le père se renforce au fur et à mesure que le temps passe. Le père de Takuma ne cherche pas à le juger. Il semble admirer sa force d’esprit et son courage, et n’est pas contre le fait qu’il souhaite se marier avec Mayu, malgré qu’il soit incertain de son avenir. Le fait que Takuma profite du temps qu’il a devant lui paraît être la chose la plus importante pour son père. En revanche, la mère de notre héros n’a pas du tout les mêmes réactions que son mari. Elle souffre tellement de la maladie de son fils qu’elle semble ne pas réussit à remonter la pente, et à accepter son quotidien. Plus le temps  passe, et plus elle adopte un comportement exagérément protecteur vis-à-vis de Takuma. Son bonheur semble lui être égal. Tout ce qui compte pour elle est le temps qu’elle peut passer auprès de lui. Ainsi, elle supporte de moins en moins l’idée qu’il soit avec Mayu, car d’une certaine manière, selon elle, cette dernière lui vole son fils. Kotomi Aoki n’hésite pas à montrer la mère de Takuma en pleurs, et criant sa rage. Elle semble laisser place à la folie tellement l’envie de profiter du moindre instant avec son seul fils est forte. Mayu est alors rejetée, elle n’est pas acceptée, tout comme la mère de l’héroïne rejette Takuma. 



BOKU NO HATSUKOI WO KIMI NI SASAGU © Kotomi AOKI / Shogakukan Inc. All rights reserved.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News