Ascension - Actualité manga
Dossier manga - Ascension

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 04 July 2014


Graphismes



Perfection graphique ?


Tous les goûts sont certes dans la nature, mais même sans aller jusqu'à parler de perfection, difficile de considérer les dessins de Sakamoto autrement que  magnifiques. Parler d'un style graphique est toujours un peu vain, le seul réel moyen de se faire une idée étant d'aller voir par soi-même, mais puisqu'il faut qualifier les dessins de Sakamoto, voici quelques adjectifs qui, sans rendre compte de la magnificence de ces derniers malgré la charge de superlatifs apportée, permet de s'en faire une vague idée : très réalistes, extrêmement détaillés, fabuleusement fins (parfois au point de s'effacer), absolument maîtrisés. Si on voulait chipoter, on pourrait dire que les premiers volumes souffrent encore de quelques défauts de proportions (on pense aux cous, parfois excessivement longs), mais très vite, le dessin atteint un niveau que je me permets de qualifier de parfait. Les couvertures d'Ascension sont connues pour être particulièrement réussies : l'intérieur des volumes n'a rien à leur envier. Il n'est pas rare de rester littéralement bloqué sur une illustration du manga, d'en observer les moindres détails, époustouflé par tant de virtuosité.

Les personnages sont d’une beauté éblouissante, au moins du point de vue de la technique, l’auteur représente les muscles et les traits du visage de façon à la fois épurée et détaillée, les proportions sont parfaitement maîtrisées.
Les objets et les éléments du décor sont reproduits avec une minutie prodigieuse, au niveau des ombres notamment.
Les paysages, et la montagne en particulier, sont d’un réalisme à couper le souffle. La montagne est un véritable personnage, mise en valeur sur de nombreuses doubles pages largement dominées par le blanc, et pourtant surchargées de détails qui rend le tout plus vrai que nature. Mais cette montagne d’une blancheur immaculée, souvent comparée à une femme, sait également se faire dangereuse, des moments de tension où Sakamoto parvient à représenter la vitesse, les mouvements des plaques de glace et les chutes de neige dans des passages mémorables où le temps est comme suspendu, un instant de flottement magnifique avant le fracas et la mort.
  
  
  
  
  

Métaphores graphiques


Maintenant que la beauté des dessins de Sakamoto est établie, venons-en à la façon que l'auteur a de les mettre en avant.

Tout d'abord grâce à un découpage efficace. L'auteur maîtrise sa narration qui est toujours claire et fluide, il use pour notre plus grand plaisir de nombreuses doubles pages, avec cet esthétisme remarquable qui est le sien, alternant avec des plans très serrés sur une partie d’un corps ou d’un objet. Et plus on avance dans la série, plus on sent la volonté de l'auteur de mettre en valeur ses dessins, mais également de se reposer un maximum sur eux pour raconter son histoire. Tandis que les doubles pages se multiplient, les textes se font de plus en plus rares, les onomatopées disparaissent. L'auteur fait parler son récit par la simple force de ses illustrations, usant de métaphores graphiques saisissantes, pour souligner les dangers de la montagne (et les blocs de glaces se changent en immeubles), ou un état d'esprit (et le sexe devient symphonie). Le tout parfaitement inséré au récit, si bien que l'auteur fait passer toutes sortes d'émotions à travers ses éléments disparates mais inspirés. L'absence des onomatopées ne pose aucun souci, bien au contraire, l'auteur, à travers des effets visuels, parvient à les remplacer à merveille. 

Si ces éléments sont au final un succès, on sent tout de même le côté expérimental de ces nouvelles techniques narratives. Sakamoto explore de nouvelles pistes dans la mise en scène (à l’instar d’Inio Asano sur Bonne nuit Punpun ou de Kengo Hanazawa sur I am a hero), un parti prit de plus en plus présent au fil des volumes. Les métaphores graphiques évoquées ci-dessus prennent de plus en plus de place (parfois un chapitre entier), et le texte lui-même prend des formes surprenantes pour exprimer un état d’esprit. On remarque également un gros travail sur la gestion du temps dans les cases, l’auteur mêlant des scènes très courtes s’étendant sur des pages et des pages, décomposant l’action au possible, à de multiples ellipses temporelles.
Grâce à ces procédés, Sakamoto dessine l'action, le son et les émotions, du pur génie.
  
  
  
  
  

Conclusion


Où je sors légèrement du cadre formel du dossier pour laisser s’exprimer ma passion, la sincérité étant à mon avis le moyen le plus efficace de parler d’une œuvre.
Ascension est un manga magnifique, et ce à tous les niveaux. Les graphismes font partie des plus beaux qu’ils m’aient été donnés de voir ; Le scénario, bien que souffrant de quelques défauts très mineurs, est d’une puissance rare ; Ces deux éléments couplés donnent un chef-d’œuvre absolument fascinant, capable d’émouvoir aux larmes, de faire vibrer jusqu’au plus profond de soi, de transporter par-delà les sommets les plus vertigineux.


Dossier mis en ligne le 04/07/2014.
 
 
Fiche de la série : Ascension
Fiche de la série vo : Kokou no Hito vo
Fiche de l'auteur : Shin'ichi Sakamoto
  
  
  

Dossier réalisé par Luciole21


KOKOH NO HITO ©2007 by Shin-ichi Sakamoto, Jiro Nitta / SHUEISHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News