Le Perce Neige - Actualité manga
Dossier manga - Le Perce Neige
Sommaire

Publié le Vendredi, 20 September 2019


L'oppression et l'horreur par Rensuke Oshikiri


Le propos social particulièrement puissant du Perce Neige est une grande part de celle-ci. Mais à côté de ça, il ne faut pas nier une volonté de créer un divertissement sanglant, macabre et malsain. Et pour rendre celui-ci efficace, Rensuke Oshikiri a quelques atouts dans sa poche.

Partir de la thématique du harcèlement est l'un d'entre-eux. Nous parler de brimades scolaires, c'est se permettre de mettre des adolescents en action. Et quoi de plus sordide que dépeindre des collégiens, qui conservent encore une petite part d'innocence, charcutés de la pire des manières ? Voir des adultes périr dans de telles situations aurait gardé un certain intérêt, mais la représentation de l'enfance dans un climat si macabre vient jouer avec les attentes sadiques du lectorat. Néanmoins, pour ne pas être dans l'abject, il fallait créer une sorte de détachement, et donc doter les personnages de psychologies si extrêmes qu'il n'en deviennent plus très humains. Les idées des thématiques rejoignent donc la volonté de l'auteur de faire du divertissement sensationnel, ce qui est finalement très malin.


Mais présenter des enfants s'entretuant de manière classique ne serait pas si innovant que ça. Pour rendre Le Perce Neige efficace, il fallait des morts affreuses... et le manga en est truffé ! Pour cela, l'auteur joue parfaitement avec la psychologie de son lectorat. Il sait très bien que dans des actes de mutilation, certains nous débecteraient à la moindre évocation... et c'est ce qu'il choisit de dépeindre. On ne dévoilera pas les conditions de mort des personnages pour éviter tout spoil (déjà que ce dossier en est truffé par besoin de développer les messages et les intentions de l'auteur). Imaginez juste un film dépeignant une torture plus que crispante, comme un tortionnaire retournement doucement l'ongle de sa victime jusqu'à le lui arracher. Affreux, n'est-ce pas ? C'est ce genre d'idées que Rensuke Oshikiri a eu pour son manga, rendant les séquences de massacre plus violentes psychologiquement que sur le plan graphique. Si bien des mangas du genre peuvent être lus même pas des lecteurs pas encore majeur du fait de leur exagération incessante dans le sanguinolent, Le Perce Neige est plus subtil et ne doit donc pas être mis entre toutes les mains. Reste que pour un lecteur mature, aguerri et affamé de sensations fortes. L’œuvre lui apportera une certaine satisfaction. Mais en contrepartie, par les messages graves traités, il provoquera aussi un sentiment de malaise et une culpabilité d'avoir profité d'un tel drame comme un divertissement, comme s'il ne valait finalement pas mieux que Taeko et sa bande.


La représentation visuelle horrifique de l'auteur


Ceux qui ont touché aux autres œuvres de l'auteur le savent. Avec Bip-Bip Boy et Hi Score Girl, il est aisé de voir que Rensuke Oshikiri a un style particulier. Simpliste en apparence, il ce côté très cynique dans sa représentation des personnages, et ne cherche jamais le réalisme. Certains penseront qu'il s'agit de l’œuvre d'un mangaka au style très limité, alors que la patte Oshikiri est en réalité parfaitement maitrisée dans ce qu'elle est.

Car en parallèle à des traits parfois légers, l'auteur est capable de planches beaucoup plus denses et qui transmettent le malaise par la déformation ou la surenchère de détails. Avec ces techniques, il apporte un climat angoissant à son récit de multiples manières. Il aime notamment déformer les visage, les rendre disproportionnés par la terreur ou les mutilations subies, ce qui est idéal pour susciter l'angoisse du lecteur et l'horreur généré par les différentes situations. De personnages simplistes et rondouillards, on passer à des figures totalement difformes et menaçantes, ce qui créer un contraste particulièrement saisissant.

De cette manière, et surtout dans le second volume, le mangaka nous offre des planches beaucoup plus impactantes. En choisissant des pleines pages pour présenter sa violence, il rend encore plus efficace le massacre final de la série, et toute la terreur que peuvent générer quelques personnages. Sachant qu'un retournement de situation de taille attend l'un d'entre eux, cette manière de raconter visuellement le climax est particulièrement puissant. Cette facette du récit a lieu à un moment charnière où tout espoir semble avoir quitté l'héroïne (mais aussi le lecteur). A ce moment, créer un pic de violence visuelle a du sens et donne davantage de force à la grande scène finale du Perce Neige.


Avec la courte série, on peut alors comprendre pourquoi Rensuke Oshikiri adore le registre horrifique. C'est sans doute un genre qui lui plait, mais c'est sans doute aussi un genre qu'il aime mettre en scène, et qui lui vient assez naturellement. Il faut dire que son style très particulière se prête totalement à ce genre d'expérience, et il nous en fait une très bonne illustration avec Le Perce Neige.



© Rensuke Oshikiri 2013 First published by Futabasha Publishers Ltd. in 2013 All Rights Reserved.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News