Dossier manga - Yona, Princesse de l'Aube - partie 1
Sommaire

Publié le Vendredi, 16 September 2022


Introduction

 

L’origine de Yona

 
Akatsuki no Yona (暁のヨナ), ou Yona – Princesse de l’Aube en version française, est un manga de Mizuho Kusanagi. Elle est née le 3 février 1979 dans la Préfecture de Kumamoto. C’est en 2003 qu’elle fait ses débuts en tant que professionnelle avec la série Yoiko no Kokoroe publiée dans le magazine Hana to Yume des éditions Hakusensha, qui avaient déjà repéré son potentiel dès l’année précédente. Elle a ensuite connu le succès avec des séries comme Game x Rush, Mugen Spiral et surtout NG Life, qui devient dès lors son œuvre emblématique.
 
https://www.manga-news.com/public/2022/news_09/dossier-yona-1/Dossier_Yona_-_image_1_-_Mizuo_Kusanagi.jpg
 
Mais cela, c’est avant que l’autrice ne prenne une tout autre dimension en débutant Yona – Princesse de l’Aube en 2009, dans le numéro 17 du magazine Hana to Yume, et que son manga ne devienne l’une des œuvres les plus importantes de l’histoire du magazine. Et pourtant Hana to Yume est un magazine de shôjo manga de référence, qui a vu passer en ses pages de nombreuses immenses séries depuis ses débuts en 1974. Parmi les œuvres qui ont marqué les années 2000, juste au moment où Mizuho Kusanagi débutait sa carrière dans la revue, on peut citer bien évidemment Fruits Basket, mais aussi L’Académie Alice ou encore Skip Beat. C’est donc aux côtés de ces légendes du manga que figure Yona – Princesse de l’Aube.
 
https://www.manga-news.com/public/2022/news_09/dossier-yona-1/Dossier_Yona_-_image_2_-_Hana_to_Yume.jpg
 
Cependant, avant les débuts de Yona – Princesse de l’Aube en août 2009, il y a une étape essentielle pour Mizuho Kusanagi. En effet, elle publie un one-shot en avril de cette même année dans les pages du magazine The Hana to Yume. Ce dernier s’intitule Kuroori-hime to Kawaki no Ô et est un récit dramatique, avec des touches romantiques, se déroulant au sein d’un palais, dans un univers d’heroic-fantasy aux allures orientales. À travers 60 pages, le goût pour ce genre d’histoires de Mizuho Kusanagi se fait donc sentir, mais pas seulement. Si Yona – Princesse de l’Aube troque l’univers des mille et une nuits pour un monde inspiré des récits historiques coréens, ses personnages sont en train de naître. Ainsi Setia ressemble à s’y méprendre à la princesse Yona, tandis que le roi Azurite a des airs de Hak. Ce court récit est loin d’être anecdotique donc, déjà parce qu’il est de qualité, mais ensuite parce qu’il a permis à Mizuho Kusanagi de s’essayer au genre avant de débuter sa longue série phare seulement quelques mois plus tard.
 
https://www.manga-news.com/public/2022/news_09/dossier-yona-1/Dossier_Yona_-_image_3_-_Kuroori-hime_to_Kawaki_no__.jpg
 

Le phénomène Yona

 
Si elle a publié un one-shot intitulé Boku no Kotori-san en 2014 et qu’elle a fait une pause en 2016, suite aux tremblements de terre de Kumamoto qui l’ont directement touchée - heureusement, seulement d’un point de vue matériel -, Mizuho Kusanagi se consacre donc à Yona – Princesse de l’Aube depuis 2009. Cela en fait une saga fleuve, l’un des plus longs shôjo mangas publié en France, qui, si tout va bien, devrait être le troisième manga destiné à un public féminin à dépasser la barre des 40 tomes, après Skip Beat et Chihayafuru.
 
Sa longévité est la preuve de son succès, le manga Yona – Princesse de L’Aube est rapidement devenu un porte-étendard du magazine Hana to Yume. La série a connu de nombreuses adaptations, que ce soit en anime, au théâtre, en roman ou même en CD Drama, support qu’affectionne tout particulièrement Mizuho Kusanagi puisqu’elle est passionnée de seiyû. Cependant l’anime ne dure que 24 épisodes et ne couvre donc que la première quête importante du manga. Il est toutefois complété de 3 OAD, des épisodes spéciaux vendus avec les éditions limitées japonaises du manga. Yona – Princesse de l’Aube est en effet une série qui compte de nombreuses éditions collectors avec comme cadeaux, en marge des OAD, des livres d’illustrations, des calendriers ou encore évidemment des CD Drama. Bien qu’à ce jour inédit en France, un fanbook est également sorti au Japon en novembre 2018. Si Yona – Princesse de l’Aube connaît un tel succès, c’est que les ventes ont augmenté grâce aux nombreuses recommandations de personnalités japonaises, une stratégie commerciale mise en place par les responsables éditoriaux du magazine Hana to Yume. Et la première des personnalités a été Kentarô Miura, l’auteur de Berserk, qui a écrit un commentaire pour l’obi du tome 5 de Yona – Princesse de l’Aube, avant de signer par la suite des illustrations. Si ses dessins ont marqué le public, à tel point que des produits dérivés en ont été tirés, ils ont aussi eu un impact sur Mizuho Kusanagi, qui en plus d’être touchée par cette marque de reconnaissance de l’une de ses idoles, a pu les étudier pour progresser dans son art.
 
https://www.manga-news.com/public/2022/news_09/dossier-yona-1/Dossier_Yona_-_image_4_-_Miura_1.jpg https://www.manga-news.com/public/2022/news_09/dossier-yona-1/Dossier_Yona_-_image_5_-_Miura_2.jpg
 

Yona arrive en France

 
C’est sous le titre de Yona – Princesse de l’Aube que le manga est publié en France par les éditions Pika à partir du 28 mai 2014. La date est stratégique car cela permet à la série de s’installer peu avant la diffusion de son adaptation en anime, qui a débuté le 7 octobre de la même année et qui a été diffusée en France sur Crunchyroll. Il est également important de noter que c’est la première fois que Mizuho Kusanagi est publiée chez un éditeur français.
 
https://www.manga-news.com/public/2022/news_09/dossier-yona-1/Dossier_Yona_-_image_6_-_tome_japonais.jpg https://www.manga-news.com/public/2022/news_09/dossier-yona-1/Dossier_Yona_-_image_7_-_tome_fran_ais.jpg
 
Le design des couvertures a été un peu remanié par Noëmie Chevalier entre les éditions japonaises et françaises. Certaines illustrations de couvertures ont même été changées, comme c’est visible notamment sur le premier tome du manga. Et il en est de même pour les dessins des tomes 4 et 6. De manière générale, les éditions Pika font toutefois du très bon travail sur Yona – Princesse de l’Aube, quand bien même l’absence d’éditions collectors laisse à désirer. Mais le plus important est sans aucun doute le travail à l’intérieur des livres, qui est d’une qualité exemplaire grâce à la traduction du japonais de Léa Le Dimna et au lettrage de Catherine Bouvier.
 


AKATSUKI NO YONA by Mizuho KUSANAGI © Mizuho KUSANAGI 2010 / Hakusensha Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News