XXX Holic - Actualité manga
Dossier manga - XXX Holic

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 24 Febuary 2012


Une deuxième lecture

    
Le manga nécessite réellement une implication dans la lecture, mais même cela ne suffit pas. En effet, nombreux sont les points que l’on ne comprend qu’en y revenant plus tard, et les éléments de compréhension sont en grande partie dispersés au fil de l’intrigue, nous laissant peu de place à la compréhension immédiate de ce qu’il s’y passe. On a déjà relevé que dans les premiers tomes, tout était un peu léger et vide de sens. Pas suffisamment étoffé. Et bien à partir du volume 12, après une lente évolution, c’est l’explosion ! L’intrigue se met  réellement en place, avec un changement total de cap et un ton beaucoup plus sérieux, mature. Mais ne l’a-t-il pas été tout le temps ? Nous n’avons simplement pas su le voir avant... Et c’est là le grand défi de la série, nous faire revenir en arrière pour comprendre, pour chercher, pour analyser. Si cela stimule notre imagination et notre amour pour la série, il n’en reste pas moins que cela pourra gêner certains.  On regrette alors cette trop grande distance d’avec le lecteur, les mangakas nous éloignant en paraissant clairement être les seuls à comprendre l’intérêt futur de la série dans ses débuts, ses enjeux et son évolution ... nous laissant nous débrouiller avec un début de série assez décevant. Trop d’humour, pas assez d’explications ? Sans doute. Surtout que le début nous laisse un goût amer tant il manque d’intérêt et nous oblige à avoir lu ou du moins feuilleté Tsubasa. Alors que dans Tokyo Babylon on voyait clairement les effets de manches du studio d’auteurs pour nous entrainer sur des thèmes de la déchéance de la nature humaine, ici on ne comprend pas toujours où il faut en venir. Comme tout le manga est centré sur son héros, l’évolution se fait en même temps que lui. Au fur et à mesure que le temps passe, Watakuni se retrouve toujours un peu plus sombrant dans le monde des rêves. Il lui arrive de s’endormir sans prévenir, brutalement, pour entrer dans le monde étrange de la fantasmagorie où tous les êtres sont reliés par leurs rêves. Cela lui permet essentiellement de comprendre d’avantage la situation. Cela nous situe un peu le récit de Tsubasa en parallèle, et apporte autant de questions que de réponses au lecteur, qui trouve toujours moyen de relancer une donnée qu’il vient d’avoir en main pour la creuser d’autant plus. Dès que l’on comprend quelque chose, une autre question arrive ! Le plus bel exemple est celui de Yuko : ses révélations, son regard sur tout ce qui s’est passé tel qu’elle ne nous le livre jamais, trop enfermée dans le culte du secret et les phrases mystérieuses à double sens. 
        
     
      
XXX Holic est une série qui, de par son histoire, est croisée avec Tsubasa Reservoir Chronicle, des mêmes auteurs. C’est Yûko qui en est le lien principal, ainsi que Mokona et, de plus en plus, Watanuki. On retrouve d’ailleurs des situations de Tsubasa dans Holic et inversement. Ainsi, on assiste aux arrivées du petit groupe dans le repère de la sorcière des dimensions, qui leur a offert le Mokona blanc et qui les aide dans leur tâche, moyennant un prix ajusté. Chaque paiement sera d’ailleurs inclut dans la narration de XXX Holic, puisque Shaolan et ses amis reviennent par plusieurs fois lui demander assistance. Les achats effectués sont d’ailleurs souvent des objets que l’on a déjà vu dans la série Holic, pour faire un lien permanent entre les deux. Mais, si au début ce rapprochement semble totalement anodin et superficiel, effaçant nos personnages principaux et ne présentant pas grand intérêt, il en va autrement au fur et à mesure de la lecture. En effet, on en apprend beaucoup dans XXX Holic sur la provenance de Watanuki, son passé, sa famille, son existence même, et son nom. Choses un peu bâclées dans Tsubasa, ici on le développe en long en large et en travers. Mais ce rapprochement, cette suite de cross-overs qui peuplent les deux séries ne satisferont pas tout le monde. En effet, XXX Holic est une série qui a sa sortie a été très controversée. On pensait à un coup de pub pour Tsubasa, à une autopromotion de la part des CLAMP, à un effet de style maladroit mais la réelle bonne idée à exploiter n’est pas née dans tous les esprits. Beaucoup ont critiqué la forme sans finalement prendre le temps de plonger dans la série comme il est nécessaire de le faire pour l’apprécier à sa juste valeur. Le fait de n’écrire dans chaque série que la moitié de certaines scènes y est pour beaucoup, certains diront qu’il faut les deux mangas pour en avoir l’intégralité ! Sauf que les points de vue personnels sont rattachés à la série d’où ils viennent et il n’est absolument pas nécessaire de lire l’un pour comprendre l’autre et inversement. Si on perd une faible quantité d’information, cela n’a rien de véritablement pénalisant. 
    
Mais contrairement à Tsubasa, qui se base sur l’ambiance shonen, action et sentiments forts, XXX Holic est plus introverti. Plus sombre, aussi. Ce n’est en rien une suite ou un spin-off de Tsubasa mais bien un univers original à part entière, créé de toutes pièces malgré les personnages partagés entre les deux licences. Le public visé n’est pas le même, les thèmes sont semblables mais les manières de les traiter diffèrent, tout comme les conclusions tirées de la lecture. De ce fait, les lecteurs déçus du ton abordé dans Tsubasa pourront s’y retrouver dans XXX Holic, et inversement. Le ton de cette dernière série est plus mature, plus complexe et chaque parole a son importance, chaque geste est précis. C’est donc une volonté de s’ouvrir à des lecteurs plus réfléchis et curieux de comprendre les détails. Cela permet véritablement de traiter un thème commun de différentes façons pour attirer différents publics. Bien évidemment, il est évident que ce rapprochement de série joue ne faveur d’une publicité intéressante, toutefois la qualité des deux séries est avérée et XXX Holic n’est pas qu’un simple dérivé de Tsubasa comme on pourrait le croire, surtout dans les premiers tomes. Malgré tout, il est bon de lire les deux séries, bien que pas indispensable, pour comprendre la profondeur de certains passages. Certains tomes laissent une impression incroyable grâce à la connaissance qu’on a des personnages de Shaolan et Sakura, ce qui permet de saisir toute l’intensité de ces tomes, même si cela n’est pas totalement indispensable. Disons qu’en ayant lu Tsubasa, des grosses claques nous attendent parfois et que dans le cas contraire, eh bien la lecture laissera assez indifférent le lecteur, qui s’ennuiera plus qu’autre chose dans ces volumes où l’action physique n’est pas au rendez-vous. Enfin, la conclusion du manga divise un peu les lecteurs, certains déçus, d’autres enjoués. Pourtant, les explications données par Yuko à ce moment là de l’hisoire sont tout bonnement spectaculaires, et font un lien merveilleux avec Tsubasa, mais même prises en elles-mêmes, l’impact visuel et émotionnel et très fort dans ces quelques pages qui rassemblent à elles-seules toute l’importance du vœu, la notion de destinée et les différents choix qui influencent notre vie. Watanuki a choisi, Yûko paye le prix du temps qui se remet en marche et tout semble brusquement se terminer pour eux, alors que le jeune homme et les lecteurs s’étaient fortement attachés à la sorcière des dimensions, si forte et si omniprésente par sa joie de vivre et son mystère. Tout cela pour offrir une fin à cette série qui en quelques mots peut nous prendre à la gorge et nous emmener totalement ailleurs. 
         
        
   
   

© Clamp / Kodansha Ltd. / Pika Edition

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News