Sword Art Online : Phantom Bullet - Actualité manga
Dossier manga - Sword Art Online : Phantom Bullet

Reader Rating 19.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 25 November 2016


A chaque format, ses spécificités...


Chaque version d’un récit de Swort Art Online diffère selon son format. Pour citer l’exemple d’Aincrad, arc particulièrement court, celui-ci a souffert d’un manga en demi-teinte à cause du dessin brouillon de Tamako Nakamura, tandis que l’anime standardisait l’œuvre en noyant l’intrigue sous une avalanche d’épisodes qui adaptaient les histoires annexes des romans, quand ils n’improvisaient pas purement et simplement des fillers qui effacèrent la ligne directive de ce premier arc. Pour une partie plus sérieuse comme Phantom Bullet, on pouvait ainsi craindre le chemin emprunté pour chaque adaptation mais fort heureusement, le bilan général s’avère des plus positifs.

Le roman Sword Art Online est du registre du light-novel. Outre les illustrations récurrentes, ici dessinées par abec, le format impose un style assez direct, peu recherché, afin d’aller à l’essentiel et garantir un certain rythme de lecture. Cela n’a toutefois jamais empêché Reki Kawahara, malgré son écriture simple, de se pencher sur quelques éléments de décors de ses intrigues comme la psychologie des personnages ou les mécaniques de gameplay. Dans Phantom Bullet, cet élément est d’autant plus important que les développements sont nombreux, surtout autour des personnages de Sinon et Kirito. Et pour comprendre ces figures comme il se doit, comme le ressenti de chaque figure lors des moments cruciaux, la narration est un moyen très efficace, permettant de rendre le propos souvent adulte. Qu’en est-il, alors, des deux adaptations ?

Dans un premier temps, l’anime est à examiner car c’est le premier format qui a permis aux francophones de découvrir le troisième arc de la saga Sword Art Online, une exclusivité qu’ont eu les deux premières saisons mais que n’auront pas les suivantes puisqu’Ofelbe est sur le point de proposer le début de l’arc Alicization, sous sa forme de roman, à l’heure où ces lignes sont écrites. Et malgré les reproches que l’on pouvait faire à la première saison dans sa globalité, comme la côté fan-service hautement soulevé où les difficultés à retranscrire la narration du roman à l’écran pour faire ressentir l’impact psychologique globale, cette suite s’en sort bien mieux. Le traitement de Kirito et Sinon sont alors saisissants à l’écran, l’équipe de réalisation ayant compris et respecté davantage les intentions de l’écrivain. Restent alors que la mise en scène vient remplacer l’imagination du lecteur dans les phases d’action et à ce titre, on peut saluer l’effort fait par rapport au grand spectacle qui ressort plus dans l’adaptation animée.

Le manga signé Kôtarô Yamada, lui, fait un effort que toute adaptation de série animée n’honore pas forcément : prendre son temps pour se montrer fidèle au matériaux d’origine, devenir un véritable moyen de substitution plus qu’un simple produit promotionnel. Avec ses deux premiers tomes, la version graphique retranscrit à peine la moitié de l’arc, une moitié qui prenait son temps, empêchant alors le manga de donner l’impression de survoler le scénario. Vient aussi une force visuelle qui opère de deux façons. D’abord, le dessin de Kôtarô Yamada est suffisamment dense et précis pour plaire au plus grand nombre, ce qui ne fut pas le cas pour toutes les adaptations manga de SAO. Cette même précision amène la réussite du second point : la mise en scène d’une manière générale. Les scènes d’action se révèlent ainsi immersives et époustouflantes sur le papier, tandis que le second aspect de la narration rend justice aux intentions de Reki Kawahara quand lui-même a cherché à retranscrire la complexité de l’intrigue ou de ses personnages. La mise en scène du mangaka, lors de certains instants, est très imagée afin de faire ressortir cette complexité, un procédé qui permet donc même à Phantom Bullet d’être le chapitre manga de Sword Art Online le plus abouti à l’heure actuelle.



Éditions et adaptations


Dans un premier temps, c’est l’adaptation animée de Phantom Bullet qui a vu le jour dans nos contrées. Si l’anime, les quatorze premiers épisodes de la saison deux donc, fut disponible dans un premier temps en simulcast et VOD dès l’été 2014 sur la plateforme Wakanim, il a fallu attendre un an de plus aux fans pour jouir de l’œuvre sur support physique. Depuis le téléfilm Extra Edition, l’éditeur @anime a repris les rênes de la licence et propose dans un premier temps l’arc Phantom Bullet en deux coffrets distincts, l’un concernant le format DVD et l’autre le format Blu-ray. Fortement décrié pour ses éditions faiblardes jusqu’à cette période, @anime a pourtant offert à ce troisième arc de la série un packaging exemplaire : digipack fin et livret à la couverture épaisse donc contenu dans un coffret rigide, lui-même placé dans un fourreau transparent du plus bel effet. Il restera simplement, pour les fans, l’idée du tarif excédant les 60 euros mais ici, il sera difficile de reprocher à l’éditeur la qualité du produit.

Le manga, lui, paraît depuis octobre 2015. La copie éditoriale d’Ototo se révèle alors de très bonne facture puisque l’éditeur a repris un papier couché mât, qu’il n’utilise pas sur tous ses titres mais confère à l’ouvrage une plus grande noblesse. Les fans doivent pourtant s’armer de patience pour savourer la suite : le rythme de publication japonais étant assez lent, huit mois ont séparé la sortie du premier opus du second en France…

Enfin, le light-novel, paraît dans l’hexagone en février 2016 et conserve toutes les spécificités de l’édition d’Ofelbe sur sa collection classique. La couverture, jouissant d’un beau relief, s’accompagne d’un papier épais et de nombreuses pages couleurs. On saluera le prix de l’ouvrage resté intact par rapport aux précédents, pour une épaisseur plus importante. A la traduction, Rémi Buquet accompli une nouvelle fois un très bon travail sans laisser ressortir de coquille, une tâche peu évidente pour un pavé de cette taille ciblant des univers bien spécifiques.
  
  
  

© REKI KAWAHARA / KOUTAROU YAMADA Edited by ASCII MEDIA WORKS

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News