Kingdom (drama) - Actualité manga
Dossier manga - Kingdom (drama)
Sommaire

Publié le Vendredi, 01 May 2020


Et si l’horreur ne se trouvait pas là où on le croyait ?


Et oui. Si cette série est une série de zombies, on ne peut pas dire que nos amis soient très présents. Certains resteront peut-être sur leur faim, en sachant qu'il faudra quelques épisodes pour les voir émerger dans la première saison, et encore plus dans la deuxième saison. Et pourtant... Je peux vous dire que l'attente en vaut largement la peine.





Mais ici, nous n'allons pas parler des zombies, mais de l'autre aspect très prononcé de la série : les conflits politiques qui agitent Joseon, et notamment ceux qui impliquent nos chers amis du clan Haewon Cho, le clan à l'origine de la propagation du virus, qui n'hésiteront pas à se servir de tout ce qui est à leur disposition pour acquérir le pouvoir. Et quand je dis tout, c'est TOUT. Mais ils ne sont pas les seuls à se montrer stupidement dangereux dans cette crise.

Première chose qui va frapper : après la première nuit où les infectés ont attaqué Dongnae, alors qu'il est bien évidemment nécessaire qu'il faut brûler ou décapiter les corps, les nobles de la ville vont s'y opposer, car ce n'est pas « convenable » de traiter ses défunts ainsi. A croire que l'horreur de voir des gens se faire transformer en morts vivants n'est pas suffisant pour mettre les traditions de côté. Et si vous vous rappelez ce que j'avais dit dans la première partie de ce dossier, c'est une chose qu'on voit souvent dans les dramas coréens historiques. Les traditions supplantent de nombreuses choses, et ici le bon sens.

Mais clairement, ceux qui méritent la palme de la saloperie, c'est bien évidemment le clan d'Haewon Cho. Le père qui se sert de la maladie pour conserver le pouvoir, évincer le prince héritier, et qui n'hésitera pas à sacrifier le petit peuple pour ses magouilles. Son fils qui n'hésite pas à tuer tout ceux qui se mettent en travers de son chemin. Et enfin, la reine qui, de son côté, à été incapable d'enfanter, qui a du coup décidé de voler son enfant à une paysanne et de le faire passer pour le sien. En oubliant pas de tuer tous les témoins bien sûr. Et que dire de ce qu'elle fera à la fin de la saison 2, pour garder le trône à tout prix ?

Et oui, les plus gros problèmes que nos héros rencontreront, ce ne sont pas forcément les infectés, mais bien les désirs et ambitions de personnes qui sont un véritable poison pour la nation. Ils devront aussi faire face aux personnes qui servent ces personnes, et qui n'osent même pas remettre en cause leurs ordres. Que cherchent-ils en faisant ça ? Car on aurait pu croire pour certains que c'étaient pour profiter un peu du pouvoir de ces dirigeants, ou tout simplement pour rester en vie, mais certains actes feront plutôt penser à de la loyauté extrême, quasi fanatique. Et c'est dans ces moments-là que nos héros, qui viennent tous de milieux différents, font simplement preuve de bon sens. Ils ne sont pas forcément héroïques, d'ailleurs ils auront bien du mal à sauver ceux qui les entourent, mais ils font ce qu'ils peuvent pour éloigner du pouvoir ceux qui le pourrissent, et qui serait prêt à sacrifier le peuple pour arriver à leurs fins. La reine est d'ailleurs un des personnages les plus flippants dans ce sens, car si son père, Jo Hak Ju, nous dégoûtait avec toutes ses magouilles, il restait un minimum sensé. On ne peut pas en dire autant de sa fille qui est, tout simplement, une grande malade. Sa décision à la fin de la saison 2 est atroce, et d'ailleurs, et ce n'est que mon opinion, ce personnage a les scènes les plus flippantes de la série. Autant, l'adrénaline montait dans les scènes de carnage, mais clairement, les scènes où je voyais la reine me glaçait le sang. Ce qu'elle a fait pour avoir un bébé à tout prix, ce qu'elle a fait à son père sans même sourciller, et enfin sa décision finale, sur le trône... Ce personnage est clairement le « boss final » de cette série, et sa fin marquera le début d'une nouvelle ère. D'ailleurs, chapeau bas à l'actrice, Kim Hye Jun, qui nous offre, je pense, la meilleure performance de la série.





Bref, tout cela pour dire que cette série a su mêler avec brio deux genres, notamment grâce à son écriture. Les zombies et la politique sont chacun très bien dosé dans l'histoire, et se renvoie bien la balle. Chaque élément est complémentaire de l'autre, et permet de parfaitement rythmer la série. Car si les moments avec les infectés sont aussi impactant, c'est bien grâce à ces moments de « calme » où chaque protagoniste fait ses petites affaires pour son propre compte, et souvent au détriment de la gravité de la situation. Et quand on voit le prince Lee Chang, ou Young Shin tenter de prévenir les autres de la gravité de la situation, et que personne ne les croit pour des raisons plus ou moins légitimes (des cadavres qui se réveillent la nuit tombée, il faut le voir pour le croire!), on se sent aussi impuissants qu'eux. Dans un sens, la série montre très bien deux choses : premièrement, la difficulté pour la population, quelque soit sa classe sociale, de faire face à un événement inattendu et d'y croire. Tant qu'on ne fait pas face directement au problème, on continuera à se boucher les oreilles et à traiter ceux qui dénoncent le problème d'alarmiste ou de fou. Conséquence : la gravité de la situation nous saute au visage, souvent trop tard pour que l'on puisse réagir. Et deuxièmement, et bien c'est tout simplement la différence de réaction entre les gens de diverses classes. D'un côté nous avons les nobles qui se sentent intouchables, qui n'hésite pas à sacrifier le petit peuple pour survivre au moment où les choses dégénèrent.Puis, une fois la crise passée, ils se raccrochent à leurs traditions et semblent totalement déconnectés de la réalité. De l'autre, nous avons ce petit peuple qui tente de survivre comme il peut, avec un esprit bien plus penché vers l'entraide, mais qui n'imagine pas à un seul moment se soulever contre ces nobles, au contraire, il s'appuie d'autant plus sur eux, car on les a conditionné à vivre ainsi. La peur ne nous pousse pas à nous dépasser, mais plutôt à nous retrancher dans ce que l'on connaît, jusqu'au point de rupture, où la réalité va nous forcer à changer car on n'a plus le choix.

Ce drama nous dépeint en somme autant une situation de crise, que tout ce qui l'entoure. Comme celle-ci est vécu par chacun, comment la population y fait face, comment les dirigeants y font face, et l'utilisent à leur fins. Elle nous décrit également comment les traditions et les conventions peuvent être un vrai frein dans la lutte contre la crise, et surtout qu'il faut être extrêmement vigilant. Il faut savoir se remettre en question, ne pas se fier à des idées préconçues. Et si la situation aujourd'hui avec le coronavirus est loin d'être aussi dramatique que dans Kingdom, je pense que la série, comme de nombreuses autres dans le même genre, nous donne une leçon. Gardons l'oeil bien ouvert et l'esprit alerte, car les crises peuvent amener aussi bien le meilleur que le pire, et ça, des deux côtés de la population.



 
  



Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News