Comte Cain - God Child - Actualité manga
Dossier manga - Comte Cain - God Child

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 23 January 2009


Un univers authentique

     

Outre l’aspect marginal du manga, l’authenticité de son contenu est un de ses points forts. Ainsi, pour préparer God Child, Kaori Yuki s’est rendu à Londres début 2001, pour retranscrire le plus fidèlement possible l’ambiance gothique que l’on prête à la ville au XIXème siècle. L’auteur a beau de pas s’attarder sur l’Angleterre en elle-même, sa connaissance du pays et de ses pratiques à l’époque victorienne ajoute une note appréciable à la série. Ainsi, notamment dans Scold’s Bridle (God Child 1) et Castrato (God Child 5), les précisions sur les moyens de torture employés sont de la main de l’auteur, tout ceci dans le but d’une atmosphère gothique la plus authentique possible, à travers laquelle on retrouve ce romantisme torturé sur fond de fantastique au cœur des plus sombres histoires de nobles familles anglaises. Et si Kaori Yuki nous fait faire un peu d’histoire, c’est surtout grâce aux principaux différents mythes de l’époque : les vampires, organisations secrètes ou assassins machiavéliques (typiquement, Jack l’Eventreur …) Au-delà des simples commérages de l’époque, Kaori Yuki enrichit son dessin avec les habits typiquement anglais : les robes à froufrous, chapeaux haut de forme et autre costumes usuels sont de mises, autant que les décors de hautes bâtisses a portes cochères et chargées de tableaux …


En dehors de l’époque victorienne sur laquelle elle base son histoire, Kaori Yuki va chercher l’inspiration de ses personnages dans le style goth ou Visual rock. C’est de là qu’elle tire son ambiance glauque et les dessins de certains personnages aux cheveux longs. Le mouvement gothique est d’ailleurs né en Angleterre avant de se propager en Europe, et réunit la provocation, l’esthétique sombre et l’esprit parfois macabre de l’époque. C’est donc tout naturellement que God Child dégage cet esprit sinistre et cette vision obscure du monde. La spécificité de cette série est l’adaptation des contes de la mère l’Oye (Mother Goose), ou de faits divers, auxquels l’auteur ajoute sa note noire et lugubre. Ainsi, dans nombre de chapitre, l’intrigue se base sur une comptine qui paraît douce, et qui se révèle morbide dans l’histoire associée. Et même si l’intérêt demeure inégal d’une histoire à l’autre, l’ensemble est prenant et promet inlassablement une suite plus passionnante encore.
                                
             
                          
                                         

© Kaori Yuki/HAKUSENSHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News