Dossier manga - Le Sablier

Reader Rating 19.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 16 October 2009


Entre modernité et tradition

           
L’échelle du temps est à prendre également au sens large, lorsque les valeurs du passé se mêlent à la société contemporaine. Le Japon est connu pour ce clivage entre son modernisme et le respect des traditions. Dans le Sablier, ce contraste est mis en évidence par l’opposition entre Tokyo, symbole d’un monde porté par technologie de pointe, et Shimane, une campagne certes vieillissante mais qui continue de vivre selon les coutumes de la culture nippone. D’ailleurs, si pour An, Tokyo représente sa vie de lycéenne puis d’office lady, elle retourne à Shimane bien souvent pour célébrer des fêtes comme l’Obon. Ainsi, ces jeunes gens savent vivre avec leur temps, ils n’en n’oublient pas leurs valeurs et leurs croyances. Notons par exemple le pèlerinage du Nouvel An, et les vœux qu’on rédige par écrit pour qu’ils durent éternellement, ou encore la visite du jeune couple au temple d’Izumo pour y faire de nombreuses divinations !  

La culture en elle-même est très différente d’un lieu à l’autre. Les habitants de Tokyo semblent tous jouer la carte de la superficialité. Les relations se font et se défont de manière très précipitée et avec peu de sincérité, du fait d’une vie réglée par un rythme impitoyable. Ainsi, les valeurs les plus sincères sont oubliées. Le contraste est saisissant lors du premier rendez-vous d’An et Daigo à la capitale. La demoiselle qui a pris des habitudes de citadine y arrive toute apprêtée, avec un look de jeune fille à la mode qui ne lui ressemble guère. A contrario, Daigo est fidèle à lui-même, avec ses cheveux ébouriffés et sa tenue ordinaire. Il faut dire que le jeune campagnard n’est pas habitué à tant d’effervescence ! L’éducation donnée aux enfants de Shimane semble ainsi bien plus rigoureuse, et on ne s’étonnera pas de voir les jeunes gens de la région aussi débrouillards et manuels, étant rapidement initiés à l’art de la chasse pour certains, mais également à l’artisanat, avec par exemple la fabrication de Mikoshis (sanctuaires portatifs pour enfants) en vue de différente fêtes locales. Enfin, les valeurs du passé ressurgissent également au sein de la famille Tsukishima et de son éducation à l’ancienne, dans un domaine familiale coupé du monde et hors du temps. Une barrière que Fuji et Shiika auront à cœur de franchir pour pouvoir enfin voler de leurs propres ailes !

An symbolise à elle seule le juste équilibre entre ces deux mondes. Elevé d’abord à Tokyo puis a Shimane, elle sait préserver le meilleur de chaque univers. Son caractère docile et attachant lui permet de s’intégrer facilement et de s’adapter selon la situation, et on pourra autant la voir faire des besognes épuisantes qu’en tant que serveuse dans un bar à hôtesses ! Si d’apparence notre héroïne n’a rien de spécial, elle représente pourtant la jeune fille modèle qui s’assume pleinement dans notre présent sans oublier les valeurs traditionnelles, et en tant que narratrice de cette saga, elle nous offre son regard lucide sur ce monde qui l’entoure !
                
                                              
                                                       
                         
                 

SUNADOKEI © 2005 by Hinako ASHIHARA / Shogakukan Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News