Cosmo Police Justy - Actualité manga
Dossier manga - Cosmo Police Justy
Sommaire

Publié le Vendredi, 24 May 2019


Présentation


Synopsis


Dans un monde où l'humanité a conquis l'espace, la Terre n'est plus le seul refuge pour l'Homme. L'univers abrite désormais des individus aux pouvoirs psychiques particuliers : les Esper. Justy Kaizard est l'un des plus redoutables d'entre eux, mais il est aussi membre de la Cosmo Police, organisation spatiale qui défend la paix sur les planètes, et traque les plus dangereux des criminels. Et quand il y a un puissant Esper à neutralisé, c'est Justy qui est envoyé à la rescousse ! Malgré ses pouvoirs incroyables, le travail n'est pas de tout remis. Car, au fil des missions, Justy va se remettre en question, et voir son destin chamboulé par les événements à venir...


Fiche signalétique


Deuxième série de Tsuguo Okazaki, Cosmo Police Justy est lancé en 1981 dans le Shônen Sunday Zôkan (depuis renommé Shônen Sunday Super) des éditions Shôgakukan, sous le simple titre Justy. Le titre ne s'éternise pas, puisque le cinquième et dernier tome paraît en octobre 1984, au Japon. Par la suite, il sera réédité en 1991 par l'éditeur Scholar.

En France, c'est en 2018 que l'éditeur Black Box cherche à présenter les travaux de Tsuguo Okazaki en langue française. Cosmo Police Justy est la première série à être éditée, et fut lancée en avril 2018 via un financement participatif. Le tirage du titre est limité chez nous à 500 exemplaires, et les cinq volumes paraissent en librairie entre septembre 2018 et février 2019.


Personnages


Justy Kaizard



Justy appartient à l'unité Sigma de la Cosmo Police, et en est l'un de ses plus fiers éléments. Ses puissants pouvoirs d'Esper font de lui une véritable carte maîtresse de la police spatiale, et n'est envoyé en mission que sur les affaires impliquant de dangereux Espers criminels.

Malgré ces pouvoirs, Justy n'est ni présomptueux, ni ambitieux. D'un caractère simple, il honore les missions qu'on lui donne dignement, sans en demander plus. Au contraire, il se contente de sa routine en compagnie de Jelna, sa sœur, puis aux côtés d'Astaris qu'il recueillera. La simplicité de Justy amènera chez le jeune homme une certaine sensibilité. Car au fil de ses missions, l'Esper se questionnera sur la légitimité de ses actes, surtout quand il s'agira d’ôter la vie aux criminels qui sont aussi ses semblables...

Miko Tachibana



Lycéenne ordinaire, Miko habite sur Terre. Elle sera témoin de l'arrivée de Justy dans son lycée, l'Esper ayant pris l'identité de Jun Kaminadai, élève ordinaire, pour traquer un criminel. Miko tombera rapidement sous le charme du jeune homme, comme plusieurs élèves de sa classe. Seulement, la vraie nature de Justy va l'éloigner de la jeune fille... A moins qu'une future mission leur permette de se revoir ?

Jena Fleastar



Jena a rejoint la Cosmo Police bien avant Justy. Esper autrefois, elle a désormais perdu ses pouvoirs et reste en retrait, assumant davantage des rôles de soutient.

Elle se présente comme la sœur de Justy, mais éprouve envers lui une affection très particulière qui semble dépasser le lien fraternel. Ce lien a une explication qui sera dévoilée au fil de l'intrigue. Malgré ses sentiments, elle jouera une sorte de rôle de grande sœur pour Justy, notamment en étant son appui morale lorsque l'as des Esper traversera des périodes de trouble.

Astaris Vega



Astaris est une enfant âgée de 5 ans. Sans le savoir, elle était la fille d'un Esper rendu coupable de hauts crimes, et fut assassiné par Justy en guise de sanction. N'assumant pas cette vérité dans un premier temps, elle éprouvera une puissante colère envers le geolier de son père, si bien que ses pouvoirs connaitront une forte croissance et feront murir son corps en celui d'une adolescente, en un claquement de doigts.

Suite à une nouvelle confrontation avec Justy, Astaris admettra la vérité. Elle sera même recueillie par le jeune homme et deviendra une petite sœur pour lui. Astaris restera alors en retrait, et nouera aussi une forte complicité avec Jelna.

Malgré son corps d'adolescente, Astaris ne reste qu'une enfant et affiche toujours un comportement de petite fille de 5 ans.


L'auteur, Tsuguo Okazaki


Tsuguo Okazaki naît le 23 avril 1960, à Tokyo. Jeune adulte ayant à peine la vingtaine, il se lance dans le manga avec Taidaima Jugyôchû, première série publiée dans le Shônen Sunday, et comédie romantique qu'il achèvera début 1983, au bout de 12 tomes. En parallèle, en 1981, le mangaka lance dans le Shônen Sunday Zôkan la série qui nous intéresse dans ce dossier : Justy.

Tsuguo Okazaki s'est montré particulièrement prolifique dans les années 80, décennies durant laquelle il a lancé plusieurs mangas : Harumi 120% en 1983 (6tomes), Ragnarok Gai en 1984, série en 7 tomes aussi publiée chez nous chez Black Box, Rising Fighter Takeru en 1985 (4 tomes), Doki Doki Heartbeat en 1986 (4 tomes), Midnight Zone en 1988 (1 tome).


Dans les années 90, il garde un excellent rythme de publication et dessine les séries : Toritate Ichiban ! En 1991 (2 tomes), Asobi Janai No en 1992 (4 tomes), Nikushimi no Hohoende en 1993 (2 tomes) ou encore Metal Back en 1996 (3 tomes). En 1992, il dessine un titre qui intéresserait particulièrement la France : Macross II : Lovers Again, spin-off manga de la saga Macross / Robotech.


Dans les années 2000, son rythme de parution ralentit. Il lance en 2002 Saisoku Denjû E Chaser : Chôgekisen ! World Race, un one-shot jeunesse puis en 2005 un autre titre en un tome, cette fois centré sur un samouraï : Izô. L'une de ses dernières séries en date remonte à 2007 avec Purimasu : A Plot of Nightmare, courte série en 2 tomes. Néanmoins, il s'adonne ponctuellement à quelques projets. Il a dessiné récemment un prologue pour la série Dôji Sôkô BEE, licence inédite en France. Il s'adonne de temps à temps à quelques illustrations, qu'il aime partager sur son compte Twitter.


En dehors de sa liste d’œuvres publiées, Tsuguo Okazaki ne partage que peu d'informations sur lui. Nous savons toutefois qu'il a eu pour assistant le mangaka Sôichi Moto, connu chez nous pour son dessin sur le titre Zero pour l’Éternité. Sur Twitter, Tsuguo Okazaki semble montrer une certaine passion pour le baseball, sport très populaire au Japon.
  
  

© by OKAZAKI Tsuguo / Shôgakukan

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News