La lutte des classes - Actualité manga
Dossier manga - La lutte des classes
Sommaire

Publié le Vendredi, 23 August 2019


Magi the Labyrinth of Magic : quand la domination se crée


J'ai longtemps hésité sur le choix de la série pour cette première partie. Et c'est finalement avec l’œuvre la plus conséquente de Shinobu Ohtaka que je vais démarrer ce dossier, avec le pays de Balbad.

Balbad est un royaume portuaire qui fonctionne essentiellement grâces aux échanges commerciaux. Le pays est assez modeste, mais il prend une place assez importante dans l'histoire quand on apprend qu'un des héros, Ali Baba, en est le prince héritier. Lui qui avait vécu dans les bidonvilles dans sa tendre enfance apprendra à la mort de sa mère sa véritable condition et il devra quitter ses amis pour aller vivre au palais. Et alors que son passé chaleureux lui manque, il fera une erreur qui le poussera à quitter son pays, aggravant encore plus la situation très tendue de Balbad.

Je vais parler de deux étapes de la vie de ce pays : la confrontation entre le gang de l'ombre et la famille royale de Balbad, et l'annexion de Balbad par l'empire de Kô.





Parlons d'abord du conflit entre la famille royale et le gang de l'ombre. Ce conflit est basé sur une véritable lutte de classes, de la façon la plus simple et binaire qui soit : d'un côté on a les pauvres, mis en quarantaine par le pouvoir lorsqu'ils sont trop gênants, et de l'autre un pouvoir égoïste qui ne pense qu'à se protéger et à assouvir ses désirs. Un conflit qui se terminera de manière dramatique mais plutôt positive pour le pays, jusqu'à ce que l'empire Kô ne s'en mêle. Alors que l'on pensait avoir trouvé un moyen de réconcilier le peuple avec l'autorité, en lui conférant du pouvoir, voilà qu'un empire aux ambitions démesurées va s'en mêler. Le peuple de Balbad va alors connaître un sacré chamboulement, bousculant même ses valeurs et les forçant à s'adapter à un nouveau mode de vie. En effet, l'empire de Kô souhaite abolir une des sources de conflits les plus primaires dans la société : celle qui s'appuie sur la différence et l'envie. L'empire a ainsi décidé de redistribuer de manière égale les richesses du pays entre ses habitants. Et pour assouvir le peuple, il utilise la manière forte, mais aussi un moyen beaucoup plus pernicieux : rétablir l'esclavage dans la cité-état. C'est à ce moment dans le manga, lors du retour d'Ali Baba à Balbad après son annexion, que celui-ci découvre que le peuple a décidé de s'écraser face à l'envahisseur, pour se protéger. En effet, si le système égalitaire avait flatté les espoirs de nombreux habitants, exploiter sous leurs yeux des personnes en leur faisant comprendre que s'ils n'obéissent pas, ils finiront à leur place, est le petit coup qui finira de mettre au tapis la population de Balbad. Une lutte des classes s'éteint en même temps que la royauté de Balbad, pour laisser place à une autre, plus stratifiée et pourtant plus violente que la précédente. C'est ce qui frappe Ali Baba, en voyant ses anciens compagnons du gang de l'ombre, eux qui avaient combattu vaillamment auprès de son ami Qasim. Les voir embrasser le système qu'on leur offre et éteindre en eux leur désir de liberté pour se conformer aux desiderata de l'empire Kô. Une analogie intéressante ici du passage de l'adolescence à l'âge adulte. Après tout, n'est-ce pas à ce moment-là que l'on est sensé devenir plus mature et raisonné ? Ou bien est-ce une manière positive de dire que l'on devient plus soumis et conformiste ?

Je ne porte ici aucun jugement de valeur sur les différents systèmes politiques qui ont ponctué la vie de Balbad dans la série Magi, mais je réfléchis à la manière dont la population la subit plus qu'elle ne l'a vécu. Car oui, le peuple de Balbad avait choisi de s'affranchir de son roi pour devenir maître de son destin avant de se retrouver de nouveau sous le joug d'une autre autorité. Et si elle n'a rien tenté la deuxième fois, c'est à cause de la fatigue, des pertes encourues lors de la première révolte, et surtout parce que leur situation s'est améliorée. Oui, le fait qu'ils soient à l'abri du besoin, bien que dans un système hautement autoritaire, les a rendus dociles. Pourquoi croyez-vous que des révolutions ont lieu ? Parce que les populations ont été mises au pied du mur à un moment ou un autre. Que ce soit des famines ou des fins de mois de plus en difficiles, la rébellion n'arrive à prendre place que dans un peuple désespéré qui n'a plus que ce choix là pour s'en sortir. Et quand leur conditions de vie s'améliorent, et bien ils s'accommoderont. Pourquoi se battre quand les raisons ne sont plus aussi importantes que le fait de vouloir vivre ?




Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News