Dossier manga - Hinako Takanaga - 2ème partie

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 19 April 2012


The tyrant who fall in love

  
 

L’essentiel

 
The tyran who fall in love / Koi suru Bô-Kun (恋する暴君) est un yaoi en cours au Japon, sous l’édition de Kaiôsha qui le prépublie dans le magazine Gush. La série compte actuellement 8 tomes dans son pays d’origine, et le neuvième sera le dernier. Ce neuvième tome serait pourtant, d’après les rumeurs, un simple opus additionnel qui n’apportera rien à la fin de série, publiée dans le huitième volume. La série a commencée en février 2005 et le tome 8 est paru en février 2012. En France, c’est Taifu qui publie la série, de juillet 2010 à juillet 2012.



Morinaga et So-ichi travaillent dans la même université depuis quatre ans sur un sujet scientifique commun. Le problème, c’est que Morinaga est gay et qu’il aime So-ichi à la folie depuis qu’il le connait, sans rien en dire. En effet, le sujet de ses sentiments est un homophobe accompli qui déteste les relations qu’il juge contre nature. D’ailleurs, son plus grand problème est son frère : il aime un autre homme. Comme So-ichi est très possessif est protecteur, c’est une source constante d’inquiétude et de colère, ce qui fait qu’il est rarement de bonne humeur, même avec celui qu’il considère comme son meilleur ami. Certes, Morinaga a déjà avoué ses sentiments à So-ichi, en lui arrachant un baiser au passage. Mais cela ne lui a pas suffit, et le jeune homme peine à faire comme si de rien n’était devant un compagnon relativement peu sur la défensive … Mais une occasion en or se présente, grâce à l’alcool et un aphrodisiaque avalé par erreur. Morinaga aurait-il trouvé le début de la voie de l’amour ?
 
 
 

Protagonistes

 
So-Ichi Tatsumi



Si un personnage pouvait avoir toutes les qualités pour ne jamais devenir gay, c’est bien So-ichi. Ce type est clairement imbuvable. Homophobe en premier lieu, à cause d’un événement qui l’aura clairement traumatisé en lui donnant l’impression que tous les gays sont des pervers, ce n’est pas son seul trait de caractère. Il est aussi cynique, solitaire au point de ne pas pouvoir supporter que les gens l’entourent, macho et totalement susceptible et colérique. Il n’accepte d’ailleurs qu’une seule personne pour le seconder dans ses recherches, celui qu’il considère comme son meilleur ami : Morinaga. Les autres l’ennuient, l’agacent. Dans la vie, So-ichi passe beaucoup de temps à veiller sur sa petite sœur qui vit chez une vieille dame depuis que son père court à travers le monde, et à proférer des menaces des morts sur le petit ami de son frère. Mais à côté de cela, sa passion c’est la recherche. Il passe beaucoup de temps dans un laboratoire, concentré sur ses résultats et extrêmement attentif à l’évolution de ses théories. En bref, c’est un égoïste profond et tout ce qui ne lui apporte rien est inutile.


Tetsuhiro Morinaga



Morinaga, c’est presque l’antithèse de So-ichi. Il est généreux, totalement altruiste et profondément généreux. Cela fait quatre ans qu’il est profondément amoureux de son collègue de travail, étant gay. Pourtant il sait que So-ichi est dégouté rien qu’à cette idée. Alors quand il lui fait sa déclaration, il ne s’attend pas à grand-chose. Pourtant, Morinaga est persévérant et profondément motivé par son amour. Il veut qu’il aboutisse et fait tout pour cela, jusqu’à faire boire So-ichi. D’autant plus quand il voit que So-ichi le repousse, mais pas du plus profond de lui. Et qu’il s’inquiète quand Morinaga ne va vraiment pas bien ... Morinaga a vécu une douloureuse déception amoureuse et a vraiment peur de détruire totalement son cœur en tombant amoureux du pire homme qui soit. Pourtant il s’implique à fond dans cette relation, refusant d’abandonner les tendres sentiments qu’il a pour lui. Morinaga est aussi un excellent ami, quelqu’un sur qui on peut compter et d’une fidélité à toute épreuve.
  
  
  
 
 

Le tyran dans tous ses états

 
On se retrouve sans nul doute face à la plus belle série de l’auteur, la plus réussie et la plus aboutie qui soit sortie en France !

Première remarque à faire : les caractères des deux jeunes gens sont plutôt intéressants : Morinaga change du tout au tout sous l’effet de l’excitation, ce qui est plutôt dans l’ordre des choses, tandis que So-ichi est à la fois faible et colérique. Ce dernier, malgré son âge, agit comme un enfant, secoué entre ses convictions, ses peurs et les sentiments qui naissent peu à peu. On se réjouit toutefois de pouvoir aller plus loin dans la psychologie de So-ichi et celle de Morinaga, les deux garçons formant un très joli coupe, instable à souhait. Le récit a beau partir souvent dans le comique, voire le n’importe quoi, on sent que l’auteur maitrise son scénario et la progression de la relation de ses personnages. De plus, par la suite il est indéniable que la mangaka avance dans le sérieux et on arrive souvent à des disputes, des émotions qui sortent dans leur forme la plus pure. Les personnages grandissent et deviennent d’avantage impliqués, et même s’il y a toujours un peu d’humour on en trouve de moins en moins au fil des tomes. La narration devient plus sérieuse, plus grave, plus intense et on se perd d’avantage entre les pages des volumes les plus avancés. Au début, c’est de la détente, par la suite c’est une découverte véritable de l’immense talent de Takanaga qui nous signe une grande série qui, par sa qualité exceptionnelle, restera sans nul doute dans les plus belles lectures de boy’s love. On aurait pu penser que le tout manquerait de profondeur et de relief, pourtant on se trouve bien surpris quand il n’y a plus que ça ... Entre humour et émotion, c’est un très bon moment de lecture, qui sait séduire le lecteur par le dynamisme de la narration, la sensualité très présente et la rigueur de So-ichi dans son combat contre lui-même face aux sentiments de Morinaga. On voit très bien comment des sentiments, d’ordinaire plutôt tabous et marginaux pour certains, peuvent naitre même avec des préjugés et une haine tenace. Une lecture qui prouve avec pertinence que l’amour ne se concentre pas sur des habitudes ou une ligne de conduite mais d’avantage sur une personne.

Humour, mais une grande touche dramatique qui redonne un peu de sérieux au personnage de Morinaga, au départ surtout bon pour amuser la galerie ou souffrir de frustration extrême. Le retour dans la narration de Masaki est d’ailleurs naturel et tombe à point nommé, il permet une exploitation très juste de la jalousie de So-ichi et des souffrances passées de Morinaga, ainsi que de sa faiblesse. Une lecture que l’on voudrait éternelle pour un manga qui ne cesse de surprendre, de séduire, et de nous envouter chaque fois un peu plus ... Alors certes, l’exagération de certaines situations prend une ampleur légèrement tirée par les cheveux et on comprend bien que c’est uniquement pour mettre nos deux héros en situation intéressante et différente de précédemment. Mais le reste comble largement cette lacune, l’auteur montrant qu’elle maitrise totalement son histoire et ses personnages, en les façonnant avec adresse pour que So-ichi prenne une pente absolument passionnante, un peu plus détaillée au fur et à mesure.

Attendrissants seront nos héros, par leur jalousie ou leurs émotions peu définies, sans limite parfois ou tout simplement difficilement exposées. Soichi est toujours aussi magistral, à se balader entre humour ravageur et tendresse refoulée et cachée sous un masque de violence et de fierté. On sent toutefois la répulsion de ce dernier de moins en moins réaliste, et sa résistance se fait peu plausible ... avec pertinence, puisque c’est uniquement son ego et son traumatisme qui le conduisent à ne pas se l’avouer, à lui ou aux autres. Bref, des situations qu’on connait déjà, une résistance que l’on sait percer, mais toujours pour notre plus grand bonheur nos deux compagnons ne cessent de se tourner autour sans jamais bien se comprendre. L’auteur maitrise parfaitement les émotions, et pas seulement celles qui naissent dans son couple principal. On sent qu’elle joue avec pertinence sur les différentes composantes de ses personnages pour leur permettre de gagner systématiquement en profondeur, et nous surprendre toujours un peu plus. Au fur et à mesure, Morinaga devient de plus en plus sadique et pousse son amant dans ses retranchements pour le faire se rendre compte de son désir, de son plaisir. L’auteur amène une telle richesse, une telle profondeur aux sentiments de nos deux héros que c’en est troublant. On vit de l’intérieur la frustration de Morinaga, le questionnement de So-ichi et le lecteur se pose beaucoup de questions sur la suite.



© HINAKO TAKAGAWA / LIBRE Publishing Co., Ltd.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News