Free Fight - Tough - Actualité manga
Dossier manga - Free Fight - Tough

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 31 July 2009


Les références

           
Pas besoin d'aimer le MMA, mais c'est tellement mieux quand on aime! Et c’est surtout tellement mieux quand on connaît le sport et les combattants qui le pratiquent.
L’auteur en véritable fan parsème son titre de multiples références, évidentes ou non, certaines sont tirées par les cheveux, mais elles sont partout! Un peu à la manière de Bastard où l'on se régale lorsqu'on trouve une référence de Heavy Metal, c'est ici un vrai plaisir de retrouver des références à des combattants réels (l'auteur n'utilise pas les vrais noms, mais les maquille à peine parfois)... On ne lit plus le titre de la même façon, on s’amuse à chercher les multiples références, à tel point que parfois on se demande si telle référence que l’on croit avoir trouvé n’est pas juste le fruit de notre imagination…
On trouve entre autre, le famille Gracie qui devient les Grancie, l'emblématique Antonio Inoki qui a servi de modèle au terrible Iron Kiba, dont l’élève Kazu Fujita, est inspiré de Kazuyuki Fujita, qui est véritablement un disciple de Inoki. La référence la plus importante étant Yoshiki Takaïshi qui est inspiré de Yoshiki Takahashi.
Dans la suite, Free Fight, les références pleuvent également, généralement plus récentes forcément, et donc plus évidentes pour les plus jeunes lecteurs ou encore ceux qui auraient découvert le combat libre plus tard. La team que va intégrer Seiko Miyazawa, le père de Kiichi, est remplie de combattants « réels » : Akiyama, Misaki, Gono…
Les deux références les plus évidentes et les plus frappantes concernent deux personnages qui vont avoir un rôle important dans le titre. En premier lieu vient Sanaé Kikuta. Si dans Free Fight, il est le capitaine de l’équipe intégré par Seiko, il s’agit réellement d’un combattant professionnel, issu du King of Pancrase et ayant participé au Pride. Vient ensuite Kaoru Suzuki, autre célèbre lutteur Japonais, catcheur adulé qui prendra le rôle dans le titre du maître d’une école d’art martiaux. Ce personnage s’éloigne de la réalité de par ses techniques (les frappes du vent), mais il s’agit bien du même personnage, même si on ne le reconnaît pas, la coupe de cheveux vient l’attester. Il est intéressant (voir surprenant) de noter que pour ces deux personnages, Saruwatari n’a pas du tout modifié le nom des combattants, seule leur apparence change.

Toutes ses références nous renseignent sur deux points : le premier est que l'auteur est un vrai fan qui sait de quoi il parle, mais aussi qu'en étant trop fan, il manque d'objectivité... par moment il présente des combattants comme des superstars alors que…ben voilà, c’est pas du haut niveau (c’est surtout vrai pour les Japonais…une peu de chauvinisme?)... d'ailleurs Takahashi, celui qui a servi de modèle à l'un des personnages principaux, n’a jamais vraiment brillé.  

On trouve des références à des personnages existants mais aussi des personnages totalement originaux tout aussi croustillants, en particulier le père du héros, sorte de croisement entre Kenshiro et Onizuka, et un grand père digne de Tortue géniale!
Ci après, deux visuels de Antonio Inoki et Yoshiki Takahashi, qui ont respectivement servi de modèle à Iron Kiba et Yoshiki Takaïshi.
   
    
             
              
            

Saruwatari est aussi un fan!

      
Dans chaque volume de Tough, on trouve des entretiens que l’auteur a réalisé avec des combattants, beaucoup de Japonais pour l’essentiel mais pas uniquement! Si au début il rencontre avant tout des artistes martiaux, au fil des tomes il rencontre de plus en plus de combattants issus du K1 ou du combat libre. Tous ces guerriers, locaux ou non, combattent (ou combattaient) au Japon.
Quand le fan s’adresse à ses idoles c’est avec passion et humilité... tellement de passion qu’à en croire Saruwatari, ce sont tous des champions du monde (alors que…)

On trouve :
Seishi Horibe (vol. 2): Fondateur du Koppo, technique de percussions et projections, il a dirigé un grand nombre de catcheurs.
    
Masakatsu Funaki (vol. 3): Lutteur issu du Pancrase, c’est une légende au Japon. Il combat encore (alors qu’il ferait mieux de prendre sa retraite).
     
Nobuhiko Takada (vol. 4): Célèbre catcheur Japonais, il sera un des fondateurs du Pride (événement créé à l’origine pour qu’il rencontre Rickson Gracie).
   
Volk Han (vol. 5): Pratiquant de Sambo et lutteur au sein de la RINGS.
  
Andy Hug (vol. 6): Grand champion de K1 issu du Karaté, il mourra au sommet de sa gloire.
    
Akira Maeda (vol. 7): Ancien catcheur, fondateur de la RINGS.
    
Patrick Smith (vol. 8): Issu du Kick boxing, il est un vétéran de L’UFC. Il participera ensuite au K1.
   
Kenji Yamaki (vol. 9): Champion Japonais de Karaté.
  
Minoru Suzuki (vol. 10): Catcheur puis King of Pancrase.
   
Suil Fan (vol. 11): Espoir du Taekwendo.
   
Yoshihisa Yamamoto (vol. 12): Lutteur largement surestimé... Ses défaites, dès qu’il s’agit d’affronter un véritable adversaire, l’ont prouvé au Pride!

Yoshiki Takahashi (vol. 14): Lutteur célèbre au Japon qui servira de modèle au personnage de Takaishi le mangeur d’hommes dans le manga.
    
Kenji Yamaki (vol. 15): Multiple champion national et mondial de Karaté.
     
Enson Inoue (vol.16): Hawaïen d’origine Japonaise issu du Jiu Jitsu. Il participera à l’UFC et au Pride. Il servira de modèle au personnage de Enzo Sasakawa.
    
Yuki Kondo (vol. 17): Ancien King of Pancrase qui aura plus tard son heure de gloire au Pride.
     
Peter Aerts (vol. 18): Légende du K1. En 18 ans il participera 18 fois à la finale du K1 (qui regroupe les 8 meilleurs) et il le remportera 3 fois! Cette année encore il participera à la finale!
   
Yuki Naka et Manabu Yamada (vol. 19): Champions de Judo et de Karaté.
    
Mike Bernardo (vol. 20): Combattant de K1.
    
Kazushi Sakuraba (vol. 21): Légende du combat libre (au Japon et ailleurs), il sera le premier champion des lourds-légers du Pride. Surnommé Gracie Hunter pour ses victoires sur quatre membres de cette illustre famille, notamment après sa victoire après 90 minutes de combat contre Royce Gracie, l’ancien champion de l’UFC. A l’heure actuelle, il se refuse à prendre sa retraite, et il le paie à chaque combat!
   
Hernesto Hoost (vol. 22): Autre légende du K1, il est lui aussi triple vainqueur de la finale de l’événement. Son surnom de Mr Perfect souligne bien tout son talent!

Kenzo Watanabe et Manabu Yamada (vol. 23): Deux lutteurs de Pancrase.

Mark Kerr (vol. 24): Puissant combattant, et multiple vainqueur de l’UFC. Même si cette période est loin, il fut invincible pendant longtemps. Il servira de modèle au personnage de Mark Hammer (Mark Kerr est membre de l’école de lutte la HammerHouse).

Peter Aerts (vol. 25): Voir tome 18.

Akira Shoji (vol. 26): Combattant du Pride plus réputé pour les âpres luttes qu’il mène que pour ses victoires. Mais contrairement à beaucoup qui ont plus de victoires à leur actif, il n’a affronté que des têtes d’affiches!

Kiuma Kunioku (vol. 27): Combattant du Pancrase.

Musashi (vol. 28): Combattant du K1.

Alexander Otsuka (vol. 29): Catcheur Japonais qui s’est essayé au Pride. Il y a fait un bon début puis a enchaîné les défaites .

Masakatsu Funaki (vol. 30): Voir tome 3.

Jérôme Le Banner (vol. 31): Star du K1, craint par tous mais n’a jamais réussi à le gagner.

Igor Vovchanchyn (vol. 32): Ukrainien pratiquant le combat libre avec succès en Russie et au Brésil. Il rejoint le Pride pour effectuer des combats spectaculaires! A la retraite actuellement, il possède l'un des palmarès les plus impressionnants du combat libre... sa droite ayant refroidi bien des combattants!

Ray Sefo (vol. 33): Star du K1... un combattant quasiment impossible à mettre KO!

Sanaé Kikuta (vol. 34): Issu du Judo, il participera au Pride et au Pancrase.

Wanderlei Silva (vol. 35): Longtemps invaincu, il est resté des années champion des lourds-légers du Pride. Après un passage difficile, il recommence à se faire craindre à l’UFC.

Tatsuya Iwasaki (vol. 36): Champion national de Karaté.

Tsuyoshi Kosaka (vol. 37): Il a combattu partout, à la RINGS, à l’UFC, au Pride... Il est le seul à avoir fait connaître la défaite à Fedor (contestable cependant…arrêt sur blessure).

Shungo Oyama (vol. 38): Célèbre champion national de Judo, il combattra au Pride puis au K1 Hero.

Bob Sapp (vol. 39): Ancien footballeur américain, cette brute de 150 kilos (au minimum) a commencé au K1 puis au Pride, d’abord un cauchemar pour tous de par sa puissance, son manque de technique à vite été démontré!

Kazushi Sakuraba (vol. 40): Voir tome 21.

Sanaé Kikuta (vol. 41): Voir tome 34.

Ci-après, voici des photos de Sanae Kikuta, Kazushi Sakuraba et Igor Vovchanchyn.
    
    
                 
                  

KOKO TEKKENDEN TOUGH © 1993 by Tetsuya Saruwatari/SHUEISHA Inc. // TOUGH © 2003 by Tetsuya Saruwatari/SHUEISHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News