Dossier manga - Densha otoko - L'homme du train
Sommaire

Publié le Vendredi, 27 May 2016


Le mythe de l’homme du train


La légende de l’homme du train raconterait qu’un jeune adulte, rentrant d’une journée passée à Akihabara, aurait secouru dans un train une demoiselle agressée par un ivrogne. Pour le remercier, cette dernière lui aurait envoyé un service à thé de marque Hermès. Un peu hésitant, celui qu’on appela « l’homme du train » se serait confié à un forum internet qui, dès lors, aurait cherché à reprendre contact avec la demoiselle, suite à quoi « Densha » et « Hermès » approfondiront leurs liens jusqu’à tomber amoureux l’un de l’autre.

Si ce récit est si populaire au Japon, c’est parce que l’histoire est prétendument avérée. Chronologiquement, les faits se seraient déroulés le 14 mars 2004, date à laquelle Densha aurait conté ses exploits sur le forum 2channel (ou 2ch), attirant de plus en plus d’internautes conquis par les déboires de ce jeune otaku cherchant à évoluer et retrouver la demoiselle qui a fait chavirer son cœur dans le train. La seconde étape de l’histoire est la publication le 22 octobre de la même année d’un livre, signé Nakano Hitori qui serait l’un des membres ayant assisté au topic de l’homme du train, d’un roman regroupant une partie des messages postés sur le forum 2ch. L’ouvrage en question sera un succès national au point d’être réimprimé l’année suivante, mais il ne sera plus le seul support à conter les aventures amoureuses de Densha et Hermès. En effet, différentes productions manga et drama voient le jour, racontant cette histoire sur des ambiances différentes, mais en posant une question supplémentaire à ce conte urbain étonnant.

En effet, il n’a à ce jour jamais été prouvé que l’histoire de l’homme du train soit vraie. Le roman de Nakano Hitori aurait été publié avec l’aval du principal concerné qui, sur la réimpression du recueil, aurait rédigé un message supplémentaire. Néanmoins, l’identité des deux tourtereaux n’a jamais été dévoilée, sans compter que le douzième épisode du drama mentionne que l’histoire est une fiction… Les interprétations autour de Densha Otoko sont donc libres, beaucoup peuvent se plaire à croire que l’histoire d’amour, idyllique, entre Densha et Hermès est avérée et que ces derniers coulent actuellement des jours heureux ensemble tandis que les plus sceptiques opteront pour le plan marketing. Et si tant est que cette deuxième option est la bonne, force est de constater qu’il s’agirait d’une opération de communication efficace en plus d’être originale. Qu’à cela ne tienne, ces théories n’empêchent pas à l’histoire de l’homme du train d’être ce qu’elle est, à savoir un récit touchant, mis en scène de différentes manières sur des médius variés, et sublimée par l’auteur Hidenori Hara.


Une légende sur différents supports


Mais avant de parler des qualités de l’adaptation du manga, il convient de faire un état des lieux afin de rendre compte de l’ampleur du phénomène Densha Otoko au Japon. En effet, outre le roman qui recueille une partie des publications sur le forum 2ch, plusieurs déclinaisons sont parues à savoir quatre manga (dont celui qui est le sujet de ce dossier), un drama contenant deux épisodes spéciaux, et un film live. Au passage, il est amusant de constater que la quasi-totalité de ces projets a vu le jour sur la même période, de quoi conforter l’une des deux théories évoquées plus haut…


Une histoire pour quatre mangas


Nous ne nous étalerons pas sur Densha Otoko : Une histoire d’amour débutée sur internet et qui s’arrête à toutes les gares, série phare de notre dossier dont nous parlerons davantage par la suite. Une autre des déclinaisons de l’homme du train est le manga Le Garçon du Train : Moi aussi je pars à l’aventure (電車男でも俺旅立つよ ou Densha Otoko : Demo Ore Tabidatsuyo), une série en trois tomes publiée de mai 2005 à février 2006 au Japon, avant de connaître une réédition en deux volumes le 8 octobre 2013. En France, Taifu a proposé les trois volets entre novembre 2006 et mai 2007. Il est intéressant de voir que Wataru Watanabe, son auteur, était connu pour des séries assez courtes avant d’entamer en 2009 une œuvre bien plus grande, Yowamushi Pedal qui compte actuellement 44 tomes au Japon.

L’adaptation du manga est en tout cas intéressante pour la vision qu’elle apporte de l’œuvre car si Hidenori Hara joue sur une certaine excentricité et la pureté de l’amour entre Densha et Hermès, celle de Wataru Watanabe donne un côté plus shônen au récit notamment par un rendu juvénile des personnages.





L’éditeur français Taifu ne s’est pas arrêté là concernant l’homme du train et publie de septembre 2007 à février 2008 une autre adaptation intitulée Le Garçon du Train : Sois fort, garçon ! (電車男 がんばれ毒男!ou Densha Otoko : Ganbare Doku Otoko !). Notons que là aussi, les japonais ont découvert la série en 2005/2006, comme toutes les autres finalement…

A chaque adaptation une vision, et celle-ci ne déroge pas à la règle sachant qu’elle insiste sur l’aspect péjoratif de l’otaku, un portrait de société pour le moins cinglant et assez paradoxal pour un message qui s’étale sur un manga. Et si le dessin n’est pas un argument fort de cette trilogie, c’est bien normal puisque Daisuke Dôke, l’auteur, ne compte que cette œuvre dans sa carrière de mangaka.





Il nous sera plus difficile de parler du quatrième et dernier manga publié sur le sujet puisque celui-ci n’a jamais été publié en France. Densha Otoko : Bijô to Junjô – Otaku Seinen no Net Hatsu Love Story (電車男 美女と純情ヲタク青年のネット発ラブストーリー plus connu en occident sous le titre Densha Otoko : A shojo manga) que nous devons à la mangaka Machiko Ocha, spécialisée dans les shojo et josei en un ou deux volumes mais dont aucune œuvre n’a atteint l’hexagone à l’heure actuelle. Néanmoins, au vu de la couverture qui reflète le style de l’auteure, c’est une vision plus rose bonbon de l’homme du train qui semble être proposé par la mangaka.





Plus déjanté, le drama Densha Otoko


En même temps que la publication des différents mangas Densha Otoko, une autre adaptation plus longue et novatrice voyait le jour : un drama constitué de onze épisodes et deux épisodes spéciaux. Diffusée sur la chaîne Fuji Television entre le 7 juillet et le 22 septembre 2005, cette énième monture de l’homme du train donnait lieu à des choix plus osés tant ils inscrivaient la série dans le cadre de la fiction plus que de la reprise d’un fait réel. A commencer par le fait que Densha et Hermès se voient ici dotés d’une identité réelle, Tsuyoshi Yamada (interprété par Atsushi Itô) en tant qu’homme du train, et Saori Aoyama (jouée par Misaki Ito) pour représenter la belle Hermès. Notons d’ailleurs que si les noms des deux comédiens se ressemblent, ils ne sont nullement mariés dans la vraie vie, la fiction ne rejoint donc pas la réalité.

Et si nous parlons ici de fiction, ce n’est pas anodin puisque le drama Densha Otoko prend le parti de dramatiser un maximum cette histoire d’amour. Tous les choix techniques font en effet ressortir cette dimension comédie-sentimentale, et le réalisme de la relation est ôté par des péripéties nouvelles autour d’un personnage inédit et fauteur de troubles. Néanmoins, le côté comédie est aussi amplifié par la représentation des internautes, tous représentant des personnages hauts en couleur et parfois décalé de la réalité, de quoi assurer l’amusement mais ne permet plus de comparer l’œuvre au manga de Hidenori Hara. A ceci s’ajoute une démesure progressive qui justifie le message final de la série : le drama serait bel et bien une fiction… mais qu’en est-il du reste ?





Le dernier segment, le film live


Le 4 avril 2005, les salles obscures nippones accueillent le live film Densha Otoko, totalement indépendant du drama, et se charge ainsi d’apporter une dernière vision de l’histoire de l’homme du train. C’est même une adaptation plus terre-à-terre, assez cocasse à certains instants mais gardant un réalisme que la série télévisée n’avait pas, qui nous est proposée. L’histoire reste centrée sur la relation entre Densha et Hermès et ne se permet pas de dérive, preuve en est l’anonymat concerné des deux protagonistes comme pour coller au plus près à l’histoire que nombre de gens pensent véritable. Il s’agissait peut-être du meilleur choix à faire pour ce film car là où les quatre mangas peuvent se redire les uns les autres, les deux adaptations live développent chacun une interprétation personnelle de l’histoire de l’homme du train.


  
  


© 2005 by Hidenori Hara, Hitori Nakano

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News