Tonkatsu DJ Agetarô - Actualité manga
Dossier manga - Tonkatsu DJ Agetarô
Lecteurs
20/20

Audio Video Disco - culture urbaine


Plus que l'histoire de personnages, Tonkatsu DJ est une image de la jeunesse moderne de Tokyo. À ce titre, plusieurs éléments de culture urbaine sont décrits avec beaucoup de soin dans l'anime.


Night Fever - le milieu des discothèques


L'anime a une réelle volonté de faire fantasmer les spectateurs sur le milieu des boîtes de nuit. Cet aspect est incarné par Agetarô, d'abord décrit comme un jeune homme tout-à-fait lambda, sans réel intérêt dans la vie, qui va découvrir par hasard le DJing et s'engouffrer dans la brèche comme un gamin qui découvre le monde des adultes. Bien entendu, comme ce milieu est fantasmé, il ne s'agit pas d'en montrer les excès, mais tout simplement le potentiel fiesta. Et les protagonistes s'amusent beaucoup, en parallèle à leur dur travail pour atteindre leurs objectifs.

À ce titre, le Chill Out, qui correspond au moment où, en fin de soirée, le DJ propose des musiques calmes et relaxantes, est « l'arc » le plus emblématique à la fois pour la description du milieu de la nuit et le potentiel feel good de la série. Véritable révélation pour Agetarô, l'évocation du Chill Out est le prétexte pour le réalisateur de proposer un hymne au tranche-de-vie.





Visions Of Tokyo - société tokyoïte


L'anime Tonkatsu DJ est aussi l'occasion de montrer une facette du Tokyo urbain, de jour comme de nuit. Lorsqu'Agetarô va brièvement, au cours de la série, voir ses amis en journée, dans leur travail ou pour boire un café, on voit que ce monde est urbain, qu'il fourmille de vie. Il est étonnement contemplatif pour un cadre qui ne se situe pas dans la nature ou dans des décors traditionnels. Ceci est renforcé par le générique de fin, qui montre des prises de vues réelles de Tokyo sur plusieurs quartiers.

Les réalisateurs profitent du cadre offert par le scénario pour évoquer plusieurs grands quartiers de la capitale nippone : Shibuya, Shinjuku, Ikebukurô... Tous sont les fiefs de différents DJ, et offrent un joli panorama de la ville.





The Space Between Two Worlds – fête et nourriture


Une partie de l'intérêt de l'anime repose donc sur le parallèle qui est fait entre préparer des tonkatsu et mixer. Ces deux mondes, la musique et la cuisine, sans rapport apparent, appartiennent à la culture urbaine. Les restaurants sont nombreux à Tokyo, et la cuisine est très importante au Japon, au point qu'on en retrouve d'incroyables déclarations d'amour dans les mangas et anime. À l'image de Big Master Fry, la personne urbaine lambda va se restaurer au coin de la rue avant d'aller travailler.

À travers la musique et la cuisine, les auteurs entendent peindre un portrait bi-axial des jeunes gens des villes. Agetarô, mais aussi Shûgo, ont une vie, un travail tout ce qu'il y a de plus banal le jour. Et la nuit, ils poursuivent leur existence de citadin dans la danse et la musique. Ce que l'on peut retenir de cela, c'est que l'habitant des grandes villes peut œuvrer pour un travail ennuyeux le jour, rencontrer du monde la nuit, et s'épanouir dans ce tout. C'est le fameux Chill Out décrit dans la série, un cercle vertueux qui permet à tout le monde d'avoir sa place dans la société tout en profitant de chaque instant de la vie.

Et dans ce tout cohérent, la cuisine représente, en plus du travail, la tradition, qui n'a pas disparu complètement du monde moderne. En effet, le restaurant des Katsumata est familial. Il ne comporte pas non plus d'équipements particulièrement modernes ou luxueux. Et le père d'Agetarô a un mental de patriarche, qui tient la boutique accompagnée de son épouse et ses enfants, à grands coups d'engueulades. Un chef de famille tel qu'il en existe depuis des siècles, et qui en plus a quelques réserves sur les rêves fantasques de son fils. Avec cet aspect, les auteurs de la série bouclent la boucle de ce grand panorama, presque sociétal.
  
  
  


© by Deen
Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation