Fate Stay Night - Actualité manga

Fate Stay Night

Critique de la série manga

Publiée le Lundi, 15 Mai 2017

Adapté d'un jeu vidéo ayant connu un fort succès au Japon, mais d'un genre ayant peu de succès en Occident, à savoir les visual novel, (ce type de jeu proche des romans où de nombreux textes défilent face à des écrans fixes représentant les personnages, sur lesquels les joueurs peuvent influencer l'histoire en fonction de leurs choix), le manga Fate Stay Night a fait son petit bonhomme de chemin et a acquis une certaine popularité, cette dernière étant renforcée par un animé se voulant plus mature encore que ne l'est le manga !
A cela vient s'ajouter une préquelle contant la précédente guerre du Saint Graal, d'abord en light novel avant d'être elle aussi adaptée en manga...
Mais concrètement Fate Stay Night, qu'est ce que c'est ?


Shiro Emiya a survécu à un terrible incendie qui a tué ses parents, il a ensuite été recueilli par un oncle dont il ignorait l'existence et s'est promis qu'en grandissant il protégerait les autres afin que plus personne ne revive ce qu'il a lui-même vécu !
Devenu simple lycéen, il passe son temps à aider ses camarades dans la mesure de ses faibles moyens, mais un soir, il surprend deux guerriers étrangement vêtus en train de se battre...l'un d'eux le prend en chasse pour l'éliminer ; c'est alors qu'une jeune fille recouverte d'une armure et armée d'une épée lui vient en aide : Shiro est un magicien et il vient de lier un pacte avec Saber, un « servant » qui va l'aider à remporter la quête du Graal !
Une lutte séculaire opposant sept maîtres et leurs sept servants va alors avoir lieu; Shiro va devoir apprendre à développer ses pouvoirs, apprendre à faire confiance à Saber et surtout démontrer à cette dernière qu'il a lui aussi un rôle à jouer dans cette lutte!
Si les Servants sont tous des héros légendaires venants de toutes les époques, à travers le monde, certains maîtres ne sont pas inconnus à Shiro qui va devoir passer outre ses états d’âme s'il souhaite protéger un maximum de personnes...


La quête du Graal ! Rien que ça! Voilà qui nous promet une série riche en surprises et en action, avec des oppositions violentes entre de puissants guerriers...et c'est à peu près ce à quoi nous aurons droit au cours des vingt tomes composant la série!
Pourtant le titre commence de la manière la plus banale qui soit avec ce lycéen qui a des rêves de justicier sans avoir la moindre compétence spécifique, et qui du jour au lendemain se retrouve avec des pouvoirs qui le dépassent, de même que les enjeux qui vont avec !

Malgré le coté cliché de l'entrée en matière cela part très vite, l'auteur nous plongeant dans l'action immédiatement, et entre deux phases de cette même action nous avons droit à quelques explications succinctes sur cette fameuse quête du Graal : sept magiciens doivent lutter pour s'approprier le Graal qui leur permettra de réaliser tous leurs souhaits, et pour ce faire ils sont accompagnés par sept héros des temps anciens aux capacités bien précises : Saber, Archer, Lancer, Caster, Berserker, Assassin et Rider !


Cette distinction en sept catégories bien spécifiques nous fait plusieurs promesses : on va plonger dans un univers de fantasy où on retrouvera les classes bien connues des rôlistes, cela annonce une lutte épique, mais cela marque également un grand manque d'originalité !
Et c'est malheureusement ce même manque d'originalité qu'on va retrouver tout au long du premier tome ! A commencer par la personnalité de Shiro, se rêvant en Batman Japonais suite à la mort de ses parents ! Il veut devenir un justicier...on peut difficilement faire plus cliché !
Ensuite, on retrouve les classes des « servants », qui eux-mêmes ne sont pas sans rappeler les Stands de Jojo, encore que là on puisse noter une différence dans le sens ou même si les servants obéissent à leurs maîtres, ils n'en gardent pas moins une personnalité propre.
Vient ensuite la copine de lycée qui cache quelque chose pour se révéler être une magicienne. Et peu importe si Shiro est un ennemi qu'il faudra abattre, elle va quand même prendre le temps de tout lui expliquer concernant la quête du Graal...mais attention, la prochaine fois, pas de quartier, ils seront ennemis ! Ridicule !
Autant dire que cela ne part pas de la meilleure des manières...


Et pourtant au fil des tomes, le titre va prendre de l'ampleur, on va finir par s'attacher aux personnages, notamment à Saber et Shiro qui vont grandement évoluer, séparément certes, mais surtout au contact l'un de l'autre, d'ailleurs leur relation est un des points importants du titre... A ce niveau on retrouve justement l'aspect "visual novel" où dans la peau de Shiro, les choix effectués influencent grandement la suite du récit; ainsi on devine que tout ne tourne pas qu'autour du combat pour le Graal!

Mais c'est bien ce combat qui justifie l'existence du titre, et de nombreuses surprises nous attendent, à commencer par les identités des sept servants: en effet "Saber", "Archer" et les autres ne sont que des titres, des rangs correspondant à leurs actes héroïques, mais en plus de posséder une personnalité propre, leurs identités est aussi un enjeu du titre, car permettant de comprendre leurs forces et faiblesses. Par exemple, pour n'en citer qu'un, et pas forcément le plus important, "Berserker" n'est autre qu'Héracles, le demi-dieu mythologique...cela en dit long sur le niveau des affrontements qui attendent nos héros!
Bien entendu l'identité de Saber est de loin la plus intéressante, mais cela il faut le découvrir par soi même afin que la surprise soit pleine et entière!


Si dans un premier temps on est tenté de se dire qu'uniquement sept servants participant à cette grande guerre apparaît bien peu et qu'on risque de tourner en rond sur 20 tomes, s'il est vrai que c'est un peu le cas dans la première partie de la série, la suite nous offre bien des rebondissements et nous tient en haleine sans peine jusqu'à la conclusion maîtrisée et très satisfaisante, mais aussi, et surtout très touchante du fait de l'affection qu'on a fini par éprouver pour les personnages au fil de la série!

Le trait de Dat Nishiwaki est à l'image du scénario signé Type Moon, quelque peu simpliste et sans la moindre originalité, mais il va finir par évoluer pour s'enrichir. Il faut cependant admettre que le titre ne brille pas par son dessin se voulant assez impersonnel ni par le découpage des cases qui se veut assez banal.

Malgré un début un peu difficile, ce titre vaut largement qu'on s'attarde un peu, et une fois cela fait on plonge dans un récit passionnant dans lequel on ne s'ennuie pas le moins du monde!


Chroniqueur: Erkael


Note de la rédaction
Note des lecteurs
15.04/20







Evolution des notes des volumes selon les chroniques:

12.50,13.00,14.00,9.00,12.00,13.00,13.00,14.00,14.00,16.00,14.00,14.00,11.00,13.00,15.00,13.00,14.00,13.50,11.50,14.50

Les critiques des volumes de la série

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News