Dossier manga - Les Contes de Terremer

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 07 September 2012


Présentation



Comme le mot dans le silence. Comme la lumière dans les ténèbres. Comme la vie au seuil de la mort. Il en va de même de toute chose. Étincelant, le vol du faucon. Dans le néant des cieux.
(La création d’Ea)


Terremer, contrée composée d’une multitude d’îles et de royaumes, est frappée par un mal mystérieux. Les mages perdent leur pouvoir, et des phénomènes étranges se produisent un peu partout. Ged, l’archi-mage, se met en quête de découvrir le fin mot de l’histoire. Son destin se lie à celui d’Arren, jeune prince d’Enlad en fuite et en proie à de grandes souffrances internes. Leur voyage les mènera aux portes de la mort et de l’immortalité, dans cette lutte pour rétablir l’équilibre. Et Therru, jeune fille taciturne, marquée au visage et entourée de mystères, a peut-être bien un rôle déterminant à jouer…


Fiche Technique

 
Les Contes de Terremer (Gedo Senki en VO) est un film issu des célèbres studios Ghibli et réalisé par Goro Miyazaki, le fils de Hayao Miyazaki, figure-clé du studio Ghibli et de l’animation japonaise dans son ensemble. Créé en 2006, le film prend pour base Terremer, le célèbre cycle de la fantaisie écrit par Ursula K. Le Guin dans les années 1960. Composé de six livres, Miyazaki a choisi d’adapter le troisième (L’ultime rivage) et d’y insérer des éléments du quatrième (Tehanu) et quelques références au cinquième, dont il reprend le titre (Les Contes de Terremer). 
  
Premier film du jeune réalisateur, il est descendu en flammes lors de sa sortie par les critiques japonais, qui ont été jusqu’à le qualifier de « pire film de l’année ». Et ce, malgré une affluence public notable lors de sa sortie, et des excellentes rentrées d’argent (7,7 millions de dollars au Japon). Il faut savoir aussi que la production a connu nombre de problèmes importants.
   
Sorti dans les salles françaises en avril 2007, le film arriva quelques mois plus tard dans la collection Ghibli de Walt Disney Studio Entertainment, en DVD et DVD Collector. Pour la version Blu-ray, il aura fallu patienter jusqu'en juillet 2012.
 

   

 
 

Le Réalisateur

 
Gorô Miyazaki (宮崎 吾朗) est né en 1967. Hayao Miyazaki, alors âgé de 26 ans, est encore un jeune animateur à l’époque et loin de la stature qu’il a aujourd’hui. Le père avouera qu’il a commencé à l’origine à travailler dans l’animation pour faire plaisir à son fils. C’est de-là que viendrait l’inspiration pour Panda Petit Panda.
À l’époque du lycée, son père avait alors déjà atteint une stature impressionnante dans le milieu, et Gorô envisage de suivre ses traces, mais sans encore s’affirmer à cette époque, et décide finalement de suivre une voie différente. Après l’université, il travaille en tant que paysagiste consultant.
 
 
 
Malgré des voies différentes, le père et le fils se rapprochent dans un projet commun en 1998, le musée Ghibli. Gorô Miyazaki participera à la conception des bâtiments et du jardin, et deviendra finalement le directeur du musée. À partir de là, il sera plus impliqué dans le studio, et le producteur Toshio Suzuki l’appellera à maintes occasions pour assister aux réunions sur le projet d’adaptation d’un roman dont le jeune Miyazaki est fan, « Terremer », d’Ursula K. Leguin. Le projet n’avance guère, et Gorô vient amener ses propres idées au mix, ainsi que des esquisses.
Cependant, Hayao Miyazaki est opposé à cette idée, notamment à cause de l’importance des poids des responsabilités pour quelqu’un qui n’a encore jamais travaillé sur un film d’une telle envergure. Gorô lui montre alors l’esquisse du dragon Tehanu se penchant sur Arren (image ci-dessous). Miyazaki père est alors convaincu et le poste de réalisateur est confié à Gorô.

Le projet démarre en 2005, et Hayao Miyazaki annonce d’emblée qu’il n’aidera pas du tout son fils lors de cette production. Les deux hommes ne s’adressent d’ailleurs pas la parole durant cette période. Compensant son manque d’expérience dans la réalisation de film avec sa formation de paysagiste, qui l’aide beaucoup dans la gestion des scènes, Gorô doit néanmoins redoubler évidemment d’efforts, et la pression est lourde.
Une fois le film terminé, Hayao Miyazaki a des mots très durs envers le travail de son fils, qu’il juge fait de façon sérieuse, mais sans talent. Le film engrange malgré tout de bons résultats, malgré les critiques assez vives des médias japonais. Sans se lancer décourager néanmoins, Gorô Miyazaki commence déjà à réfléchir à un nouveau sujet de film, mais ses idées sont l’une après l’autre refusées.
     
C’est alors qu’est amené sur la table le projet de La Colline aux Coquelicots, adaptation d'un shojo manga éponyme du début des années 80. Il est décidé que Hayao Miyazaki en écrira le scénario, et que le fils dirigera le film. Contre toute attente, le père ne refuse pas. Malgré une relation tendue, les relations entre les deux hommes sont meilleures, et affirme la volonté de Gorô de rester réalisateur dans l’animation. Conviction qui sera renforcée par le bon accueil à la fois public et critique cette fois-ci de La Colline aux Coquelicots, et ce malgré les difficultés rencontrées à cause de la récession et surtout du séisme du 11 mars. 
 
 
  
 
 

Personnages

 
Arren



Le jeune prince d’Enlad. Son nom signifie « Épée ». Son vrai nom est Lebannen. C’est un jeune homme paradoxal, à la fois fort et faible, courageux et lâche, gentil et méchant. Il s’est enfui de chez lui, espérant échapper à ses peurs et ses terreurs. Mais il faudra bien un jour qu’il se décide à les affronter…


Épervier



Archi-mage de Terremer, soit le plus puissant sorcier de la contrée. Son vrai nom est Ged. Sentant un déséquilibre dans le monde, il se met en quête de la source du mal. Son chemin croisera celui d’Arren, dont le destin est profondément lié à celui de l’archi-mage dans ce combat pour rétablir les forces du monde à leur juste place. D’autant plus que les deux hommes partageaient une peur semblable à une certaine époque, qui marque aujourd’hui à jamais le visage du grand sorcier…


Therru



Jeune fille mystérieuse recueillie par Tenar. Elle a été brûlée au visage par ses parents, puis abandonnée. C’est pourquoi elle se méfie beaucoup des inconnus et s’avère assez sauvage avec ceux-ci. Elle cache en elle un pouvoir mystérieux, qui réside dans sa nature et son vrai nom…


Tenar



Ancienne grande prêtresse des tombeaux d’Atuan, Tenar est aujourd’hui une femme forte et sage. Elle a été sauvée par Ged, et lui voue une profonde affection depuis lors, qui s’approche très fortement d’un sentiment amoureux. De par son passé, elle possède quelque pouvoir magique, qui attise la méfiance du voisinage. Cela ne la gêne nullement, et elle répond toujours avec le sourire et est très accueillante. Elle est une des rares personnes qui portent son vrai nom au grand jour.


Aracnéide



Sorcier à l’apparence féminine, il s’agit cependant bien d’un homme. Ancienne connaissance d’Épervier, pour qui il éprouve une haine profonde, il est terrifié à l’idée de mourir. Un pur méchant dans l’âme, il n’hésite pas à briser l’équilibre du monde pour arriver à ses fins, c’est-à-dire obtenir la vie éternelle. Et avec Arren qui partage la même angoisse, il pourrait bien avoir trouver un allié de choix, d’autant qu’il est difficile de résister au pouvoir d’un sorcier quand il connaît votre vrai nom…
 
 

© GND / HDDT / Buena Vista International

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News