Ken-ichi, le disciple ultime - Actualité manga
Dossier manga - Ken-ichi, le disciple ultime

Note des lecteurs 18.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 28 Juillet 2011


Introduction

   
Au pays du soleil levant, terre d’accueil de nombreux styles d’arts martiaux, existe un dojo dans lequel s’entraînent les plus grands maîtres combattants, tous ayant atteint le sommet de leur art respectif. Cet endroit sacré se nomme Ryôzampaku. Bien que le lieu n’ait pas pour habitude de prendre de disciples, dû à la sévérité des entraînements, les maîtres ont malgré tout accepté de prendre en charge un lycéen tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Un jeune garçon chétif prénommé Ken-ichi, qui n’a absolument aucun talent pour les arts martiaux, de l’avis même de ses professeurs. Cependant, est-ce que le talent est réellement l’élément essentiel pour un pratiquant ? N’ont-ils pas vu en lui une qualité encore plus importante ? Venez, et observez comment un organisme unicellulaire peut prétendre au titre de disciple ultime !
 
 
  
  
 
Fiche technique
Ken-ichi, Le Disciple Ultime (史上最強の弟子ケンイチ- Shijo Saikyo no Deshi Kenichi en VO, littéralement « Ken-ichi, le disciple le plus fort de l’histoire ») est publié dans le Shônen Sunday de l’éditeur japonais Shôgakukan. Ayant pris son envol en 2002, la série est toujours en cours avec 49 volumes. Comme toute série populaire, elle fut également adaptée en une série animée de 52 épisodes, qui reprennent le premier arc d’introduction, soit celui de Ragnarök. En 2012, trois OAV ont également vu le jour.
      
En francophonie, c’est l’éditeur Kurokawa qui se charge de son adaptation à partir de mars 2008. Publiée initalement à un rythme bimestriel, la série sera ralentie à un tome tous les trois mois après son vingt-quatrième opus.
      
     
L'auteur
    
Né à Tokyo le 11 février, Maître Shun Matsuena (松江名俊) fait une école de manga dans laquelle il sera très remarqué avec "Le chevalier et le voyageur", une oeuvre particulièrement originale. Il connaît ses débuts professionnels avec le manga "La porte du Valhalla" dans une édition spéciale du Shônen Sunday. Entre 2000 et 2002, Maître Matsuena réalisa la série Tatakae ! Ryôzanpaku Shijô Saikyô no Deshi (littéralement : « Au combat ! Le disciple ultime de Ryôzampaku »), une série courte en cinq tomes. Cependant, vu le succès de celle-ci, il fut décidé de remanier ses bases et de créer une nouvelle série, plus ambitieuse et plus folle encore. C’est ainsi qu’est né « Ken-ichi, le disciple ultime ». (Pour une petite comparaison entre les deux titres, reportez-vous au volume 16).
   
En 2010, Shun Matsuena réalise un court métrage intitulé Waza no Tabibito (Le voyageur de l'art). L'année suivante, il adaptera cet anime en un court manga éoponyme publié dans le Sunday à partir de septembre 2011 et qui sortira sous la forme d'un one-shot deux mois plus tard. L'auteur fut également l'invité d'honneur du salon Polymanga de Lausanne en avril 2010.
    
    
 
      
Ryôzampaku !

Ken-ichi Shirahama

Le disciple ultime !



Un jeune garçon un peu loser, mais avec une nature très honnête. Il est depuis toujours considéré comme quelqu’un de chétif et d’insignifiant. Jusqu’au jour où il rencontra Miu, une superbe et adorable jeune fille, pratiquante d’arts martiaux de haut-niveau. À partir de ce jour, son destin était scellé, il pénétrait de plein pied dans le monde des arts martiaux anciens, où les combats sont réels. Un monde où la seule façon de survivre est de se hisser au niveau de maître imbattable. Avec des maîtres lui enseignant le jiu-jutsu, le karaté, les arts martiaux chinois, le muay thaï, et d’autres techniques plus particulières, il est sur la voie pour devenir le disciple ultime !


Miu Furinji

L’enfant des arts martiaux !



Une jeune fille fraîche et un peu naïve, intelligente et débrouillarde, mais surtout très gentille avec tout le monde. Et au physique plus qu’avantageux. La fille parfaite, en somme. Mais elle cache un secret : elle est en réalité entraînée par l’homme le plus fort du monde, son grand-père, depuis son plus jeune âge. Son niveau martial est ainsi impressionnant, presque inné. Ses origines sont obscures. Sa mère est morte, et il paraît que son père est encore en vie. Néanmoins, on peut déjà dire sans hésiter qu’elle est l’enfant des arts martiaux !


Akisame Kôetsuji

Le philosophe du jiu-jitsu !



Un maître du jiu-jutsu. Son passé est encore inconnu. Néanmoins, on peut sans aucun doute affirmer qu’il s’agit d’un maître de très haut niveau, et pas seulement dans les arts martiaux : langues vivantes, théâtre, médecine, calligraphie, sculpture, mathématiques, création de machines d’entraînement diabolique(ment efficace)… Il s’agit du maître qui s’occupe le plus de tout ce qui relève de l’entraînement de base pour Ken-ichi, lui prodiguant remarques et conseils avisés, ce qui lui vaut bien son titre de philosophe du jiu-jutsu !


Shio Sakaki

Le karatéka 100ème dan de baston !



Un maître en karatéka (peu importe le style). Son passé semble lié à un membre haut-placé d’une organisation des ténèbres. Un personnage aux allures bourrus, toujours un verre à la main ou presque, peu sympathique au premier abord, mais il s’agit sans doute du maître qui s’en fait le plus quand à la survie de son disciple Ken-ichi. Un maître très sympathique et attachant quand on apprend à le connaître, mais surtout un combattant redoutable et redouté, d’une force peu commune, et qui adore la baston. Il n’a pas volé son titre de karatéka 100ème dan de baston !
 

Kensei Ba

Le grand maître des arts martiaux chinois !



Un maître martial chinois, qui connaît tout les styles enseignés en Chine (c’est-à-dire des centaines). Il est également à la tête d’une école d’arts martiaux dans son pays natal, qui compte des milliers de disciples. Cependant, un peu irresponsable (où la recherche de quelque chose qu’il ne souhaite pas préciser), il a laissé les charges à sa femme pour venir à Ryôzampaku. Il s’agit aussi d’un pervers de premier ordre, qui entraîne souvent son jeune disciple dans ses sorties pour aller espionner les jeunes filles du dojo prenant leur bain dans la source chaude, ou bien le manipule dans les grandes longueurs grâce à l’attachement de Ken-ichi à Miu. Néanmoins, derrière ses airs pervers, il s’agit sans l’ombre d’un doute d’un maître redoutable, maîtrisant des techniques mortelles si utilisées à des fins meurtrières. Il est sans discussions le grand maître des arts martiaux chinois !


Apachaï Hopachaï

Le dieu de la mort du muay thaï underground !



Un maître du muay thaï, la redoutable boxe thaïlandaise. Un géant aux allures de gros bébé avec des muscles, très gentil avec les enfants et les animaux et tout être vivant en général. Depuis son plus jeune âge, il est redouté dans le monde du muay thaï. Ainsi, il n’a jamais appris à retenir ses coups, ce qui pose un léger problème quand il s’agit d’entraîner Ken-ichi, son tout premier disciple, qui fut envoyé quelques fois aux portes de l’au-delà à cause de l’enthousiasme de son maître. Cependant, il parvient à se maîtriser de mieux en mieux, avec quelques accidents encore de-ci de là. Son cerveau étant tellement conditionné à se battre et tellement redouté sur le ring qu’il peut raisonnablement être considéré comme le dieu de la mort du muay thaï underground !


Shigure Kosaka

L’héritière des armes et des sabres !


 
Un maître des armes blanches. Sa nature taciturne et peu communicative vient de son enfance, qu’elle a passé loin de toute civilisation, avec son père ermite et forgeron à ses heures. À la mort de celui-ci, elle fut confiée à un vieux maître qui maîtrisait toute sorte d’armes, style qu’elle a encore porté à un autre niveau. Cependant, derrière ses airs un peu inquiétant, elle n’en reste pas moins gentille et adorable. Elle est un peu triste de ne pas pouvoir enseigner ses techniques de sabre à Ken-ichi, qui a une phobie (plus ou moins contrôlée) des lames. Cependant, elle lui vient en aide en plusieurs occasions, notamment quand il lui faut faire face à ses peurs. Elle est souvent accompagnée de Tochumaru, la souris la plus forte du monde. Étant donné qu’il s’agit d’un maître de classe super A, capable dit-on de fusionner avec son sabre, elle mérite bien son nom d’héritière des armes et des sabres !


Hayato Furinji

Le grand maître de Ryôzampaku !


 
Un expert en arts martiaux qui a créé son propre style. S’il y avait un terme pour décrire cet homme, ce serait démon bienveillant. Sa force et ses capacités sont légendaires, surhumaines, et il paraît qu’il n’a jamais perdu un seul combat de sa vie. Il entraîne rarement Ken-ichi, mais à chaque fois qu’il lui enseigne quelque chose, il s’agit toujours d’une technique redoutable, qui le fait grandement progresser sur la voie des arts martiaux. Cependant, étant donné la nature de ces entraînements, heureusement qu’il ne s’occupe pas de Ken-ichi trop souvent… Pouvant être considéré comme l’homme le plus fort du dojo, on ne peut que s’incliner et lui décerner le titre de grand maître de Ryôzampaku !
  
 

© 2002 by Shun MATSUENA / Shogakukan Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News