Doubt - Actualité manga
Dossier manga - Doubt

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 22 August 2014


Qui est le loup ?


Doubt est une série courte, signifiant que son intrigue doit tenir sur un minimum de pages. En l’occurrence, c’est au cours de vingt chapitres que l’histoire de Yoshiki Tonogai doit s’illustrer. Dès lors, il s’agissait d’opter pour une formule-choc et efficace, afin de faire adhérer le lecteur sur seulement quatre opus.

La série se veut être un jeu de chat et de la souris, mais format géant et la tension en plus. Six protagonistes se retrouvent enfermés dans un grand local désaffecté, l’un d’entre eux étant le « loup », autrement dit le prédateur qui va chercher à fondre sur ses proies et les éliminer au compte-gouttes… mais en toute discrétion et tout en préservant son identité, lui garantissant une totale impunité. Dans l’autre camp, le mot d’ordre sera de survivre, mais avant tout découvrir qui se cache derrière le masque terrifiant du lapin, ou plutôt du loup.

Lorsque Doubt commence et si on n’a pas lu le synopsis de la série, impossible de se douter de l’angoisse que générera l’intrigue au fil de ses pages. Le titre commence par un chapitre somme toute calme et apaisant, présentant ce qui semble n’être qu’une bande de copains aux caractères différents. Puis, les choses s’accélèrent, et le jeu peut commencer, se trouvant marqué  par une macabre découverte symbolisée par un cadavre. Rapidement, le ton est donné, et on s’attend d’ores et déjà à un titre qui, s’il ne part pas véritablement dans l’horreur, va générer un certain suspens, maintiendra l’adrénaline et multipliera sans doute les retournements de situation. On ne se trompe pas, Doubt constitue un mélange de ces ingrédients phares, lui donnant un statut de thriller malgré sa classification shônen. Le terme devient alors trompeur, car si on ne l’attribue qu’à des séries d’humour, de baston ou de comédie sentimentale, on est surpris par le parti-pris de Yoshiki Tonogai. Doubt est un shônen, car il est accessible et camoufle les séquences les plus choquantes, mais reste un thriller qui a toute la noirceur qui lui est due.
  
  
  

     
La série se concentre ainsi sur un petit groupe d’individus, pris au piège et dans l’obligation de se serrer les coudes, mais la situation ne tarde pas à évoluer pour faire monter la tension crescendo. Le groupe se sépare, des clans se forment, chacun soupçonne son prochain… Le schéma décrit par la série peut sembler prévisible étant donné les similitudes de Doubt avec le cinéma d’horreur dont il s’inspire volontiers. Les adeptes de Saw et autres sagas du même style se retrouvent bien évidemment en terrain connu. Qu’à cela ne tienne, on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre. Le mangaka enchaîne en effet les fausses pistes et chaque personnage étant pris au piège, on peine à trouver l’un d’eux plus suspect qu’un autre. Si la série peut paraître édulcorée sur bien des points, on ne peut reprocher à l’auteur l’art de maintenir un suspens et pousser ainsi le lecteur à dévorer quatre volumes d’une traite, d’autant plus que la narration primant sur les dialogues, un opus se savoure rapidement, l’occasion idéale pour se jeter sur le suivant.

La quasi-totalité du récit se déroule dans un unique lieu, cet endroit désaffecté et particulièrement lugubre. Le cadre se prête évidemment au ton adopté et renvoie une nouvelle fois au cinéma d’angoisse. On peut donc dire qu’il fonctionne plutôt bien. La série quitte les lieux à de rares occasions, notamment à la fin qui, sans dévoiler l’intrigue, parvient une nouvelle fois à guider le lecteur vers de fausses pistes et de faux espoirs, et à proposer une finalité pas si loin d’un Seven de David Fincher. Les inspirations de Yoshiki Tonogai fonctionnent à merveille, et les différents ingrédients passent la frontière entre le film et le manga sans le moindre souci, tout ça pour générer une intrigue haletante et globalement maîtrisée.
Une formule classique, mais efficace, une inspiration pertinente du cinéma horrifique et d’angoisse, le tout passant par une série courte, mais haletante appuyée par une narration percutante, bien que parfois un peu fouillie. Il n’en faut pas plus pour Yoshiki Tonogai de créer un court récit entouré de tension. Le concept est alors bon, mais peut-il briller par ses personnages ?
  
  
  

© Yoshiki Tonogai / SQUARE ENIX

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News