L'Académie Alice - Actualité manga
Dossier manga - L'Académie Alice

Reader Rating 19.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 17 November 2011


Bienvenue dans l'académie !

 
 

L'Académie Alice, qu'est-ce que c'est ?


Avant de poursuivre, il est préférable de présenter ce qu'est cette Académie Alice, vous en conviendrez.

La vocation première de l'Académie Alice est d'aider les enfants possédant un pouvoir, nommé alice, à s'épanouir avec et à apprendre à le maîtriser et à le développer.

De ce fait, les enfants possédant des pouvoirs sont pris en charge par l'académie dès qu'ils sont repérés, avec le consentement des parents, et peu importe l'âge de l'enfant, qui intègrera directement la classe qui lui correspond.

L'académie se situe sur un vaste domaine isolé au coeur même de Tôkyô, entouré de hauts murs et de barrières électrifiées, dans le but d'éviter toute intrusion et toute fugue. Dans ce même but, des gardes surveillent les alentours.

Au coeur de cet immense espace entouré par la forêt se trouvent les espaces habités, chaque tranche d'âge ayant son bâtiment. Ainsi trouve-ton un bâtiment primaire, un collège et un lycée, chaque bâtiment ayant ses propres professeurs, ses propres représentants, son propre directeur.

La scolarité débute fort logiquement avec l'école primaire, qui comporte deux classes. Tandis que la classe A regroupe les enfants de 3 à 9 ans, la classe B concerne ceux de 10 à 12 ans. Mikan, Hotaru, Natsume et Luca se trouvent donc dans la classe B. Puis vient évidemment le collège, puis le lycée.

Chaque bâtiment possède ses propres uniformes, qui varient également selon le sexe.

Au coeur du campus se trouve également Central Town, ville commerciale peuplée d'alices adultes et où les produits magiques ne manquent pas. Un concept qui ne manque pas de rappeler la bourgade de Pré-auLard dans Harry Potter. De manière générale, dans la conception-même de son univers, on devine chez Tachibana Higuchi une certaine influence de la saga romanesque de J.K. Rowling.



Des alices ?


Rapidement dans la série, Higuchi Tachibana développe de nombreuses choses autour des pouvoirs, les alices, en leur offrant des particularités venant enrichir considérablement le nombre de possibilités quand au développement de l'histoire. Voici les deux plus importantes : les types et les formes d'alices.


Les types d'alices
Les alices se partagent autour de quatre types, en fonction de la nature du pouvoir. Une matinée hebdomadaire est dédiée à un cours regroupant primaires et collégiens pour des leçons divisant les enfants selon ces types d'alice.

Les alices de type physique permettent à leur possesseur de contrôler une partie ou l'ensemble de leur corps, ou celui d'un autre être vivant. On y trouve, par exemple, les alices de phéromones, car ils permettent d'agir directement sur le corps d'autres êtres vivants : celui des phéromones humaines de Narumi, qui est d'ailleurs le professeur responsale de ce groupe, celui des phéromones animales de Luca-piou, ou celui des phéromones féminines d'une senpai nommée Yuri. De même, on trouve également dans ce groupe les alices permettant à leur possesseurs de développer plus profondément certains de leurs sens caractérisant souvent un animal, à l'instar du pouvoir que possède la jeune Sumiré Shoda.

Les alices psychiques, ou psychologiques, sont les plus répandus. On les appelle également alices "normaux". Ce groupe a pour particularité d'abriter généralement les élèves les plus calmes, les plus studieux, les plus matures ou consciencieux. De ce fait, on y trouve notamment le délégué Yû Tobita, possesseur de l'alice de l'illusion.

Le type technique concerne les alices capables de créer des choses ou d'approfondir l'étude dans un domaine particulier. De ce fait, la soif de création et de découverte est particulièrement présente chez les membres de ce groupe, qui sont généralement des bourreaux de travail véritablement passionnés, qui ont d'ailleurs à leur disposition des laboratoires qu'ils sont libres d'utiliser comme ils le souhaitent, pour ne pas entraver leur soif de découvrir. Il n'est donc pas rare de trouver dans ce groupe de véritables têtes, à commencer par cette chère Hotaru, possédant l'alice de l'invention.

Enfin, le groupe des pouvoirs spéciaux regroupe tout simplement tous les alices qui n'ont leur place dans aucun des autres groupes. De ce fait, ce groupe est généralement vu par les autres élèves comme le groupe "poubelle", et y être constitue une sorte de honte. Mikan se retrouve évidemment dans ce groupe, et c'est d'ailleurs là, par l'intermédiaire de ces demi-journées hebdomadaires, qu'elle fera la connaissance de ses premiers senpai Tsubasa, possesseur de l'alice des ombres, et Misaki, dont l'alice du doppelganger lui permet de se dédoubler. Mal vu par les autres élèves qui y voient un groupe sans cohésion, le groupe des pouvoirs spéciaux est évidemment le plus disparate, et donc, par cela-même, le plus intéressant, tant on y trouve de tout, y compris des alices totalement loufoques comme celui des calembours, permettant à son possesseur de rendre n'importe quelle blague hilarante, même les plus nulles. Le professeur repsonsable du groupe est le gentil et doux Nodachi, qui possède le pouvoir de voyager dans le temps, qui se révèlera extrêmement utile beaucoup plus tard.

A ces quatre types d'alices vient s'en ajouter un cinquième tout à fait particulier: le groupe des alices de type dangereux, qui regroupe les alices jugés extrêmement dangereux, comme l'indique son nom. En réalité, on ne sait que très peu de choses sur ce groupe énigmatique et assez occulte, si ce n'est qu'il est placé sous la responsabilité du sombre Persona, ce qui n'augure évidemment rien de bon... C'est dans ce groupe que l'on retrouve notamment la "princesse de glace", une adorable collégienne du nom de Nobara Ibaragi, ou encore Natsume et son alice du feu...


Les formes d'alices
Il existe quatre formes d'alice, se partageant autour de critères bien déterminés, qui dépendant de la quantité et de la durée du pouvoir de chaque élève.

La forme diffuse peut être utilisée sur la longueur par son possesseur, mais ne possède qu'une puissance limitée, une capacité assez faible.

La forme d'alice dite indéterminée permet à son possesseur d'utiliser son alice à pleine puissance, mais généralement cette puissance dure peu longtemps et prend donc fin rapidement.

La forme de l'alice d'enfance est une forme particulière. Les possesseurs de cet alice ne peuvent manifester leur pouvoir que pendant l'enfance. Quand ils grandissent, leur pouvoir disparaît, et ils sont alors contraint de quitter l'académie.  Coup du sort supplémentaire, cette forme d'alice est impossible à prévoir et survient toujours subitement.

Enfin, la forme limitée est la plus cruelle. Ceux qui la possèdent peuvent employer leur alice indéfiniment, mais au détriment de leur énergie vitale, qui est petit à petit diminuée. En des termes plus simples, cette forme réduit inexorablement l'espérance de vie de son possesseur, et une trop grande utilisation de l'alice mène alors petit à petit vers une issue fatale. Il s'agit de la forme la plus rare, dont on devine très rapidement qu'un certain personnage la possède...

En somme, voici un concept bien trouvé, original, rendant quasiment infini le nombre de possibilités quant à la suite, notamment en ce qui concerne la forme voyant les alices susceptibles de disparaître, ou encore celle diminuant l'énergie vitale, qui pourraient bien offrir quelques déchirements dans la suite de l'oeuvre...
  
  



Le fonctionnement de l'académie

  
 

Les bases

 
Une fois à l'intérieur de l'académie, plus question d'en sortir ! En effet, l'académie se doit de protéger de très près ses élèves, car ceux-ci peuvent attirer des convoitise malveillantes. Dès sa première rencontre avec le professeur Narumi, Mikan échappe d'ailleurs à l'une de ces menaces. De même, les contacts avec l'extérieur son très limités : peu de courrier, et quand il y en a, celui-ci est contrôlé par les professeurs.

L'académie est dominée par le principe des conseils des élèves de l'établissement: il y a 3 conseils, un pour le lycée, un pour le collège, et un pour le primaire, tous trois chapeautés par le "Principal", un comité exécutif dont les membres sont les majors de l'académie.

Enfin, il existe au sein de l'académie un prix d'excellence, remis à l'élève jugé le meilleur, et unique prix donnant droit au vainqueur de retourner rendre visite à sa famille pendant un court séjour.

 

Le classement par étoiles

 
Une hiérarchie existe au sein de l'académie. Les élèves sont catégorisés selon leur niveau et l'utilisation de leur alice. Le tout se comprend selon un rang étoilé affiché sur le col de l'uniforme des élèves, allant de 0 étoiles pour les bébés, à 3 étoiles pour l'élite, tandis qu'un rang nommé "spécial" regroupe quelques très rares enfants, considérés comme l'élite de l'élite, dont le seul primaire qui en fait partie est Natsume.

L'attribution du rang dépend du bon désir, subjectif mais souvent juste, des professeur, alors au départ, quelle n'est pas la stupeur de Mikan lorsque le très irritable Jinno, professeur de maths et responsable des primaires, la prend d'emblée en grippe et lui colle l'étiquette de sans-étoile !

Ce sera l'occasion pour Mikan de commencer à découvrir la dure réalité de l'académie. En effet, Mikan découvre alors ce qu'implique le rang étoilé. Car au sein de l'académie Alice, plus le rang étoilé est élevé, plus la condition de vie de l'enfant est bonne, et notre héroïne se retrouve alors avec des repas frôlant le scandale, logée dans une chambre vétuste, et se voit infliger les tâches les plus ingrates... Le classement par étoile détermine également le budget offert régulièrement aux élèves , notamment quand il s'agit d'aller faire du shopping à Central Town, et le rang de sans-étoile ne permet évidemment aucun achat tant la somme offerte est misérable...

 
 

Les éléments de contrôle

 
Prenant conscience de la puissance de leur alice et du mauvais usage qu'ils pourraient en faire, certains élèves, mais ausis certains adulte qui pourraient blesser involontairement les autres tant leur pouvoir est impressionnant, se voient affublés d'éléments de contrôle, qui permettent de les maîtriser, de canaliser leur velléité.

Généralement, ces éléments de contrôle sont présents sous forme de bijoux, comme chez Persona, de masque, comme pour Natsume, ou de sceaux fixés sur une partie de leur corps.

Partant là aussi d'une excellente idée, le principe des éléments de contrôle reste finalement l'un des rares éléments que Tachibana Higuchi n'exploitera pas plus que ça, sans pour autant l'oublier. Ce principe permettra notamment de comprendre rapidement que Natsume et et Persona ne sont définitivement pas communs.
 
 

La critique sociétale

 
On découvre donc en l'Académie Alice un univers très strict, clos, régi par de nombreuses règles parfois tout sauf égalitaires.

Système de classement par étoiles qui permet de voir d'un coup d'oeil sur le col le niveau d'untel et qui est le fondement de fortes inégalités quant au budget alloué aux enfants et à leurs conditions de vie, interdiction de revoir les parents... La vie à l'académie, pour certains, peut se montrer dure, très dure.

Et ne parlons pas des systèmes de recrutement n'hésitant pas à utiliser la pression, raison pour laquelle les parents de Hotaru, par exemple, on souvent déménager pour éviter à leur fille de devoir partir à l'académie. Régulièrement, on comprend que tous les enfants ne sont pas là volontairement. Il n'est pas rare, au début, que Mikan croise un enfant beaucoup plus jeune qu'elle pleurer en réclamant sa mère...

Mais le pire n'est pas là, car si certains parents se séparent de leur enfant le coeur déchiré, d'autres ne voient guère dans cette séparation qu'un bon moyen d'obtenir une bourse offerte par le gouvernement en contrepartie, et quittent alors leur progéniture parfois avec tout de me^me une petit pincement, parfois sans aucun remord. A ce sujet, un exemple assez tardif dans la série frappera particulièrement : celui de Yuka Azumi.

Dans les relations entre élèves, ce n'est parfois guère mieux, entre la mésestime générale et infondée pour la classe spéciale, ou encore les moqueries que peuvent subir les sans-étoile, ce qui est d'ailleurs un résultat direct du rang étoilé affiché aux yeux de tous sur le col de l'uniforme. Pire encore, les brimades, qui ne sont pas rares, et que subit notamment Natsume, plusieurs collégiens ou lycéens ne comprenant pas comment un primaire peut se retrouver avec le rang d'étoile de l'élite.

Il ne s'agit là que de quelques exemples des premiers points négatifs de la gestion sociétale de l'académie, des points négatifs que Tachibana Higuchi parvient habilement à mettre en avant sans jamais en faire trop, enclenchant ainsi ce que l'on pourrait voir comme une petite critique d'un système scolaire japonais réputé comme étant élitiste.
 
 
   
 
 

Portrait d'une héroïne attachante

 
 

Une héroïne de shôjo pur jus...

 
Identification féminine oblige, on découvre en Mikan une héroïne en apparence plutôt classique dans le genre du shôjo.

Assez fonceuse, naïve au point de ne même pas remarquer les sentiments que lui portent certains de ses camarades, mettant elle-même du temps à comprendre les sentiments qu'elle ressent, pourvue d'un optimisme sans faille qui lui permet de toujours aller de l'avant, elle rappelle un peu un personnage comme Tohru Honda, l'héroïne de Fruits Basket, que tant de personnes ont trouvé trop cruche...



...mais de caractère

 
Mais Tachibana Higuchi a trouvé la recette-miracle à cet éventuel problème. Si Mikan rappelle par certains aspects une fille comme Tohru, elle possède en plus le caractère.

Véritable boule d'énergie ne s'arrêtant jamais, elle fait preuve d'un dynamisme qui lui vaut souvent d'être prise pour une grosse débile. Gamine un peu naïve, elle ne nous apparaît pourtant jamais comme une cruche, tant sa personnalité de fonceuse sincère prend facilement le pas sur tout le reste. Et c'est bien là l'une des grosses qualités de la mangaka: il ne lui faut que quelques dizaines de pages pour rendre son héroïne pourtant idiote extrêmement attachante.

Clairement, Mikan, si elle ne capte pas tout, est une fonceuse. Par exemple, il ne faut pas attendre très longtemps avant de la voir partir jusqu'aux portes de l'Académie.
Quand on lui inflige le rang de sans-étoile, loin de se laisser abattre, la jeune fille décide de redoubler d'efforts pour quitter ce rang dégradant. Mieux encore, c'est l'ensemble de ce système hiérarchique injuste qu'elle a du mal à accepter.
Quand elle se retrouve dans la classe spéciale vue comme une classe-poubelle, la fillette ne se laisse pas abattre, et ses craintes sont d'ailleurs vite estompées quand elle découvre la classe, emmenée par  Tsubasa, une classe où tout le monde reste très libre et se montre sympathique avec elle.
Quand Natsume est enlevé par l'organisation Z, elle se lance à la poursuite du kidnappeur, sans réfléchir, accompagnée de Sumiré Shoda.
Lors des examens, on constatera à nouveau toute sa persévérance, même si la partie semble perdue d'avance.

Tout simplement, le caractère de fonceuse de Mikan traduit directement sans profonde sincérité, sa franchise de chaque instant. Cette petite fille ne fait jamais semblant, n'hésite pas à se montrer très très communicative, comme lorsqu'elle saute littéralement sur Hotaru, et c'est bien cette profonde sincérité qui charme et rend cette gamine si rafraichissante et attachante. A l'heure où cette sincérité et cette communication manquent tant, voilà qui fait du bien.
 
 

Une fillette qui changera à jamais son entourage...

 
Et cette force de caractère, cette sincérité, cette persévérance, Mikan ne se rend sans doute pas compte à quel point elles changent petit à petit le monde qui l'entoure.

Nous en dirons peu à ce sujet pour ne pas gâcher le plaisir de voir évoluer tous les personnages au cointact de cette attachante petite boule d'énergie, mais il faut savoir qu'il s'agit là de l'une des plus belles prouesses de Tachibana Higuchi. De Tsubasa à Luca-piou en passant par Sumiré et ses autres camarades de classe, la fillette va avoir une influence réellement positive sur son entourage, montrer que ça vaut largement le coup de persévérer, de ne pas abandonner, d'être sincère avec soi-même. Ainsi, par exemple, le Tsubasa un peu défaitiste s'efface très vite, de même que le côté faux bad boy du très sensible Luca-piou.

Bien évidemment, deux exemples en particulier seront plus mis en avant.
Celui de Natsume, tout d'abord, qui, petit à petit, apprendra à s'ouvrir à à accorder à nouveau sans confiance à quelqu'un, tant la bonne humeur de Mikan et sa sincérité sont communicatives. Il y aurait tant à dire sur l'évolution de Natsume, mais répétons-le, nous n'en dirons pas plus pour ne pas gâcher le plaisir.
Mais une relation paraît encore plus belle : celle liant Mikan à Hotaru. Tout en subtilité, la mangaka développe entre ces deux-là une amitié d'une puissance incroyable, et l'on ressent sans problème les sentiments que Hotaru peut avoir pour Mikan même si elle ne les montre que dans les grandes occasions. Pourtant, une petite phrase répétée régulièrement par Hotaru suffit pour comprendre à quel point la bonne humeur de Mikan lui fait du bien : "arrête de pleurer, tu es plus jolie quand tu souris". Et quand on connaît une certaine scène du tome 23, jamais on n'aurait penser que cette simple phrase prendrait un sens aussi fort.

Comme déjà dit, alors que la classe spéciale est dénigrée de tous et que Tsubasa s'en désespère, Mikan va lui prouver qu'à force de persévérance, on peut faire bouger les choses et changer les mentalités



... mais qui reste malgré tout une enfant

 
Mais n'oublions pas que, malgré sa grande vivacité et son optimisme à toute épreuve, notre héroïne reste une enfant de 10 ans, séparée de sa famille et propulsée au sein d'une académie dont elle ne peut plus sortir.

Régulièrement, nous la verrons penser à son grand-père, et ce dès le dernier chapitre du volume 2, où elle cherchera à le revoir car elle se doute qu'il doit être inquiet pour elle tant elle est partie précipitamment.

Dans ces moments-là, le statut de fillette de Mikan ressort d'autant plus joliment qu'elle peut trouver du réconfort chez certains personnages. Chez Narumi qui lui propose de l'appeler "papa" pour la rassurer, ou chez Tsubasa à qui elle peut se confier et qui joue le rôle parfait du grand frère, par exemple. Drôle, sincère, attachante, Mikan est également une héroïne étonnamment attendrissante.



GAKUEN ALICE © 2002 by Tachibana Higuchi / HAKUSENSHA, Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News