Old West - Actualité manga
Dossier manga - Old West
Sommaire

Publié le Vendredi, 15 January 2021


La genèse d'un recueil atypique


Old West est un recueil qui se compose de cinq histoires courtes, et dont le parcours s'avère être un petit peu atypique.





Ayant permis à son autrice Chiaki Maeda de remporter en 2014 le 75e Prix Shôgakukan du meilleur premier manga, la première histoire (celle qui offre son nom au recueil) a ensuite été publiée en mars 2015 dans le magazine Bic Comic de cet éditeur.

C'est aussi dans ce magazine qu'ont été publiés les deux récits suivants, "Coyotes Must Kill" et "No Limit", respectivement en juin 2016 et décembre 2015.

Pourtant, il faudra ensuite attendre le 12 juin 2018 pour revoir la mangaka, avec la parution japonaise de son recueil en version papier... chez un autre éditeur, Futabasha, et avec deux récits inédits pour le compléter.

Tout d'abord, "Beautiful Dreamer", une oeuvre plus ancienne de la mangaka qui n'avait jamais été publiée.

Enfin, "Wind in Wolves", une histoire totalement inédite qui a été dessinée exprès par Maeda pour cette édition.


L'édition française


Old West est paru dans notre langue le 14 novembre 2019 aux éditions Omaké Manga, le jeune label manga de l'éditeur Omaké Books, qui avait été inauguré plus tôt cette année-là avec deux oeuvres de Rensuke Oshikiri, à savoir Bip-Bip Boy et Le Perce Neige. Ce fut donc la troisième acquisition manga de l'éditeur, une acquisition qui lui permit de commencer tout doucement à se diversifier dans le genre, avant l'arrivée en 2020 de titres comme Girls' last Tour ou Assistant Assassin.

Du côté de l'édition en elle-même, on a affaire à un plutôt bel objet, en format seinen standard.

La jaquette est sobre mais efficace, et il faut noter que même si elle reprend l'illustration de l'édition japonaise elle l'inverse, ainsi la première de couverture de l'édition japonaise devient ici la quatrième de couverture.





A l'intérieur, le papier est agréable, à la fois souple, assez épais et sans transparence. L'impression, effectuée chez l'imprimeur Foliart en Bulgarie, possède un léger moirage ou encore une encre bavant un petit peu sur quelques pages, mais il n'y a rien de dramatique et elle reste bonne dans l'ensemble.

La traduction de Céline Crucifix montre bien deux ou trois discrètes coquilles ayant échappé à la relecture de Gersende Bollut, mais là non plus il n'y a rien de dramatique, et l'ensemble s'avère aussi fluide qu'immersif. Enfin, le travail de lettrage de Munii Prod est assez honnête, pas exceptionnel mais pas mauvais non plus. Rien qui ne fasse sortir de la lecture, en tout cas.
  
   


© Chiaki Maeda 2015 / Futabasha Publishers Ltd., Tokyo

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News