Full Moon - Actualité manga
Dossier manga - Full Moon

Reader Rating 19.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 28 January 2010


L’importance du verbe "croire"

  
On l’a vu, le destin des suicidés n’est pas bordé de dentelle. Ceux-ci suintent les émotions, prenant les lecteurs à la gorge en jouant sur l’empathie que l’on peut avoir vis-à-vis des protagonistes d’un manga. Pourtant, et on l’a ébauché précédemment, Mitsuki allège leurs peines et souffrances, croit en eux et à leur évolution, en leur rôle sur terre. Elle tente de les soulager de leur culpabilité en imposant sa propre vision de leur mort, de leur vie. C’est cette croyance pure, dénuée de toute volonté de réconforter par le mensonge, qui aura tant d’impact sur les shinigamis de la série. Mitsuki est persuadée que ce qu’elle dit est la réalité, qu’il n’existe pas d’autre alternative et enfin que tout cela paraissant évident … Oui, mais pas pour tout le monde. Il n’est pas si simple de croire avec autant de ferveur au destin, à ses changements et aux améliorations qui peuvent s’y greffer. Et l’héroïne de Full Moon est sans doute la seule, du début à la fin, à être convaincue que la vie n’est pas immuable et que les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être. Takuto reconsidère rapidement son statut et prend conscience de nouveaux sentiments, comme s’il était encore humain, et cette découverte l’emportera au plus près de la jeune fille qui en est la source. Meroko, elle, renoue avec un passé à jamais perturbé, que ce soit celui d’avant sa mort ou ce qui la suivit. En effet, en confrontant ses souvenirs à la réalité, elle parvient à trouver la paix et à ne plus avoir besoin de cacher ses pleurs derrière un sourire. De même, Meroko prend de nouveau confiance en elle et croit à un renouveau avec Izumi, alors qu’elle réalise que Takuto n’a été qu’une passade. Sincère, mais manifestement pas aussi profonde. Enfin, Izumi mettra plus de temps à passer sur une blessure plus ancienne et plus profonde. Mitsuki aura du mal à lui faire croire en ses paroles, mais c’est son comportement face à un simple chat perdu qui sauvera son âme. Juste quelques mots, pour tirer ses souvenirs hors des ténèbres et le ramener vers la conviction que l’avenir est meilleur et que tout n’est pas conforme aux apparences.

Le point le plus difficile et répandu dans le manga est celui de l’amour. Car si Mitsuki est persuadée que ce sentiment lui donne la force d’avancer et de se réaliser, elle n’y croit que superficiellement. En croyant à l’idée de l’amour, et non pas en ce sentiment bien plus vrai et instinctif, Mitsuki se gâche la vie en s’imposant une ligne de conduite, en faisant semblant d’avoir confiance en la vie. Cette illusion l’empêchera d’accepter tout bonheur, quel qu’il soit, dans un domaine sentimental trop poussé. Il est intéressant de voir qu’en ce qui la concerne, Mitsuki ne raisonne plus avec la même distance, la même logique qui, même dictée par les émotions, reste pertinente. D’avantage impulsive lorsque l’on parle d’elle, la jeune fille refuse d’ouvrir les yeux sur la réalité de la vie et de ses changements, tout comme elle rejette en bloc toute nouvelle opportunité de croire de nouveau en un avenir prometteur, en un amour sincère. Alors qu’elle est convaincue de la force des sentiments, Mitsuki ne peut se résoudre tout de suite à suivre Meroko, Madoka et Ôshige vers son prince charmant à elle. A ce sujet, le dernier chapitre de l’histoire n’est là que pour justifier le rêve et affirmer une fois encore que l’espoir est une valeur essentielle. Un moment de lecture pas indispensable, mais qui permet de finir sur une note joyeuse, et d’appuyer fortement les thèmes que le manga a abordés tout le long.

Dans un dernier point, il faut aborder ce qui guide toute l’histoire de Mitsuki. La grande majorité de la force de Full moon vient ainsi de la puissance des chansons de l’héroïne. Dans le monde de la musique qui est ici présenté, il est indispensable de chanter avec son âme, son cœur et son esprit réunis. Il faut être profondément touché et engagé dans ses intonations ou paroles, bref il faut croire en ce que l’on fait. La passion de Mitsuki est née de là : de son amour pour son père défunt, ancien musicien, et de la conviction profonde que les mots ont un avenir et ne doivent pas être négligés. Son amour pour la musique est synonyme de talent, mais aussi de volonté et d’implication. Toutes les chansons de Full moon se rattachent au quotidien de Mitsuki, les paroles vont généralement droit au cœur des spectateurs et même des lecteurs car on sent bien que la jeune fille, dans ses moments là, ne vit que plus pour l’instant présent, pour la tonalité de sa voix et pour le message qu’elle cherche à faire passer. C’est cette intensité et cette réflexion autour des chants qui subjugue, hisse le manga au-delà des classiques vies d’Idol. Le destin fragile de Mitsuki, son enfance, sa promesse à Eichi, les remontrances de sa grand-mère, et même le lien qu’elle entretient avec Takuto, tout la pousse dans la voie du chant et ce n’est pas par hasard que les pages en questions sont sublimées au point de se perdre parfois dans de jolies paroles au milieu desquelles, si l’on n’y prend pas garde, on sera vite perdus.
     
     
    
             
                

Full moon wo sagashite © by Arina TANEMURA / SHUEISHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News