Genshiken - Actualité manga
Dossier manga - Genshiken

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Mardi, 17 June 2008


Les activités du Genshiken, une illustration fidèle de la sous-culture otaku

 
Genshiken n'illustre pas la sous-culture otaku de façon caricaturale. Quand bien même les situations exposées suscitent souvent le rire chez le lecteur, celles-ci demeurent fidèles à la réalité. Au-delà des activités auxquelles se livrent les otakus, le manga développe un mode de penser et un mode de vie otaku.

La honte d'appartenir à cette sous-culture otaku est palpable chez Sasahara au début. Qui n'a pas comme lui éprouver ce sentiment en vidant sa carte bleue dans un magasin spécialisé, tandis que bon nombre d'autres jeunes préfèrent les boutiques d'habillage ou autres ? Assumer une passion mal-perçue car mal-expliquée, voire peu répandue comme en Occident,  n'est pas forcément facile. Madarame, en faisant des économies maximales dans tous les domaines qui ne touchent pas aux mangas/animes/jeux vidéo (habillage, alimentation...), renvoie tout aussi bien à ce problème.

Bien d'autres situations dépeignent le mode de vie otaku. Les conventions spécialisées et le cosplay sont bien connues des jeunes européens, mais on perçoit dans Genshiken la véritable identité japonaise de ce type de manifestations. Pas de niaiserie ou de kitsch dans Genshiken, le réalisme l'emporte. Nous avons aussi droit à une sortie à la plage en tentant d'éviter de bronzer, à des soirées jeux vidéo, à l'obsession des personnages pour la sortie des collectors et des nouveautés. Le manga s'aventure aussi sur le terrain du fan-service à travers les magazines et les jeux vidéo érotiques, l'élaboration de dôjinshi etc...
Après le volume 5, l'auteur va beaucoup s'attarder sur la conciliation entre relations de couple et activités otakus, voir si les otakus s'attirent mutuellement...
Genshiken sait se diversifier tout simplement parce qu'il y a de quoi faire parmi toutes les activités otakus. Pas une seule fois le manga ne devient rébarbatif. Genshiken revêt au final plusieurs aspects, entre chronique sociale et manga humoristique, entre tranche de vie et fan-service.






Un manga dans le manga : Kujibiki Unbalance

   

En tant que peinture fidèle de la sous-culture otaku, Genshiken multiplie les clins d'oeil et impressionne ! En effet, l'auteur intègre dans Genshiken un «jeu dans le jeu» : Kujibiki Unbalance.
A l'exception de trois OAVs, élaborés pour donner un aperçu de ce que regardent les membres du Genshiken, Kujibiki Unbalance n'existe pas réellement. Il s'agit d'un anime fictif de 26 épisodes à l'intérieur du manga Genshiken, très populaire parmi ses membres, qui le regardent et le commentent. Les membres du Genshiken achètent les produits associés mettant en scène les personnages principaux de Kujibiki Unbalance, cosplayent ces personnages et élaborent un dôjinshi sur eux. Kujibiki Unbalance revient à l'utilisation d'un procédé de narration appelé «mise en abyme», une représentation d'une œuvre dans une œuvre de même type.
Cet anime n'appartient pas à n'importe quel genre : le pantsu (harem), genre prisé par les adolescents japonais introvertis. Un personnage masculin maladroit et au charme caché est entouré de jeunes filles. Il se demande vers laquelle il doit se tourner. Ce genre, illustré par des oeuvres comme Love Hina, Ichigo 100%, Negima, Video Girl Ai ou I''s, est souvent redondant, mettant en scène des jeunes filles aux personnalités diversifiées mais souvent stéréotypées à l'excès (l'intello, la populaire, la sportive,... toutes étant forcément mignonnes et courtes-vêtues). Néanmoins, il peut arriver que ce type de manga s'avère plus riche, moins caricatural. Il plaît de toute façon beaucoup. En choisissant ce type d'anime, l'auteur fait un clin d'oeil judicieux aux lecteurs masculins.

L'auteur va jusqu'à détailler Kujibiki Unbalance jusque dans les pages inter-chapitres de Genshiken pour «bluffer» le lecteur. En fait, dès le premier tome, des personnes de nouveau fictives (dont on ne connaît que le pseudo) parlent de Kujibiki comme s'il s'agissait d'un anime réel, alors qu'il n'en est rien. Le lecteur un peu perdu s'aperçoit vite que l'auteur cherche en fait à étaler son étude du fan-service.
Tout est fait pour que Genshiken soit le manga représentant les otakus et lu par ceux-ci. Les plus gros consommateurs de mangas/animes/jeux vidéo peuvent parfaitement se retrouver dans ce manga. Complexe à définir, il vous faut absolument plonger dans Genshiken pour apprécier tout le travail tournant autour du concept de Kujibiki Unbalance !



   
  

GENSHIKEN by Shimoku Kio originally serialized in the Afternoon published by Kodansha Ltd.in the Afternoon published by Kodansha Ltd. © 2004 Shimoku Kio, KODANSHA/GENSHIKEN PARTNERSHIP

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News