Dämons - Actualité manga
Dossier manga - Dämons

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 10 April 2015


Un art de la mise en scène


Avec un tel synopsis, on pouvait rapidement s'imaginer que la série allait être prévisible. Nous avons vu dans les précédentes parties en quoi Yonehara jouait sur les différents genres, ainsi que comment il arrivait à briser toute éventuelle linéarité. Mais tout cela est avant tout du à un certain art de la mise en scène, loin d'être anodin dans cette oeuvre. Si le dessin a souvent un rôle majeur pour faire retranscrire les volontés de l'auteur, dans Dämons la qualité du dessin et la maîtrise des différents traits sont capitaux. Ainsi, les planches de Yonehara sont bien souvent symboliques et tout sentiment est retranscrit à merveille à tel point que l'on aurait l'impression d'assister à la moindre scène. Rien que dans le tout début du manga, une certaine double page nous met une véritable claque, que ça soit par son sens ou son attrait global : celle où l'on voit Heito chuter au sol, sans bras, le sang giclant formant comme des ailes au dessus de lui, ses cheveux devenant blancs le tout avec ses anciens compagnons partant au loin dans le décor. Cette planche marque comme une rupture, c'est à partir de là qu'Heito va devenir Hate, l'homme à la haine féroce prêt à partir défier ses ennemis contre vents et marées.





La haine et le désespoir étant sans doute les deux sentiments les plus illustrés à travers le manga, l'auteur s'est donné les moyens afin de rendre le plus vivant possible ses personnages à travers leurs émotions. La rage de Heito est toujours sublimée par un trait fin et poignant, suffisant largement à exprimer le ressentiment du personnage sans avoir à placer un quelconque dialogue. Il en est de même avec les personnages ennemis : si ceux-ci sont toujours sur d'eux au début de leur apparition, la folie ainsi que le peur s'inscrivent de plus en plus sur leur visage de décomposant peu à peu face à leur défaite qui s'approche à grands pas. Le Zethmos, qui n'est en fait que la haine matérialisée en énergie, est parfaite pour montrer comment Heito est prêt à aller au bout de tout pour vaincre, et pour cela rien de tel qu'un mélange d'encre et de trame bien mise en collaboration pour donner un aspect démoniaque à Heito.

Les séquences d'action sont aussi d'excellentes qualités et les affrontements n'ont rien à envier aux shonens les plus populaires. Les combats sont tout bonnement fluides, compréhensibles et majestueux. De plus ils sont particulièrement variés, les lieux influençant beaucoup l'issue du combat, Heito se servant souvent de ce qui l'entoure pour se sortir d'une situation périlleuse. Alors qu'il n'y a pas un grand nombre d'affrontements tout au long de la série, l'auteur se débrouille très bien pour leur donner à chacun une identité propre : il y a une toute autre approche du duel en fonction de l'adversaire, ainsi certains demanderont à Heito d'être plutôt technique tandis que d'autres auront plus une orientation bourrine. Au final, la série ne possède aucun temps mort, tout comme la quête de Heito, et là où le lecteur se pose des questions c'est lorsqu'il arrive au tome 8 : tous les ennemis sont vaincus sauf Progress, et il reste cinq tomes soit plus d'un tiers de la série, qu'est-ce que l'auteur peut bien prévoir pour tenir autant sur la durée ? Et bien c'est là qu'il prépare tout simplement un final en apothéose, en faisant de Progress un personnage encore plus charismatique, un Heito prêt à tout donner pour le dernier acte de sa quête de vengeance... Le lecteur attendra aussi impatiemment le fin mot de l'histoire, car si Heito réussit sa quête, que se passera-t-il pour lui après...? On va éviter tout spoil ici, mais sachez que même les dernières pages ont tout un sens que tout lecteur aura plaisir d'interpréter à sa manière...





Ainsi il est à noter que Dämons est assurément un manga court mais intense. Aucun passage ne nous procure ce sentiment de transition et rarement on aura vu un héros si déterminé dans sa quête au point de nous surprendre, nous lecteurs habitués à de nombreux clichés qui sont en quelques sortes devenus une certaine logique dans les mangas. Cette lecture si passionnante doit beaucoup à sa mise en scène qui comme expliquée au-dessus, donne carrément son véritable cachet à la série.
  
  
  

Dämons © YONEHARA © 2006-2008 TEZUKA PRODUCTIONS / YONEHARA HIDEYUKI (AKITASHOTEN JAPAN) / DOKI-DOKI

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News