Dossier manga - Ikigami

Reader Rating 18 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 13 October 2011


Vaccination obligatoire


Motorô Mase a construit son manga selon un schéma narratif précis, qui ne change pas en 8 tomes. L'auteur choisit deux histoires, de trois chapitres chacune, portant sur un individu recevant l'ikigami. Ces deux histoires sont reliées entre elles par les états d'âme de Fujimoto, qui reçoit généralement le compte-rendu de la situation de décès de la personne à qui il a livré l'ikigami. Fujimoto est plus ou moins présent selon les volumes, deux ou trois d'entre eux se caractérisant d'ailleurs par une quasi-absence de ce personnage principal, ce qui rappellera d'autres séries du même genre (Ushijima,...). Pour donner plus d'impact à des personnages que l'on ne fait que croiser, puisqu'ils sont condamnés, Motôro Mase s'attache volontairement peu à Fujimoto. Parfois néanmoins, l'auteur se recentre sur ce personnage et propose même quelques surprises, permettant de voir beaucoup plus Fujimoto et de suivre son évolution psychologique.

Ce schéma narratif a du bon. Cela permet à l’auteur de prendre deux voies pour décrire le mal engendré par la « loi de sauvegarde de la prospérité nationale » : s'intéresser aux victimes et s'intéresser aux questionnements moraux et au mal-être de ceux chargés de l'appliquer. Mais ce schéma peut aussi être critiqué dans la mesure où il amène quelques redondances dans les histoires. Certains lecteurs peuvent être agacés de voir trop souvent le même profil de victime, même si l'auteur se rattrape sur les réactions des personnages, comme on l'a vu précédemment.

Le plus grand défaut d'Ikigami tient à son rythme, et plus particulièrement à l'évolution du personnage principal qu'est Fujimoto. Les lecteurs s'accordent en général pour dire qu'Ikigami est en perte de vitesse... ce qui est presque logique, tant les premiers volumes étaient excellents. Mais au-delà de cela, l'inertie de Fujimoto est perçue comme énervante par beaucoup. Fujimoto ne cesse d'hésiter. Alors que l'on pense qu'il va vraiment faire un pas en avant en acceptant de se révolter, il replonge dans la crainte. Cela n'arrive pas qu'une fois. Ainsi, une franche réaction de rébellion du personnage est attendue depuis le tome 6, au moins... mais l'on se situe toujours dans le statu quo dans le tome 8. Ikigami nous fait passer par des émotions tellement fortes, on ressent une telle envie de se rebeller, qu'on en veut énormément à Fujimoto d'autant tarder, si bien que le rythme du manga est critiqué. Alors Ikigami est-il devenu banal et répétitif ou possède-t-il toujours une capacité de puissance narrative rarement atteinte par d'autres oeuvres du même genre ? Je me tourne clairement vers la deuxième proposition. Toutes les histoires d’Ikigami ne peuvent avoir les mêmes échos chez ses lecteurs et l'appréciation faite dépend du vécu de chacun. Les volumes sont jugés inégaux, mais tout cela est vraiment très subjectif.


 
 
 
Si l'on s'en tient aux dires de l'auteur dans toutes ses interviews, l'on ne peut qu'y voir de grandes promesses, et l'on continue d'espérer que quelque chose de fort va arriver... J'avoue à titre personnel avoir la naïveté de croire qu'après le tome 8, rien ne sera plus comme avant, car Fujimoto a atteint un seuil de non-retour en prenant conscience de certaines dérives du gouvernement... en tous les cas encore plus qu'avant, devrais-je préciser.
Qui plus est, des éléments de surprise jalonnent les derniers volumes quoiqu'on en pense. Il y a déjà une réflexion de Nanako Kubo envers Fujimoto, lors d'un moment-clef du manga. Des paroles sujettes à des interprétations divergentes : « Restez celui que j'ai connu ». Veut-elle ainsi signifier à Fujimoto de rester un gentil garçon (paroles intimes, puisque les deux personnages sont proches) ou de rester une personne soumise à des doutes (paroles tendancieuses) ? La question reste posée.
Il y a aussi cette maîtrise de l'auteur qui continue de nous proposer des situations intenses, avec une réaction bien particulière dans le tome 8, que l'on a déjà évoquée précédemment et dont on continuera à taire le contenu exact.

Ikigami, malgré de petites maladresses, mérite clairement, et toujours, son statut d'indispensable seinen dans une mangathèque : vaccination obligatoire donc !
 
 

IKIGAMI © Motoro Mase / Shogakukan Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News